(Québec) Le premier ministre François Legault affirme que la présence d’armes « offensives, dangereuses », dont des AK-47, sur le territoire mohawk de Kahnawake explique en partie pourquoi « la Sûreté du Québec n’est pas encore intervenue » pour démanteler le blocage ferroviaire malgré l’injonction obtenue par le Canadien Pacifique. Une déclaration « irresponsable et ridicule », a réagi le secrétaire de la nation Mohawk à Kahnawake.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

« On a l’information effectivement, des renseignements, qui nous confirment qu’il y a des armes, des AK-47 pour les nommer, et donc, des armes très dangereuses », a fait valoir M. Legault après la réunion hebdomadaire du conseil des ministres.

« Actuellement, on essaie de trouver quelqu’un pour signifier l’injonction [du chemin de fer Canadien Pacifique], la Sûreté du Québec travaille sur un plan pour démanteler les barricades, ils parlent avec les Peacekeepers, mais évidemment, il y a des gens qui sont armés et c’est très délicat », a-t-il ajouté.

Le premier ministre a précisé que les armes auxquelles il fait allusion se trouvent « au sein de la réserve » sans spécifier si les manifestants sur les barricades étaient eux aussi armés. Il a cependant évoqué que « des Warriors, entre autres, » en posséderaient.

« Dire que les gens sont armés est irresponsable et ridicule, a réagi le secrétaire de la nation Mohawk Kahnawake, Kenneth Deer, lors d’un point de presse. Nous ne sommes pas armés. »

Il a répété qu’il s’agissait d’une « manifestation pacifique » et qu’« il n’y aura pas de violence » si un huissier devait déposer une injonction.

Dans un communiqué au nom de la confédération des Six Nations, M. Deer a précisé que la confédération est « extrêmement inquiète par les commentaires dangereux et incendiaires faits par le premier ministre du Québec François Legault », a-t-il affirmé.

Propos dangereux, dit Picard

Le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard a affirmé que le premier ministre Legault a tenu « des propos très dangereux et offensants en suggérant la présence d’armes dans la communauté de Kahnawake ».

« Il n’a assurément pas considéré la portée de ses paroles pour les membres de la communauté qui vivent quotidiennement avec les souvenirs d’il y a 30 ans. J’invite le premier ministre à mesurer mieux ses sorties publiques et plutôt promouvoir une résolution pacifique », a écrit le chef Picard dans une déclaration transmise sur les réseaux sociaux.

François Legault a évoqué une première fois mardi la présence d’armes sur le territoire de Kahnawake.

Interrogé à savoir pourquoi il divulguait publiquement cette information sensible, M. Legault a dit : « je veux que les gens comprennent pourquoi la Sûreté du Québec n’est pas encore intervenue ».

« L’intervention policière est très délicate et c’est pour ça que je veux être prudent dans mes commentaires et laisser la Sûreté du Québec faire sa stratégie », a-t-il ajouté, affirmant que « ce n’est pas une solution facile » et qu’il « ne veut pas avoir sur [sa] conscience » des policiers blessés lors de l’intervention.

On est prudent, je veux protéger la sécurité des policiers

François Legault

Quant à l’injonction obtenue par Québec pour défaire le blocage ferroviaire de Listuguj en Gaspésie, M. Legault dit aussi « prendre des informations » avant d’intervenir.

Alors que du côté d’Ottawa, on parle mercredi de « progrès » entre le gouvernement et les chefs héréditaires de la nation Wet’suwet’en, François Legault, continue de manifester son impatience. « Je comprends qu’il faut dialoguer et j’ai essayé, M. Trudeau a essayé, mais un moment donné, combien de temps il faut attendre ? Ça fait trois semaines », a-t-il déclaré.

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Bill Blair, a, pour sa part, assuré n’avoir "aucune information du tout » au sujet de la présence de AK-47 à Kahnawake, mercredi après-midi.
« J’ai une grande confiance en la capacité de la Sûreté du Québec et des corps de maintenir un climat sécuritaire et de réagir de manière appropriée », a-t-il commenté en mêlée de presse après la période des questions.

Vers une pénurie de propane ?

Le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN), Jonatan Julien, a affirmé pour sa part que le Québec disposait actuellement de réserve de propane pour « quatre à cinq jours » avec 12 millions de litres en stock.

« Avec le rationnement, on est à une utilisation d’environ 2,4 millions de litres de propane par jour. Donc, on a quatre ou cinq jours devant nous. […] Naturellement, on commence […] à manquer de solutions. La seule solution demeure le camionnage et on parle de 800 000 à 1 million de litres par jour qu’on peut aller chercher », a-t-il expliqué.

En combinant le ravitaillement quotidien par camion et le rationnement, les réserves pourraient tenir jusqu’à 7 à 8 jours au maximum. « C’est dégressif. Oui, on a cinq jours de stock après ça, on est capable d’aller chercher en approvisionnement la moitié des besoins donc, dans 7 à 8 jours, on va être un grand problème », a-t-il ajouté.

Le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne, a lui affirmé être en « étroite collaboration » avec le MERN et le milieu agricole pour s’assurer que les agriculteurs ne manquent pas de propane ni de nourriture animale. « Au moment où l’on se parle, il n’y a pas de désastre annoncé demain », a-t-il lancé en mêlée de presse.

« Mais, c’est certain que chaque jour qui passe sans résolution de conflit, la précarité de tout ça augmente », a soutenu le ministre.

Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, a fait valoir son inquiétude face à la « santé financière » des petites entreprises. « Je suis préoccupé à court terme pour le fonds de roulement des PME », a-t-il indiqué aux journalistes. Son gouvernement se dit d’ailleurs prêt « à réagir rapidement » pour par exemple offrir des prêts.

« On fait un rapport journalier, il y a 50 compagnies que l’on sonde, des grosses et des petites, s’il faut réagir rapidement, on va le faire. Comme on l’a fait avec le bois d’œuvre, et l’aluminium », a-t-il précisé.

Impacts sur GNL Québec

Le ministre de l’Économie et son collègue de l’Énergie et des Ressources naturelles affirment que l’impasse, qui perdure entre Ottawa et les chefs héréditaires de la nation Wet’suwet’en, qui s’opposent à ce que le gazoduc de Coastal GasLink traverse leurs terres ancestrales, a un impact sur le financement du projet québécois.

« Ce sont des projets qui sont drôlement regardés, c’est sûr qu’il va y avoir un impact […] financier », estime M. Fitzgibbon. « Ce qu’on a vu avec Teck Frontier et tous ces projets-là, c’est sûr que les financiers hors Québec, hors Canada regardent ce qu’il va se passer, comment on va régler les enjeux autochtones, qui sont des enjeux excessivement importants », a-t-il ajouté.

« Ce qui se passe en termes d’acceptabilité sociale, et tout le focus qui est mis sur cette situation-là [le blocage ferroviaire], c’est certain que les investisseurs doivent regarder ça de manière très attentive », a ajouté M. Julien.

« C’est un enjeu à tous égards, l’acceptabilité des autochtones et l’acceptabilité sociale des communautés locales doivent être prises en considération, fortement. C’est un aspect qui est incontournable aujourd’hui. »

Mardi, le premier ministre du Québec, François Legault, a prévenu que pour aller de l’avant, le projet de gaz naturel liquéfié GNL Québec devra obtenir non seulement l’aval de la communauté, mais aussi l’aval des communautés autochtones. Il a aussi rappelé que le financement du projet restait à être attaché.

— Avec Janie Gosselin et Mélanie Marquis, La Presse