Le Service de police de la ville de Laval a confiné un de ses policiers à des travaux administratifs, mercredi, après qu’il ait nié l’existence de la pandémie sur Facebook, affirmé qu’il s’agit d’une « arnaque » et prétendu que le gouvernement voulait accorder aux policiers des mandats pour « défoncer des portes d’honnêtes citoyens ».

Tristan Péloquin Tristan Péloquin
La Presse

« Je ne peux plus participer à cette fausse mascarade du gouvernement », a affirmé le policier Maxime Ouimet, dans un long billet sur Facebook, où il affirmait sous le pseudonyme Max Microbeau qu’il est policier depuis 12 ans. « Jamais je [ne] vais faire une demande de mandat pour satisfaire ce qui frôle selon moi une Dictature. »

Tôt en matinée, le Service de police de Laval a répliqué sur Facebook, en dénonçant les « propos inadéquats de l’un de nos policiers sur les médias sociaux. » Le billet a ensuite été supprimé, après que des centaines de commentaires hargneux ont été publiés. Le SPVL dit avoir dû démarrer une enquête après que des menaces de mort aient été faites sur Facebook à l’endroit des policiers lavallois.

« Ce policier-là ne peut pas être sur la route avec son état d’esprit. Il a été immédiatement sorti de la route et confiné à des travaux administratifs », a indiqué le chef du service de police, Pierre Brochet, en entrevue à La Presse.

Demande de congé sabbatique pour cause de COVID

Selon nos informations, M. Ouimet exploite une entreprise de soins capillaires à Terrebonne, parallèlement à son emploi de policier. Une source policière affirme qu’il est en conflit avec la direction depuis longtemps.

Il a récemment fait une demande de congé sabbatique au SPVL « pour cause de COVID et pour protéger sa famille », confirme M. Brochet.

« Je ne sais pas quoi penser. C’est une situation ambiguë », commente le chef de police.

Maxime Ouimet n’a pas répondu à la demande d’entrevue de La Presse. Il a affirmé sur son autre page Facebook « Policier du peuple pour le peuple » que la réaction du SPVL est une forme de « CORRUPTION ET MANIPULATION DE LA VÉRITÉ/CENSURE ».

« Il ne faut pas que les citoyens pensent que nos policiers pensent comme ça, affirme M. Brochet. Les policiers, depuis six mois, travaillent pour combattre la pandémie. Ils sont fiers et font un travail remarquable. Ça c’est un policier qui utilise son uniforme dans les médias sociaux pour passer son opinion personnelle, et c’est inacceptable. »