Dans un exercice pour le moins inédit, le chef néodémocrate, Jagmeet Singh, et l’élue démocrate du Congrès américain, Alexandria Ocasio-Cortez, s’affrontent vendredi soir en ligne dans une partie du jeu vidéo « Among Us », afin de rejoindre un public plus jeune et connecté. Une technique qui pourrait porter ses fruits, croient des experts.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

« Je suis vraiment très excitée », a lancé celle qu’on surnomme « AOC » dès le début de la diffusion en direct, en vantant les « politiques progressistes » de M. Singh au Canada. Plus d’une centaine de milliers d’usagers ont assisté à l’événement virtuel, via les comptes des deux politiciens.

PHOTO ROBYN BECK, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Alexandria Ocasio-Cortez

C’est Jagmeet Singh qui avait mis l’élue américaine au défi de l’affronter via les réseaux sociaux, jeudi. « Des députés canadiens et des membres du Congrès américain qui s’éjectent dans l’espace. Qu’est-ce qui pourrait mal tourner ? » lui a répondu la jeune femme de 31 ans sur Twitter, en acceptant son invitation.

Développé par le jeune studio américain InnerSloth, le jeu « Among Us » oppose de minuscules astronautes à un saboteur dans leurs rangs, un imposteur anonyme dont l’objectif est de tuer d’autres membres de l’équipage avant qu’ils ne puissent l’identifier, réparer leur vaisseau et retourner sur Terre.

Les politiciens sont unis, [contrairement à ce jeu]. Nous ne voulons pas tuer des gens, mais bien s’assurer qu’on améliore leur quotidien.

Jagmeet Singh, chef du NPD, sur le ton de l’humour

En octobre, Mme Ocasio-Cortez avait fait ses premiers pas avec ce populaire jeu vidéo dans le but d’encourager les jeunes électeurs à se rendre aux urnes, le 3 novembre. Elle avait alors attiré un impressionnant auditoire de 439 000 curieux.

AOC détient aussi un quasi-record sur Twitch. Sa diffusion en direct du 20 octobre, aux côtés de sa consœur progressiste Ilhan Omar, a été l’un des évènements les plus regardés des neuf ans d’histoire de Twitch, devenu un outil populaire auprès des politiciens afin d’attirer de jeunes partisans.

Un « grand coup » pour le NPD ?

Pour la politologue Stéphanie Chouinard, professeure en science politique à l’Université Queen’s, cette activité en ligne représente « un grand coup » pour Jagmeet Singh. « Alexandria Ocasio-Cortez est le visage des jeunes de gauche dans le parti démocrate. C’est un gros avantage pour les néodémocrates de s’afficher avec elle », raisonne-t-elle.

Ça pourrait donner des idées à d’autres partis pour la prochaine campagne électorale, qui pourrait arriver avant qu’un vaccin contre la COVID-19 soit accessible. C’est un ballon d’essai pour le NPD.

Stéphanie Chouinard, politologue

Le coordonnateur au Laboratoire de recherche en médias socionumériques de l’UQAM, Jonathan Bonneau, abonde dans le même sens. Pour lui, l’exercice s’inscrit dans une volonté politique de rejoindre la communauté du « gaming », traditionnellement plus jeune. « Je ferais le parallèle avec ce qu’a fait Joe Biden avec le jeu Animal Crossing. Les démocrates veulent se rajeunir. L’idée est d’aller chercher des électeurs de Bernie Sanders qui sont plus jeunes. Et le NPD essaie de suivre cette mouvance », analyse-t-il.

Pour autant, utiliser Twitch comme outil de communication est relativement nouveau, selon lui. « C’est une plateforme qui est en descente depuis l’arrivée de TikTok et les services en direct de YouTube, donc ce n’est pas le premier endroit auquel on pourrait penser pour faire de la publicité politique. L’approche en soi est nouvelle », ajoute M. Bonneau.

Si le streaming en ligne demeure « dangereux » pour des élus, il peut leur faire gagner beaucoup auprès des jeunes connectés, affirme le spécialiste. « Ils gagnent des points ne seraient-ce qu’en annonçant cette présence en ligne. Les deux veulent se montrer jeunes de cœur, transparents, ouverts, bref incarner la nouvelle vague de politiciens connectés », conclut-il.

– Avec La Presse canadienne