(Montréal) Sans la possibilité d’organiser son traditionnel dîner de Noël, l’organisme Les Petits Frères, qui apporte son soutien aux personnes âgées qui vivent seules, a trouvé de nouvelles manières de remplir sa mission en ce temps des Fêtes bouleversé par la pandémie.

Mathieu Paquette
La Presse Canadienne

« J’ai rapidement dit à nos bénévoles : “On n’annule pas Noël, on réinvente Noël !” » lance d’entrée de jeu la directrice générale des Petits Frères, Caroline Sauriol.

Chaque année, l’organisme célèbre Noël en grand avec ses 1800 Grands Amis, des personnes seules de 75 ans et plus qui vivent un peu partout dans la province.

Le 24 décembre, des bénévoles se rendent chez les personnes seules qui ne peuvent se déplacer. Le lendemain, un diner de Noël réunit des centaines de personnes dans un grand hôtel de Montréal.

En 2020, l’organisme a utilisé les ressources financières habituellement réservées pour l’organisation du dîner pour offrir plus de soutien à domicile. Des calendriers de l’avent ont notamment été distribués à toutes les personnes qui sont dans les registres des Petits Frères.

L’organisme leur a aussi offert une boîte à surprise, qui contenait plusieurs petits cadeaux. Il pouvait s’agir de nourriture, de cahiers de jeu, de calendriers ou même de bricolages faits par des enfants, selon les besoins de chaque personne.

« C’était notre manière de dire aux aînés que, même si c’était un Noël un peu plate, nous étions là pour eux », raconte Mme Sauriol.

Afin de se conformer aux règles sanitaires en vigueur, les bénévoles des Petits Frères ont mis plusieurs semaines à préparer les cadeaux pour les aînés, selon la directrice de l’organisme.

« Nous avions près de 1100 cadeaux à emballer, mais on ne pouvait pas avoir 10 personnes en même temps pour les emballer, il fallait le faire seulement deux ou trois personnes à la fois », témoigne Mme Sauriol.

Avec une gestion rigoureuse des horaires et dans le respect des mesures sanitaires, les bénévoles de l’organisme ont réussi à emballer et à distribuer tous les cadeaux à temps.

Les bénévoles ont aussi pris la peine d’appeler les Grands Amis auxquels ils sont jumelés la veille et le jour de Noël. Un appel préenregistré par l’actrice Béatrice Picard leur a aussi été acheminé le jour de Noël, pour leur souhaiter une bonne journée.

Combattre la monotonie

Selon Mme Sauriol, les préparatifs pour Noël ont permis de donner une nouvelle dose d’énergie aux 2000 bénévoles des Petits Frères, chez qui la fatigue commençait à se faire sentir cet automne.

« C’était enfin du concret, c’était tangible, explique-t-elle. Alors, l’emballage et la distribution des cadeaux ont vraiment remobilisé nos équipes. »

Depuis le début de la pandémie, de nombreux bénévoles viennent en aide aux personnes seules, notamment en les appelant, simplement pour discuter.

L’organisme devra poursuivre ses efforts cet hiver, puisque cette période est toujours la plus difficile pour les personnes âgées qui vivent seules, selon la directrice.

Elle rappelle notamment que le sentiment de solitude chez les personnes seules va continuer à augmenter dans les prochains mois, et que « la fin du mois de janvier et le mois de février sont toujours des périodes difficiles à traverser ».

Pour combattre la déprime hivernale, les Petits Frères vont continuer à miser sur leur programme d’accompagnement « Au bout du fil », qui met en contact les personnes seules avec un bénévole.

L’organisme cherche d’ailleurs des bénévoles supplémentaires pour cette ligne téléphonique. Les personnes de 75 ans qui se sentent seules peuvent profiter gratuitement d’un accompagnement en téléphonant au 1-877-805-1955.