« Je tiens à présenter mes excuses sincères à M.  Daniel Weinstock pour l’avoir écarté, à titre d’expert, du forum de consultation sur la révision du cours d’éthique et de culture religieuse. »

Louise Leduc Louise Leduc

C’est en ces mots que Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation a présenté des excuses officielles en personne, puis par voie de communiqué dimanche, au professeur de l’Université McGill pour l’avoir écarté d’une conférence la semaine dernière.

« Je tiens à affirmer publiquement que le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur souhaite l’entendre de nouveau et j’espère qu’il pourra intervenir et présenter sa conférence et son point de vue en tant qu’expert lors du prochain forum prévu, comme il l’a fait lors du forum de Québec. »

Le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur avait d’abord retenu les services de M. Daniel Weinstock pour qu’il fasse une présentation « dans le but d’amorcer des discussions sur la place de l’éthique dans le cursus scolaire québécois », indique le communiqué.

M.  Weinstock, qui devait agir comme expert principal, avait ensuite été désinvité.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Le philosophe et professeur en droit de l’Université McGill, Daniel Weinstock

M.  Roberge affirmait la semaine dernière que ce n’était pas à la suite des écrits de Richard Martineau, chroniqueur chez Québecor, que M.  Weinstock avait été écarté (après avoir initialement affirmé, mercredi, que c’était pourtant le cas).

Le 19 février, Richard Martineau a écrit dans le Journal de Montréal que « Daniel Weinstock a proposé que des médecins québécois effectuent des 'excisions symboliques' sur les jeunes filles ».

Vendredi, Richard Martineau a écrit une « précision ». « Cette affirmation était inexacte. Il aurait fallu préciser que monsieur Weinstock relayait une proposition faite par des médecins américains qui consistait à procéder à une excision symbolique, comme compromis pour éviter l’excision réelle, proposition qu’il ne validait pas, mais qui, selon lui, « ne pouvait être tout simplement évacuée ».

«Dossier clos», dit le professeur Weinstock

En entrevue téléphonique, Daniel Weinstock s’est dit satisfait des excuses. «J’ai eu une bonne conversation avec le ministre. Présenter ses excuses, en politique, ce n’est pas facile et je l’apprécie d’autant plus.»

Le forum se poursuivra jeudi, à Trois-Rivières, mais en raison des cours qu’il doit donner, M. Weinstock ne croit pas que ce sera possible pour lui d’y aller.

Il n’y a plus aucune fâcherie de son côté. «J’espère pouvoir apporter ma contribution à la suite du débat», a-t-il dit.

Vendredi, M.  Weinstock disait réfléchir à la possibilité de poursuivre M.  Roberge et il se montrait irrité de ne pas avoir eu jusque-là de réelles excuses de la part du ministre, mais simplement des «regrets».