(Montréal) Certaines primes aux travailleurs du secteur public qui devaient prendre fin le 30 mars, notamment celle accordée aux préposés aux bénéficiaires en soins de longue durée, seraient finalement prolongées.

Lia Lévesque
La Presse canadienne

« Le gouvernement a contacté tous les syndicats pour leur indiquer que nous étions disposés à prolonger les primes qui devaient arriver à échéance aujourd’hui pour les 6 prochains mois et que nous souhaitions en discuter avec eux », a indiqué l’attachée de presse de Christian Dubé, le président du Conseil du trésor, dans un courriel à La Presse canadienne.

La durée de la prolongation annoncée variait cependant selon le syndicat qui a d’abord confirmé l’information, lundi soir.

Plusieurs primes versées aux travailleurs des secteurs public et parapublic font l’objet de lettres d’entente et devaient venir à échéance le 30 mars.

Les conventions collectives 2015-2020 des 550 000 employés de l’État, elles, viennent à échéance le 31 mars.

Lundi soir, l’Alliance du personnel professionnel et technique dans la santé et les services sociaux (APTS) a été la première à l’annoncer. Dans son cas, trois primes seraient prolongées pour six mois : celle pour le travail en hébergement et soins de longue durée (qui inclut les préposés), celle pour les salariés qui travaillent auprès de la clientèle ayant des troubles graves du comportement et celle des psychologues.

Jointe au téléphone peu de temps après, la CSN a indiqué qu’elle avait aussi obtenu le maintien de toutes ses primes, mais seulement « pour le temps de la négociation accélérée ». Il n’y a pas eu de mention d’une durée de six mois à la CSN. Et cela touche aussi d’autres primes que celles qui ont été mentionnées, dont celle des ouvriers spécialisés.

Jointes par téléphone et par courriels, la FTQ et la CSQ attendaient encore des nouvelles de leur équipe de négociation respective, tard en soirée lundi. Les deux centrales syndicales ont des membres qui sont aussi directement concernés par ces primes qui devaient venir à échéance le 30 mars.

Le Conseil du trésor avait confirmé la tenue de négociations intensives avec les syndicats, en ajoutant qu’il ne négocierait pas sur la place publique.

La prime pour le travail en hébergement et de soins de longue durée est de 180 $ par bloc de 750 heures de travail.

La prime pour les psychologues varie de 6,7 % à 9,6 %.

La prime pour le travail auprès d’une clientèle ayant des troubles graves du comportement est de 295 $ ou 360 $ par bloc de 500 heures de travail, a précisé l’APTS.

Ces primes avaient été instaurées, en 2015, parce qu’il y avait rareté de personnel dans ces métiers et professions du secteur public.

Il importe de souligner que comme il n’existe pas de front commun intersyndical, les syndicats ont des négociations distinctes avec Québec — ce qui peut expliquer le délai dans les offres à chaque syndicat.

Négo accélérée

La « négociation accélérée » a été proposée par Québec dans le contexte de la crise du coronavirus. Il avait d’abord été question de suspendre les négociations, à cause de la crise — ce que les syndicats avaient accepté.

Puis on a plutôt pensé à l’accélérer, mais pour un terme plus court, afin de trouver du même souffle des moyens pour mieux protéger les travailleurs concernés durant la crise.

Ainsi, les syndicats revendiquent par exemple une prime de reconnaissance pour le travail qu’ils font durant la crise, une sorte de « prime coronavirus ».

Pour appuyer leur revendication à cet effet, ils rappellent que les travailleurs dans les épiceries et d’autres maillons de la chaîne alimentaire, par exemple, ont reçu une prime de 2 $ l’heure de la part de leur employeur privé.

Parmi leurs autres demandes liées au coronavirus, on trouve celle de retirer les travailleuses enceintes ou immunosupprimées des situations où elles pourraient être exposées à la COVID-19.