(Montréal) Quelque 200 entreprises accueilleront 280 finissants de cégep qui vivent avec un handicap, pour un stage, grâce à un coup de pouce donné par les gouvernements du Québec et d’Ottawa.

Lia Lévesque
La Presse canadienne

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a annoncé lundi qu’il octroyait à cet effet la somme de 651 400 $ à l’organisme ROSEPH, le Regroupement des organismes spécialisés pour l’emploi des personnes handicapées.

Pour le moment, il s’agit du volet national, qui concerne plusieurs régions à la fois. Mais la stratégie prévoit aussi des volets régionaux.

Ainsi, 280 finissants des cégeps de Saint-Hyacinthe, du Vieux-Montréal et Édouard-Montpetit (à Longueuil) pourront obtenir un stage dans l’une des 200 entreprises participantes. Ces stages dureront de 6 à 12 semaines.

Au cours d’une conférence de presse pour présenter l’initiative, lundi à Montréal, le directeur général de ROSEPH, Joseph Giulione, a expliqué que sans ces stages, certains étudiants vivant avec un handicap ne pouvaient obtenir leur diplôme, puisqu’ils n’avaient pas réussi à faire le stage requis dans leur formation.

« Je suis convaincu que ce projet-là va faire des petits ! » s’est exclamé M. Giulione.

Comme ces jeunes ne pouvaient obtenir leur diplôme, « au lieu d’intégrer le marché du travail comme des travailleurs actifs, ils se ramassaient sans emploi. Ce projet-ci va nous permettre de tourner la page et d’y aller dans un autre sens », s’est réjoui M. Giulione.

Le ministre Boulet a souligné que les jeunes ont été particulièrement affectés par la pandémie de coronavirus. « Les 15-24 ans ont perdu 132 000 emplois de mars à juin. Ça représente à peu près 25 % des emplois détenus par cette catégorie d’âge. Leur taux de chômage, bien qu’en baisse, s’établissait toujours à 17,2 % en juillet. »

« Pour nous, il est donc primordial de leur offrir les outils nécessaires pour le développement des habiletés socioprofessionnelles pour nous assurer de lever toutes les barrières à leur intégration dans le marché du travail », a ajouté le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

Le gouvernement fédéral avait déjà annoncé que dans le contexte, il injectait 40 millions de plus dans la stratégie Emploi et compétences jeunesse, afin de créer plus de possibilités pour les jeunes, en donnant la priorité à ceux qui rencontrent des obstacles à l’emploi, a noté Soraya Martinez Ferrada, secrétaire parlementaire du ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté.