Fin de semaine triomphante pour les journalistes et photographes de La Presse, qui ont récolté au total 17 honneurs dans cinq concours différents.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Les artisans du quotidien montréalais se sont vu décerner trois prix Judith-Jasmin et sept prix Antoine-Désilets, deux prestigieux concours organisés par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ). À ces honneurs se sont ajoutés trois prix de journalisme en loisir et un prix pour un reportage sur la santé mentale au travail.

« Vous savez, c’est un moment difficile pour ceux et celles qui exercent le journalisme. La crise du coronavirus a plongé notre industrie dans une crise sans précédent. Disons que, pour tous les employés de La Presse, recevoir autant d’honneurs nous encourage certainement à continuer à faire notre travail avec la passion et les valeurs qui nous ont toujours animés », a déclaré Éric Trottier, éditeur adjoint de La Presse.

La Presse s’était aussi distinguée vendredi au Concours canadien de journalisme (CCJ) en remportant trois prix.

Le prix Judith-Jasmin dans la catégorie Justice et faits divers a été remis à Isabelle Hachey pour son reportage La genèse d’une tuerie, un grand portrait d’Alexandre Bissonnette, tueur de la Grande Mosquée de Québec. Dans la catégorie « Opinion », c’est Rima Elkouri, pour sa chronique intitulée Lettre à mes fils portant sur la tuerie de Polytechnique, qui a été couronnée. Ariane Lacoursière et Daniel Renaud sont les lauréats dans la catégorie Sport pour Marathon de Montréal : autopsie d’un cafouillage, reportage qui se penche sur les circonstances de la mort malheureuse d’un jeune coureur.

Le talent de plusieurs photographes de La Presse a également été récompensé, avec sept prix au total.

C’est Olivier Jean, lauréat dans la catégorie « Sport », qui remporte le prix de la photo de l’année pour Nadal, publiée dans La Presse. « La photo est à contre-courant de la photo sportive habituelle. On est sorti du contexte politico-historique pour trouver celle qui a le plus frappé », a commenté le jury par communiqué.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

La photo Nadal, de notre photographe Olivier Jean

Le prix du meilleur photoreportage est décerné à David Boily qui a immortalisé le quotidien d’une traversée de l’Atlantique à bord du navire Federal Oshima.

Martin Tremblay a reçu les honneurs pour Un dernier souffle pour Marie-Ève, meilleure photo de presse dans la catégorie « Société ». Le photographe a saisi les derniers moments d’une jeune femme ayant reçu l’aide médicale à mourir.

Bernard Brault a été récompensé pour son portrait d’Elisapie Isaac. Le photographe François Roy l’emporte dans la catégorie « Politique » pour sa photo de la ministre Marguerite Blais et d’une aînée dans un CHSLD. Finalement, Martin Chamberland est lauréat dans la catégorie « Arts, Culture et Art de vivre » pour sa photo intitulée Ballet urbain.

  • Ballet urbain, finaliste dans la catégorie Arts, culture et art de vivre

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Ballet urbain, finaliste dans la catégorie Arts, culture et art de vivre

  • Federal Oshima, extrait d’une série de photos finaliste dans la catégorie Photoreportage

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Federal Oshima, extrait d’une série de photos finaliste dans la catégorie Photoreportage

  • Marguerite Blais, agent secret

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Marguerite Blais, agent secret

  • Elisapie Isaac

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

    Elisapie Isaac

  • Un dernier souffle pour Marie-Ève

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Un dernier souffle pour Marie-Ève

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les journalistes Isabelle Dubé, Marie-Claude Lortie, Isabelle Massé et Marc Tison ont reçu le prix En-Tête pour le reportage en santé mentale au travail 2019. C’est leur reportage La face cachée de l’entrepreneuriat, une série en huit parties traitant des problèmes de santé mentale des entrepreneurs, qui leur a valu cet honneur.

La face cachée de l’entrepreneuriat : audacieux, visionnaires et… tourmentés
Freiner le hamster, vaincre l’éléphant
Derrière le sourire de Danièle Henkel
L’anxiété dans ses valises
Les poteaux peuvent plier
Du stress, j’aurais pu en vendre
Seuls au combat?
Les entrepreneurs, leur santé mentale et notre prospérité

Finalement, La Presse a également récolté trois prix de journalisme en loisir décernés par le Conseil québécois du loisir. Audrey Ruel-Manseau a reçu le prix Coup de cœur pour son reportage sur la survie en forêt. Sylvain Sarrazin a remporté deux prix pour ses textes L’art derrière les barreaux, sur les conditions d’accès des prisonniers à des activités culturelles, et Des pièces sportives à couper le souffle, sur des mordus qui ont bâti chez eux d’incroyables pièces consacrées à la pratique de leur sport favori.

« Encore une fois, nos journalistes font honneur à la profession journalistique pour l’ensemble des prix récoltés. En tout, ce week-end, nous avons remporté 17 prix de journalisme, que ce soit pour nos photos extraordinaires, nos reportages originaux notamment dans le domaine du loisir, nos grands dossiers, nos enquêtes, nos textes d’opinion, la caricature et une série touchante sur le milieu des affaires. L’ensemble de ces prix montre à nouveau la richesse, la variété et le talent de l’équipe de la rédaction de La Presse », s’est réjoui Éric Trottier.

La soirée gala des Grands Prix du journalisme, organisée par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, n’a pas pu avoir lieu en raison de la pandémie de COVID-19.