(Ottawa) Des Canadiens en Iran disent qu’ils n’ont aucun moyen de quitter le pays maintenant que l’Iran fait face à une éclosion du nouveau coronavirus. Ils demandent à Ottawa de les aider à rentrer chez eux – ou du moins de fournir des services consulaires pendant leur séjour.

Laura Osman
La Presse canadienne

Le gouvernement fédéral a rapatrié plus de 500 Canadiens et leurs familles des régions touchées par la nouvelle souche du coronavirus, qui cause une maladie connue sous le nom de COVID-19, y compris à partir de Wuhan, la ville chinoise au centre de l’épidémie, et du bateau de croisière Diamond Princess au Japon.

Le virus s’est récemment propagé en Iran, qui a confirmé 95 cas et 16 décès au cours de la dernière semaine seulement.

Mashhoud Nasseri, 64 ans, a déclaré qu’il s’était rendu d’urgence à Téhéran la semaine dernière pour être avec sa famille après la mort de sa mère. Il devait rentrer chez lui à Toronto le 2 mars.

« Aujourd’hui même (mardi), j’ai appris que mon vol était annulé », a indiqué M. Nasseri par téléphone depuis le domicile de sa famille à Téhéran.

L’itinéraire de vol devait le conduire de Téhéran à Dubaï, aux Émirats Arabes Unis, puis à New York et enfin Toronto, mais les Émirats Arabes Unis ont interrompu tous les vols en provenance d’Iran pendant au moins une semaine.

Plusieurs pays voisins de l’Iran ont fermé leurs frontières terrestres à toute personne voyageant d’Iran à la suite de l’épidémie virale et certains autres ont également restreint les voyages en avion à destination et en provenance du pays.

Le Canada n’a pas eu de présence diplomatique en Iran depuis 2012. Le gouvernement fédéral avise les Canadiens se rendant en Iran que l’ambassade du Canada à Ankara, en Turquie, est chargée de fournir une assistance consulaire pour l’Iran. L’ambassade d’Italie à Téhéran a également représenté les intérêts du Canada en Iran au cours des huit dernières années et a fourni une aide consulaire aux Canadiens là-bas au besoin.

M. Nasseri a dit qu’il n’était pas clair à qui s’adresser pour obtenir de l’aide afin de revenir auprès de sa femme et de ses enfants au Canada.

« Essentiellement, il n’y a nulle part où aller, personne à qui demander », a-t-il soutenu.

Le Congrès irano-canadien a appelé le gouvernement fédéral à reprendre la prestation de services consulaires en Iran.

Malheureusement, il s’agit d’un autre exemple où le manque de relations diplomatiques et de services consulaires ne fait que nuire aux citoyens canadiens vulnérables à l’étranger.

Younes Zangiabadi, du Congrès irano-canadien

M. Nasseri a affirmé que l’ambiance à Téhéran était tendue et que certains Canadiens souhaitaient désespérément rentrer chez eux. Il examine toutes ses options, y compris la possibilité d’affréter un bateau dans un autre pays du golfe Persique – bien qu’il ne soit pas sûr que cela fonctionnera.

La ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, a déclaré que les efforts de rapatriement du Canada sont limités, étant donné la propagation du virus à l’échelle mondiale.

« Il est difficile à ce moment de s’engager dans un effort de rapatriement. Nous devons nous rappeler que cela nécessite beaucoup de ressources et que les ressources doivent être concentrées en termes de réponse intérieure », a affirmé Mme Hajdu mardi à Ottawa.

Alors que tous les Canadiens et leurs familles rapatriés de Wuhan ont été relâchés de la quarantaine à la base des Forces canadiennes de Trenton en Ontario, un groupe d’une cinquantaine de personnes toujours en Chine espère que le gouvernement fédéral pourra affréter un autre vol pour les ramener au Canada.

Une lettre a été envoyée au nom de ces personnes la semaine dernière à Affaires mondiales Canada pour demander de l’aide.

Affaires mondiales Canada a affirmé dans un communiqué que le gouvernement demeurait disponible pour fournir de l’aide aux Canadiens en Chine, dans la mesure du possible.