Les manifestants réunis sur la voie ferrée à Saint-Lambert ont reçu, un peu avant 19 h, des copies papier de l’injonction accordée au Canadien National pour leur demander de quitter les lieux. La trentaine de manifestants qui bloquent les rails avaient auparavant déclaré qu'ils n'ont pas l'intention de bouger.

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

Nicolas Bérubé Nicolas Bérubé
La Presse

C'est un huissier, accompagné de policiers du CN et du Service de police de l'agglomération de Longueuil, qui a remis les documents aux manifestants. Les protestataires ont dit qu'ils prendraient connaissance des documents, avant de demander aux médias de retourner derrière le cordon de sécurité qu'ils ont érigé pour délimiter l'espace.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Des manifestants lisent l'injonction.

Le CN n'a pas voulu accorder d'entrevue en soirée. « La cour a émis une injonction pour la blocade illégale à Saint-Lambert, QC, à l’est de Montréal, QC. Cette injonction a été servie aux manifestants. Nous continuons à collaborer avec les autorités policières locales afin de de faire respecter ces injonctions », a répondu par écrit Olivier Quenneville, directeur principal, affaires publiques au CN.

Vers 21 h 30, tout était calme à la barricade. Les manifestants tentaient de se réchauffer tant bien que mal avec un feu et des boissons chaudes.

Le député de la circonscription Longueuil–Saint-Hubert, Denis Trudel, du Bloc québécois, est venu parler aux manifestants, qui l'ont remercié d'être passé les voir.

« Je leur ai dit qu'on était derrière les [revendications] des Wet'suwet'sen, mais de mettre des barricades, ça met les gens en colère », a dit le politicien.

Plus tôt jeudi, une manifestante est venue s'adresser aux médias vers 17 h 30. « Le Canada est bloqué jusqu’à nouvel ordre, a-t-elle dit. La proposition est simple : les protecteurs et protectrices de l’eau et de la terre sont appelés à bloquer le pouvoir colonial : ports, ponts, routes, rails. Partout. Maintenant. »

« Les gouvernements refusent d’écouter les chefs traditionnels de Wet’suwet'en qui luttent contre un pipeline sur leur territoire », a-t-elle lancé. Elle a refusé de répondre aux questions.

Derrière elle, des contestataires pelletaient de la neige pour forcer de petites buttes sur les rails.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Des manifestants bloquent la voie ferrée près de la gare de Saint-Lambert depuis mercredi, par solidarité avec la communauté de Wet’suwet’en en Colombie-Britannique.

Plus tôt dans la journée, le premier ministre François Legault se faisait catégorique : le blocage ferroviaire de Saint-Lambert serait démantelé par les forces policières aussitôt que la demande d’injonction du Canadien National sera autorisée par le tribunal. Le service de police de l’agglomération de Longueuil a demandé l’assistance de la Sûreté du Québec pour procéder au démantèlement du barrage.

« [Le blocage de Saint-Lambert] se trouve sur un territoire québécois, pas sur un territoire autochtone », avait fait valoir le premier ministre, évoquant une différence entre cette dernière barricade et les autres entraves installées par des autochtones. « À Kanesatake, techniquement, ce sont les Peacekeepers qui sont responsables de faire appliquer les lois et [les manifestants] sont en territoire autochtone », avait-il souligné.

Des manifestants, par solidarité avec la communauté de Wet’suwet’en en Colombie-Britannique, ont installé mercredi une barricade sur la voie ferrée entravant le service de la ligne de train de banlieue exo3 et de VIA Rail entre Montréal et Québec.

« APPEL AUX RENFORTS REJOIGNEZ-NOUS EN GRAND NOMBRE », ont fait savoir la cinquantaine de manifestants sur leur compte Twitter jeudi matin. Nous n'avons pas encore reçu d'injonction. Mais lorsqu'elle arrivera, le gouvernement annonce que l'opération policière sera imminente. Ça risque d'arriver aujourd'hui. Venez en grand nombre ! »

Sur place, les manifestants se réchauffaient autour de quelques feux allumés dans des barils métalliques, à quelques mètres des représentants des médias.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Le camp de fortune des manifestants

Pendant ce temps, David Skitt, qui habite Saint-Lambert, est venu leur faire part ainsi qu'aux médias de son exaspération.

« Ça n'a pas d'allure de bloquer les voies de chemin de fer, c'est majeur ! Ça a un impact sur des milliers de personnes! Pendant ce temps, eux ils se font un party et empêchent les trains de passer. »

M. Skitt a souligné que la GRC allait se retirer du territoire des Wet'suwet'en en Colombie-Britannique. « Donc les manifestants ont obtenu ce qu'ils voulaient. Pourquoi ils ne partent pas! C'est un mystère. »

La cinquantaine de manifestants a essentiellement cessé de parler aux médias jeudi, mis à part de courtes déclarations.

Les policiers se font discrets jusqu'ici : seules quelques autopatrouilles du Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL) étaient présentes près du lieu du blocus.

François Bonnardel a affirmé que la situation devenait « ridicule » et a soutenu que les manifestants de Saint-Lambert se trompent de cible. « C’est particulier là, vous avez des gens qui sont en support aux communautés autochtones, je peux les comprendre, mais on tire sur la mauvaise cible. Les gens ont besoin de ces transports en commun », a lancé le ministre.

Legault maintient la ligne dure

Malgré que ses propos sur l’usage éventuel de la force policière pour défaire les barricades à travers le pays ont suscité de vives critiques – notamment du chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, qui a dit que ce serait « la pire option » – François Legault a maintenu la ligne dure.

« Je demeure convaincu qu’on doit avoir un délai et qu’une fois ce délai expiré, il doit y avoir une intervention des policiers », a réitéré le premier ministre. Mercredi, M. Legault voulait convaincre ses vis-à-vis des provinces qu’il fallait presser Justin Trudeau d’établir un échéancier, sans quoi une action policière coordonnée à travers le pays pourrait être déployée.

« Plusieurs premiers ministres étaient en faveur d’un échéancier et que si l’échéancier n’était pas respecté, qu’on fasse intervenir la police, mais ce n’était pas unanime », a expliqué M. Legault. Les premiers ministres se sont plutôt entendus pour réclamer une conférence téléphonique d’urgence avec M. Trudeau.

En matinée, ils n’avaient toujours pas eu de signal du premier ministre canadien que cet entretien aurait lieu. « Ce qu’on veut savoir c’est, M. Trudeau dit qu’il a un plan, bien on voudrait le connaître. C’est quoi l’échéancier ? Parce que là, chaque jour qui passe, il y a des centaines de millions de pertes pour l’économie canadienne. »

Débat d'urgence

Le Parti québécois et le Parti libéral du Québec ont réclamé jeudi un débat d’urgence à l’Assemblée nationale pour discuter de la crise ferroviaire et en arriver à un plan d’action commun, ce à quoi a consenti le président de l’Assemblée nationale. Le débat aura lieu après la période de questions.

« La solution est entre les mains de M. Trudeau », a réagi M. Legault. « On peut bien débattre pendant des heures à l’Assemblée nationale, mais c’est le temps d’avoir un plan [du fédéral] pour s’assurer que les lois soient respectées. ».

Pour ce qui est de la situation à Saint-Lambert, le chef péquiste par intérim, Pascal Bérubé, a affirmé que le blocus était formé par « des étudiants qui profitent de cette occasion pour manifester ». Il ne s’est toutefois pas prononcé sur une possible intervention policière.

Gabriel Nadeau-Dubois de Québec solidaire a pour sa part été catégorique : « envoyer la police, ça ne réglera pas le problème ».

« C’est une crise globale à laquelle on assiste actuellement. Si les gens cherchent un coupable, il est facile à trouver : c’est Justin Trudeau qui a fait des fausses promesses aux Premières Nations, qui a promis la réconciliation […] et qui depuis son élection n’a en tête que leur forcer des pipelines dans la gorge », a-t-il ajouté.

« Pour ceux qui ont vécu la crise d’Oka, il y avait différents groupes qui étaient là. Il y avait des Mohawks américains qui étaient là, qui n’étaient pas des gens du Québec », a ajouté le chef libéral par intérim Pierre Arcand, qui privilégie à ce stade-ci la négociation.