(QUÉBEC) Geneviève Guilbault lance un appel au civisme et déplore le comportement d’une « minorité » de touristes qui ont pris d’assaut les plages de la Gaspésie, faisant fi des règles. Le Parti québécois réclame pour sa part que Québec débloque un « budget spécial » pour soutenir les municipalités touchées.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

« Il y a une minorité de touristes qui semblent avoir oublié le respect et la politesse de base », a lancé lundi la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, qui tenait à Montréal l’habituel point de presse du gouvernement Legault sur l’évolution de la pandémie de COVID-19.

Les images montrant des plages souillées par des visiteurs irrespectueux, notamment à Gaspé et à Percé, sont « choquantes » et « brisent le coeur », a-t-elle dit. « Ça n’a pas de bon sens », a poursuivi la vice-première ministre.

La Gaspésie est frappée par l’arrivée massive de touristes depuis le début des vacances. Des campeurs ont notamment installé leur tente ou leur véhicule récréatif au milieu de la végétation fragile et laissé derrière eux des rebuts, au grand dam des élus et des résidants de la région.

PHOTO PAUL CHIASSON, LA PRESSE CANADIENNE

Geneviève Guilbault, vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique

« Je demande à cette minorité de gens qui, disons, se sont laissé aller de manière un peu excessive de faire attention, de faire preuve de civisme et de respect. Ce n’est pas drôle pour nos municipalités, pour les autres voyageurs », a-t-elle ajouté. Elle a aussi parlé d’« inconvénients ponctuels » qui sont maintenant « sous contrôle ».

« Depuis quatre jours, on s’aperçoit que la situation s’est beaucoup améliorée », a ajouté la vice-première ministre. « On parlait ce matin [lundi] avec le maire de Gaspé [Daniel Côté] qui nous confirmait que les choses se sont nettement améliorées et on reste en communication constante », a-t-elle assuré.

Message entendu

En entrevue à Radio-Canada Gaspésie–Les-Îles-de-la-Madeleine, le maire Côté a indiqué que, sur le terrain, le message « commence à être entendu ». La Presse n’a pu s’entretenir avec l’élu gaspésien, lundi.

Dans les heures qui ont précédé le point de presse de Mme Guilbault, la députée de Gaspé, Méganne Perry Mélançon, a réclamé l’intervention du gouvernement et l’octroi d’un « budget spécial » pour permettre l’embauche rapide, par les municipalités les plus visées, d’agents de sécurité afin d’accroître la surveillance sur les plages.

Ces sommes permettraient aussi aux villes d’augmenter l’affichage des règlements municipaux et à la Sûreté du Québec de bonifier sa patrouille, croit la députée péquiste. Il faut augmenter la surveillance sur les plages pour éviter qu’elles se transforment en lieux d’hébergement improvisés, a-t-elle martelé.

La situation occasionne non seulement des problèmes de salubrité, selon Mme Perry Mélançon, mais aussi des « rassemblements trop serrés » en pleine pandémie.

« L’enjeu est important, la saison touristique se poursuivra pour plusieurs semaines encore et les moyens locaux sont trop limités pour nous permettre de faire respecter notre territoire », a soutenu Mme Perry Mélançon, qui demande à Mme Guilbault de se rendre en Gaspésie pour « envoyer un message fort » aux dissidents.

Déjà à l’œuvre, dit Québec

Aux demandes du Parti québécois, Mme Guilbault a répondu « qu’elle est là-dessus » depuis quatre jours déjà.

« On n’a pas attendu [la sortie] du Parti québécois, a-t-elle répliqué. Vendredi, on a coordonné une rencontre avec quelques ministères pour coordonner une action gouvernementale en soutien à la municipalité, entre autres, de Gaspé. […] On a déployé certains efforts, entre autres chez nous [au ministère de la Sécurité publique], on a ajouté des effectifs policiers », a-t-elle énuméré.

Le bureau de Mme Guilbault a confirmé que la Santé publique ainsi que les ministères du Tourisme, de l’Environnement et des Affaires municipales « sont en soutien » à Gaspé.

Geneviève Guilbault dit ne pas exclure de se rendre sur les lieux, comme le demande le Parti québécois, mais a précisé que sa collègue du ministère du Tourisme, Caroline Proulx, devrait y être la semaine prochaine.

« Si ça s’avérait nécessaire, je pourrais y aller, bien sûr, mais comme je vous dis, je comprends qu’eux [le PQ] réalisent ça ce matin [lundi], mais nous, ça fait des jours qu’on est là-dessus », a-t-elle répondu aux journalistes, expliquant préférer « déployer des moyens concrets » que « d’aller visiter pour visiter ».

Dans un gazouillis à la suite d’un point de presse, la députée péquiste a enjoint à la ministre Guilbault de « laisser tomber la partisanerie ».