(Montréal) Treize organismes autochtones du Québec se sont partagé une enveloppe de 2,7 millions octroyée par le gouvernement fédéral afin de les aider à répondre aux « besoins criants » des autochtones des milieux urbains pendant la pandémie de COVID-19.

La Presse canadienne

Ces fonds récemment octroyés visent notamment à fournir de l’aide alimentaire, à améliorer les services de soutien en santé mentale et à lutter contre l’itinérance.

Ottawa a aussi récemment versé 19 millions aux centres d’amitié autochtone de l’ensemble du pays, dont près de trois millions de dollars à ceux du Québec, a indiqué mardi le ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller, lors d’une conférence de presse virtuelle.

Les organisations autochtones ont pris « des mesures incroyables pour protéger les plus vulnérables et appuyer ceux qui en ont le plus besoin », a insisté le ministre Miller, ajoutant que « leur travail est essentiel et leur leadership a sauvé des vies ».

Le Centre d’amitié autochtone de Montréal a par exemple reçu 150 000 $, afin d’aider à nourrir les personnes qui le fréquentent, a illustré le directeur exécutif Brett Pineau.

La directrice des opérations au Réseau de la communauté autochtone à Montréal, Brooke Deer, a expliqué que l’organisme a lui aussi répondu à l’appel criant en nourriture durant la pandémie. En tout, 2000 repas ont été livrés et 200 ménages ont reçu des cartes-cadeaux.

Bien que la COVID-19 a infecté et tué peu d’autochtones, les morts liées à la santé mentale et aux dépendances sont en hausse, ce qui augmente la pression sur les équipes et la communauté, a noté Shazie Phillips du Centre de justice des Premiers peuples de Montréal.

Les fonds proviennent d’une aide totale de 1,7 milliard qui est destinée à appuyer les communautés autochtones du pays pour faire face à la pandémie de COVID-19.