Le préfet de la MRC de Montcalm, Pierre La Salle, a annoncé jeudi après-midi qu’il quittait son poste.

Francis Vailles Francis Vailles
La Presse

André Dubuc André Dubuc
La Presse

Dans une lettre transmise au média local Plume libre jeudi après-midi, Pierre La Salle déplore le climat de travail malsain qui s’est installé dans cette municipalité régionale de comté, située dans Lanaudière. La MRC a fait l’objet de certains reportages dans La Presse ces dernières semaines.

« Je me retrouve aux commandes d’une organisation sans vie dont les principaux acteurs veulent tous le premier rôle. Je ne peux continuer à bien servir cette organisation et sa population dans de telles conditions. Des huis clos, des rencontres privées et de l’ingérence auprès du personnel ; je ne peux faire partie d’une telle équipe », a-t-il écrit.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE PIERRE LA SALLE

Le préfet de la MRC de Montcalm, Pierre La Salle, a démissionné jeudi.

« Je souhaite travailler dans la confiance et la collaboration plutôt que dans la méfiance et la désunion. Par conséquent, je vous informe aujourd’hui que je quitte mon poste de préfet de la MRC de Montcalm », a dit M. La Salle, qui était en poste depuis février 2019. Il avait été auparavant maire de Saint-Jacques.

Ces dernières semaines, trois autres personnes ont remis leur démission. La directrice générale de la MRC, Line Laporte, a quitté ses fonctions, de même que le directeur des affaires juridiques et la directrice des finances.

Selon la MRC, leur départ ne serait pas lié aux articles de La Presse. Des sources nous ont par ailleurs fait part de problèmes de gestion des ressources humaines à la MRC.

Révélations de La Presse

Au cours des dernières semaines, La Presse a révélé que l’Autorité des marchés publics avait entamé une enquête sur le contrat de déploiement du réseau internet accordé en 2016 par la MRC de Montcalm à la firme d’urbanisme BC2. L’enquête fait suite à une demande des maires de la MRC de se pencher sur le contrat, après qu’ils eurent constaté des irrégularités.

Au sujet du contrat, La Presse a par ailleurs rapporté que la MRC était poursuivie par une firme de génie-conseil sur des allégations d’avoir truqué l’appel d’offres lancé il y a quatre ans pour favoriser BC2. Le déploiement du réseau fait l’objet de dépassement de coûts de 54 %, à plus de 20 millions.

La MRC et BC2, propriété de Michel Collins, ont eu de nombreuses relations d’affaires ces dernières années, notamment pour le réaménagement des territoires de cette MRC de Lanaudière. Cette transformation du schéma d’aménagement a été autorisée par le gouvernement du Québec à l’automne 2019 même si des fonctionnaires clés s’y opposaient.

La Presse a aussi révélé que l’un des principaux promoteurs immobiliers à profiter du réaménagement des territoires de la MRC a été conseillé par la même firme d’urbanisme et le même urbaniste embauché par la MRC, soit BC2 et Michel Collins.