C’est la fin d’une époque. Après 30 ans à La Presse, dont 17 à la barre de la salle de rédaction, le vice-président information et éditeur adjoint Éric Trottier quittera ses fonctions le 1er janvier prochain, « à minuit une seconde », afin de relever de nouveaux défis.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

« Le temps est venu pour moi de passer à autre chose. Ce n’est pas que j’ai perdu la flamme, bien au contraire. Mais ça fait quelques années que je réfléchis à l’idée d’une nouvelle carrière. J’ai fêté mes 55 ans récemment. Le moment est venu », explique le principal intéressé, dans une lettre transmise aux employés.

Dès son arrivée, en novembre 1990, M. Trottier avait fait la promesse au directeur de l’information de l’époque, Marcel Desjardins, qu’il deviendrait « le prochain Denis Lessard, déjà le roi du scoop au pays ». « Personne ne devient Denis Lessard. Mais cette déclaration un peu présomptueuse a définitivement inspiré le style de journalisme que j’ai toujours voulu mettre de l’avant », raconte-t-il dans ses écrits.

Une longue carrière

Pour Éric Trottier, tout a commencé dans le monde des médias étudiants, au secondaire puis à l’université, dans le Montréal Campus. Entré à La Presse par le stage d’été après un bref passage au Journal de Montréal et La Voix de l’Est, il s’est ensuite illustré comme journaliste aux faits divers, puis à la politique municipale, et ce pendant plus d’une décennie, avant d’être nommé adjoint au directeur de l’information en 2002.

L’année suivante, il devenait directeur de l’information. Depuis 2010, c’est lui qui était à la tête de la salle de rédaction, un métier « exigeant pour la vie personnelle et familiale ». Celui-ci l’occupait jour et nuit, même pendant ses vacances, tantôt pour relire un texte, tantôt pour soutenir ses effectifs sur le terrain, de la guerre en Irak aux scandales de corruption, en passant par les attentats de Québec et d’Ottawa, notamment.

Il est temps de remplacer le "gros boss" par quelqu’un de plus jeune, avec de nouvelles idées. Ainsi va la vie.

Éric Trottier, éditeur adjoint de La Presse

Avec plusieurs autres collègues, l’éditeur adjoint sortant aura été au cœur de la transformation numérique de l’entreprise, avec l’arrivée de La Presse+ en 2013. Il se souvient d’ailleurs de cette époque comme étant « la plus extraordinaire mission » que l’organisation ait connue à ce jour. « Ce fut une décennie de remises en question et de discussions enflammées, certes, mais ce défi fut des plus exaltants », affirme M. Trottier, disant quitter avec « la certitude » que son média « est sur la voie du retour aux beaux jours ».

Le président de La Presse, Pierre-Elliott Levasseur, a salué les réussites de son collègue. « Sous Éric, La Presse s’est démarquée notamment par un nombre impressionnant de prix et une augmentation considérable du lectorat. Il a indéniablement contribué à accroître le rayonnement et l’impact de notre média dans la société », a dit M. Levasseur, en lui souhaitant la meilleure des chances pour la suite.

Dans les prochains mois, Éric Trottier compte prendre du repos et s’autoriser enfin « de vraies vacances » sans interruption. « Il est temps pour moi de voir quel genre d’homme je puis être en dehors de cette magnifique boîte », conclut-il.