Mis dans l’embarras par la publication d’un rapport dévastateur sur une ressource intermédiaire sous sa responsabilité, Daniel Paré, PDG du CISSS de Chaudière-Appalaches et responsable de la vaccination contre la COVID-19, a tenu à présenter sa version des faits dans un communiqué samedi.

Mis à jour le 6 févr. 2021
Antoine Trussart
Antoine Trussart La Presse

Daniel Paré affirme dans un communiqué que la maltraitance rapportée au Manoir Liverpool, une résidence privée supervisée par le CISSS dont il est le PDG, est « totalement inacceptable et extrêmement triste ».

Il rappelle d’abord que c’est lui qui a commandé une enquête lorsqu’il a appris l’existence de « pratiques malveillantes » dans cette résidence.

Cette enquête a été déclenchée l’an dernier, à la suite d’un reportage de la station de Québec de Radio-Canada au sujet de diverses allégations troublantes concernant les services prodigués au Manoir Liverpool. Cette résidence, que l’on appelle « ressource intermédiaire » dans le jargon administratif, a été aux prises avec une importante éclosion de COVID-19 au printemps dernier. Elle héberge des aînés et des personnes atteintes de déficience, en vertu de contrats avec le CISSS de Chaudière-Appalaches.

« Dès le début de l’enquête, je me suis assuré que le CISSS cesse les admissions de nouveaux patients et fasse une révision complète de tous les résidents afin de replacer les usagers les plus vulnérables dans d’autres ressources », explique-t-il.

Le rapport rendu public cette semaine soulève « la question relative à la tolérance du CISSS de Chaudière-Appalaches à l’égard des soins et des services déficients et récurrents du Manoir Liverpool ». Le CISSS a offert du soutien à la résidence au fil des ans, mais cela a été insuffisant puisque les problèmes se reproduisaient tout le temps. Ces « multiples démarches » prouvent que « les différentes lacunes étaient connues des gestionnaires de l’établissement », donc des patrons du CISSS.

PHOTO ARCHIVES LE SOLEIL

Le Manoir Liverpool de Lévis

Il affirme que ni son organisation ni d’autres instances chargées de s’assurer de la qualité des soins au Manoir Liverpool n’ont réussi à relever des lacunes du point de vue de la maltraitance au cours des dernières années.

« Au cours des dernières années, je n’ai jamais hésité à fermer des résidences (ressources intermédiaires et résidences privées pour aînés) lorsque la qualité des soins n’était pas au rendez-vous, rappelle-t-il. Si j’avais eu le moindre doute que des pratiques malveillantes étaient en cours au Manoir Liverpool, j’aurais agi plus tôt. »

Il encourage les familles, les résidants et les professionnels de la santé à dénoncer toute situation inacceptable dont ils sont témoins.

« Nous devons être plus vigilants pour que des situations comme celles-ci ne se reproduisent plus », conclut-il.

Dans la foulée de la réaction de M. Paré, le cabinet du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a déclaré que « ce rapport n’est d’aucune manière la fin de cette histoire ».

« Maintenant, nous devons corriger les lacunes quant à l’encadrement des plaintes au CISSS de Chaudière-Appalaches, et avec la ministre Marguerite Blais, nous suivrons de très près le dossier, poursuit-on. En parallèle, monsieur Paré continuera de se concentrer pleinement sur l’historique campagne de vaccination contre la COVID-19 au Québec. »

— Avec Tommy Chouinard, La Presse