Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, affirme que Québec a fait ses « propres recherches » et assure que ce n’est pas une chronique de Richard Martineau qui a amené son ministère à désinviter le philosophe Daniel Weinstock en tant qu’expert principal d’un forum tenu dans le cadre de la réforme du cours d’éthique et culture religieuse.

Marie-Eve Morasse Marie-Eve Morasse
La Presse

Le ministre a appelé le professeur de l’Université McGill vendredi matin, mais il estime qu’il aurait dû le faire plus tôt.

« Il a appris dans les médias qu’il était bienvenu [aux forums], mais qu’il était bienvenu comme expert dans la salle plutôt qu’expert principal sur la scène. On aurait dû faire les choses autrement, on aurait dû communiquer avec lui directement. C’est ce que j’ai fait ce matin en faisant amende honorable », a déclaré Jean-François Roberge. Il a qualifié la conversation qu’il a eue avec Daniel Weinstock de « cordiale ».

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Le philosophe et professeur de l'Université McGill, Daniel Weinstock.

Comme son cabinet l’avait fait la veille, M. Roberge a soutenu que ce n’était pas la chronique de Richard Martineau qui avait été la source de cette décision.

« Nous avons fait nos propres recherches, nous avons constaté qu’il y avait de la controverse et que ça risquait de nous faire perdre de vue l’objectif. […] On ne souhaitait pas que le débat soit pris en otage par un sujet et qu’on perde du temps pour parler d’autre chose », a déclaré Jean-François Roberge.

Pressé par les journalistes de préciser à quelle controverse il faisait référence et de détailler ce que son ministère avait trouvé dans ses recherches, le ministre Roberge est resté évasif.

« Ce n’est pas à moi de décider s’il y a une controverse, on a vu que beaucoup de gens en parlaient et on ne voulait pas perdre de vue l’objectif », a-t-il dit.

Considère-t-il qu'il a désavoué l'universitaire ? « Je ne vois pas un désaveu, ce sont vos mots, pas les miens », a rétorqué Jean-François Roberge.

Martineau reconnaît avoir fait une affirmation « inexacte »

Vendredi, le chroniqueur Richard Martineau a reconnu qu’il a fait une affirmation « inexacte » en soutenant dans une chronique que le philosophe Daniel Weinstock proposait que des médecins québécois effectuent des « excisions symboliques ».

Une précision est publiée vendredi matin dans le Journal de Montréal.

« Dans ma chronique de mercredi, j’écrivais que lors d’une conférence qui s’est tenue à Montréal le 26 avril 2012, "Daniel Weinstock a proposé que des médecins québécois effectuent des 'excisions symboliques' sur les jeunes filles" », écrit Richard Martineau.

« Or, cette affirmation était inexacte. Il aurait fallu préciser que Monsieur Weinstock relayait une proposition faite par des médecins américains qui consistait à procéder à une excision symbolique, comme compromis pour éviter l’excision réelle, proposition qu’il ne validait pas mais qui, selon lui, "ne pouvait être tout simplement évacuée" », poursuit le chroniqueur avant d'en ajouter.

« Donc, qui méritait d’être prise en considération et de faire l’objet d’une discussion rationnelle. À chacun de juger si cette proposition faite par des médecins américains de marquer les organes génitaux des jeunes filles est digne d’être prise en considération. »

Rappelons qu’à la suite de la publication de cette chronique, Québec a désinvité Daniel Weinstock d’un forum auquel il devait participer dans le cadre de la réforme du cours d’éthique et culture religieuse.

Le cabinet du ministre de l’Éducation se défend de s’être basé sur cette seule chronique et affirme que « certains propos tenus par M. Weinstock par le passé portent à confusion ».

En entrevue à la radio de Radio-Canada vendredi matin, Daniel Weinstock a dit que la mise au point publiée dans le Journal de Montréal faisait en sorte que de son point de vue, « l’histoire est close » avec Richard Martineau.

Il a à nouveau demandé des excuses publiques du ministère de l’Éducation « pour clôturer cet incident malheureux » et n’a pas fermé la porte à d’éventuelles poursuites judiciaires. « Pour l’instant, je n’exclus rien », a déclaré Daniel Weinstock.