(Kahnawake) Les chefs héréditaires de la nation wet’suwet’en se sont rendus à Kahnawake, samedi, pour discuter avec différents membres de la communauté mohawk. Une barricade en soutien au groupe est toujours en place sur la voie ferrée au sud de Montréal.

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

Les chefs, qui s’opposent au projet de la Coastal GasLink de construire un gazoduc passant sur leur territoire pour transporter du gaz naturel vers la côte de la Colombie-Britannique, se sont rendus à la maison longue de Kahnawake, où ils ont été accueillis avec une cérémonie traditionnelle.

Le chef Woos, aussi appelé Frank Alec, s’est brièvement adressé aux médias en fin d’après-midi. Il a réitéré les demandes de retrait de la Gendarmerie royale du Canada et de la Coastal GasLink du territoire. « Nous avons toujours maintenu la même position, nous demandons respectueusement qu’ils enlèvent leurs structures, nous demandons respectueusement qu’ils se retirent du territoire, comme nous avons toujours demandé », a-t-il dit.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Le chef Woos, aussi appelé Frank Alec

L’exécution d’une injonction obtenue par l’entreprise pour poursuivre ses travaux sur le territoire wet’suwet’en et ainsi déloger la barricade créée par les opposants a soulevé l’ire de plusieurs groupes autochtones et environnementaux. Des barricades ont été érigées sur des voies ferrées à différents endroits, paralysant le réseau ferroviaire.

Le chef Woos a indiqué qu’il n’y avait pas eu d’autres communications avec le ministre des Services aux Autochtones Marc Miller. Vendredi, M. Trudeau a appelé à la levée des barricades.

Les chefs héréditaires ont entrepris une tournée des communautés mohawks, qui les ont soutenu. Vendredi, ils sont allés dans la réserve de Tyendinaga, en Ontario.

Le chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec Labrador, Ghislain Picard, était aussi sur place. Il a obtenu la permission de participer à la première partie de la rencontre, qui devait se poursuivre plus tard en journée et abordait alors des questions plus politiques.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Ghislain Picard, chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec Labrador a rencontré le chef Woos.

M. Picard a déploré que les différents gouvernements « se lancent la balle ». « On comprend qu’il n’y a personne qui ose porter l’odieux d’une intervention, sachant qu’est-ce que ça peut causer, mais ceci étant dit, je trouve ça très très malhonnête de remettre la balle dans le camp des Premières Nations », a-t-il déclaré.

Il a jugé les demandes des chefs héréditaires « extrêmement raisonnables » et estime que tous les gouvernements devraient travailler ensemble pour résoudre le conflit.

Le Bureau d’évaluation environnementale de la Colombie-Britannique a ordonné à la Coastal GasLink de continuer ses devoirs, en discutant avec la nation wet’suwet’en. Jeudi, le Bureau lui a donné 30 jours pour faire d’autres analyses. Il a aussi invité les autochtones à collaborer avec l’entreprise.

– Avec La Presse canadienne