Plus d’une centaine de jeunes se sont rassemblés vendredi soir au parc du Père-Marquette, dans La Petite-Patrie, malgré des appels à la prudence répétés du gouvernement Legault dans les derniers jours. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a activement surveillé le secteur.

Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

Au passage de La Presse, bien des jeunes ne portaient pas de masque et ne pratiquaient pas de distanciation physique. « On va informer les personnes sur place que, dans le meilleur des mondes, ils doivent garder une distance. Il y a plus d’une centaine de jeunes selon nos informations », a confirmé Jean-Pierre Brabant, porte-parole du SPVM.

Des rondes ont notamment été effectuées par des patrouilleurs aux alentours du parc afin de « tâter le pouls » des gens sur place et de déterminer combien de personnes étaient attendues. Les policiers n’ont toutefois pas effectué d’intervention. « Advenant que la foule dépasse les 250 personnes, il y aurait une action de notre part pour disperser les gens. On n’est pas dans cette situation », dit M. Brabant.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

En fin de soirée, la situation était plutôt « sous contrôle », affirme le SPVM, qui « garde un œil » sur ce genre de rassemblements depuis le début de la crise. « On essaie de conscientiser les gens, surtout par le simple fait de notre présence », illustre M. Brabant, indiquant que le corps policier ne veut pas mettre ses agents en danger pour autant.

Le CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, lui, affirme avoir été mis au courant de la situation rapidement. Racha-Michèle Asso, porte-parole de l’organisation, déplore que ces rassemblements « ne respectent pas les consignes de santé publique et les règles édictées par décret » du gouvernement du Québec.

Le dépistage est recommandé s’il y a des contacts à risque. Nous allons suivre, au niveau de nos enquêtes, pour voir si des cas sont associés à cet évènement.

Racha-Michèle Asso, porte-parole du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal

Appel à la vigilance

Ce nouveau rassemblement survient alors que plus tôt, vendredi, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, avait fait une mise en garde aux Québécois à la veille de la longue fin de semaine de la fête du Travail. Il a appelé la population à la vigilance en raison de l’augmentation des cas de COVID-19 dans les derniers jours.

« C’est normal de vouloir voir son monde. Dans le contexte de la pandémie actuelle, il faut redoubler de prudence. On le fait pour nos écoles, pour notre personnel de santé, pour nos aînés », a indiqué le ministre.

L’élu a qualifié le niveau d’alerte d’« important », alors que le Québec recense depuis deux jours plus de 180 cas quotidiens. Jeudi, le Québec a dépassé le seuil de 20 cas par million d’habitants, considéré comme le signe de la reprise de l’épidémie dans la province après l’accalmie du cœur de l’été.

Enfin, le ministre Dubé a aussi demandé d’écarter les fêtes d’initiation, dont certaines seraient tout de même prévues malgré la pandémie. « Je demanderais aux responsables de ces partys-là de les revoir, de les annuler. Il ne faut pas que ça arrive. C’est très dangereux », a-t-il ajouté.