Pour inciter les Québécois à se dégourdir les jambes et à prendre soin de leur santé mentale en ces temps ardus, François Legault a lancé vendredi dernier « Tous ensemble pour aller mieux ». La campagne propagée par le mot-clic a suscité l'engouement des politiciens, artistes et citoyens, mais aussi quelques critiques.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Le principe est simple : on présente, en mots et en images, une activité pour mieux traverser la période difficile vécue par de nombreux Québécois.

Le premier ministre a brisé la glace en dévoilant sa passion méconnue pour le snowskate. Un cliché devenu viral au cours du week-end le montre en train de dévaler une butte de neige dans une cour arrière.

« La dernière année a été difficile pour la santé mentale de beaucoup de monde. Que la pandémie soit source d’inquiétude et d’anxiété, c’est normal. On doit prendre soin de soi et on doit se trouver des activités qui nous aident à garder le moral », a écrit M. Legault dans sa publication.

Pour garder le moral, Geneviève Guilbault prend l’air avec ses enfants, tout simplement. La vice-première ministre a également publié une photo d’elle en train de promener son petit dernier en poussette.

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, en a surpris plus d’un avec quelques pas de danse latine autour du salon.

PHOTO TIRÉE DU COMPTE TWITTER DE LIONEL CARMANT

Lionel Carmant et sa conjointe

On a tous un petit quelque chose qui rend notre quotidien plus lumineux. Moi, j’aime mettre de la musique.

Lionel Carmant, dans un message qui accompagne une vidéo où il se déhanche avec sa conjointe

D’autres députés caquistes ont fait part de leurs trucs pour garder le sourire et se détendre : jouer d’un instrument de musique, faire du karaté, lire, restaurer des meubles antiques ou encore organiser une compétition culinaire avec ses enfants.

Figures connues

Également mises au défi, quelques figures connues de la scène artistique québécoise se sont prises au jeu.

L’animatrice Véronique Cloutier admet ne pas être friande des longues marches hivernales. Mais les promenades font désormais partie de la routine pandémique. « La dernière année m’a fait découvrir les réels bienfaits de prendre l’air tous les jours, même si ce n’est que quelques minutes. Je m’oblige donc à sortir même quand ça me tente pas. »

Quant à la chanteuse Mitsou, elle conseille aux internautes de s’étendre sur le plancher, seuls ou avec leur chien. « Mon truc pour aller mieux ? Me cacher sous la touffe de poil de Marlo. C’est surtout (et ça se fait aussi sans chien) de s’étendre de tout son long par terre, comme quand on était des bébés. Je souhaite à tout le monde ce week-end de se lousser la cravate (même notre premier ministre François Legault !) et de se retrouver sur le plancher quelque part pour retrouver son énergie vitale. »

Des citoyens enthousiastes ont emboîté le pas aux politiciens et artistes. Michaël Rouillard, de Magog, garde la forme et le moral en dansant devant sa télévision, alors que Julie Desruisseaux, une citoyenne de Trois-Rivières, a remercié le premier ministre d’avoir lancé le défi à la population. « On doit être bienveillant envers soi-même, ne pas se juger trop sévèrement et surtout, on doit se trouver des activités qui nous aident à garder le moral. Un de mes grands bonheurs : toutes les activités extérieures. »

Pas l’unanimité

De nombreuses personnes, comme Josiane Cossette, ont vivement critiqué l’initiative. Elle décrit le récent mouvement comme un exercice de communication « discutable et dégoulinant de privilège ».

« Les personnes qui décident ont de la difficulté à se mettre à la place de quelqu’un qui vit dans un 4 et demi à Montréal sans cour extérieure. Ce n’est pas vrai que tout le monde est dans le même bateau en ce moment. J’ai aimé la délicatesse de Véronique Cloutier qui était plus terre à terre, on ne la voyait pas dans une maison luxueuse ou dans un gros chalet. »

Des internautes ont également parodié l’initiative.