Il a récolté des millions pour le Parti libéral du Québec. Pour certains, l’homme d’affaires Marc Bibeau était « plus pesant qu’un ministre ». Et pourtant, dans le grand public, personne ne connaissait son nom. Il y a plus de six ans, les policiers faisaient le premier geste d’une grande enquête sur le financement du Parti libéral, une investigation qui n’est toujours pas terminée. Portrait de l’homme de l’ombre de l’ère Charest.

Katia Gagnon Katia Gagnon
La Presse

Kathleen Lévesque Kathleen Lévesque
La Presse

Tristan Péloquin Tristan Péloquin
La Presse

Démarche

Pour rédiger ce portrait de Marc Bibeau, nous avons contacté un total de 50 personnes. Un certain nombre de ces sources ont désiré conserver l’anonymat, soit parce qu’elles craignent de subir des représailles de la part de M. Bibeau, qu’il pourrait leur arriver d’être de nouveau en relation avec lui sur le plan personnel ou professionnel, qu’elles sont elles-mêmes visées par des poursuites judiciaires, ou alors parce qu’elles redoutent une poursuite de la part de M. Bibeau. Nous avons pris contact avec les représentants légaux de M. Bibeau à plusieurs reprises pour obtenir une entrevue avec lui, qu’il a finalement déclinée par l’entremise de ses avocats. Nous leur avons également demandé de nous mettre en contact avec des proches ou des amis de M. Bibeau qui seraient prêts à parler de lui, chose qu’ils ont également refusée.

L’influenceur

« Est-ce que notre “boss à tous” est au bureau aujourd’hui ? »

La femme qui écrit ce courriel, en juillet 2008, n’est pas n’importe qui. C’est Violette Trépanier, responsable du financement au Parti libéral du Québec (PLQ). Elle s’adresse à l’adjointe de Marc Bibeau aux Centres d’achats Beauward, l’une des entreprises de la famille Bibeau.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Marc BIbeau

Pour les policiers de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) qui enquêtent sur le financement du parti, avec cette expression sans équivoque, Mme Trépanier semble clairement faire référence à Marc Bibeau. Car l’adjointe en question gère aussi l’agenda de ce dernier en ce qui concerne les activités de financement du PLQ. C’est ce que les policiers allèguent dans une déclaration sous serment rendue publique il y a deux semaines à la suite d’une décision de la Cour suprême.

Marc Bibeau et Jean Charest « sont devenus de très bons amis au fil des ans », a reconnu Mme Trépanier au cours d’une rencontre avec les policiers. Les deux hommes sont « très, très près », ils sont « comme des frères », souligne Claudio Vissa, ex-vice-président de SKW, une firme d’ingénierie, toujours lors d’un entretien avec les policiers de l’UPAC.

Selon les témoignages de dizaines de dirigeants d’entreprises d’ingénierie, Marc Bibeau en menait très large au sein du gouvernement Charest. Luc Benoit, ex-président de Tecsult, le présente aux policiers comme « la porte d’entrée pour obtenir de l’information pour les projets du gouvernement ».

PHOTO ROBERT MAILLOUX, ARCHIVES LA PRESSE

Luc Benoit, ex-président de Tecsult

Autour de 2004, il se présente, carte professionnelle avec le logo du gouvernement à l’appui, comme « conseiller du premier ministre », relate Georges Dick, ancien président de la firme d’ingénierie RSW, dans un entretien avec les policiers. (Une affirmation à laquelle Jean Charest a dit ne pas prêter foi en entrevue à Radio-Canada, le 21 janvier dernier.) Marc Bibeau est en mesure de montrer le pointage d’entreprises citées lors d’appels d’offres, témoigne Luc Benoit. M. Bibeau, affirme ce dernier, l’a même déjà appelé pour « lui annoncer qu’il avait eu un contrat avant que ça soit officiel ».

Bref, à en croire ces présidents d’entreprise, Marc Bibeau se présentait comme un influenceur. La proposition la plus limpide est faite à Luc Benoit, à qui M. Bibeau suggère de faire traîner les négociations sur le métro de Laval, « le temps qu’il convainque le ministre de changer de position », toujours selon les déclarations sous serment produites par l’UPAC.

Au début des années 2000, Marc Bibeau organise de fastueuses réceptions dans son domaine de Beaconsfield pour remercier les firmes qui contribuent généreusement à la caisse libérale, ont raconté sept dirigeants d’entreprises à l’UPAC. « Il y avait aussi la présence de ministres, de députés et du PM », écrit l’UPAC dans un affidavit.

Un ancien acteur de la scène municipale a raconté à La Presse avoir été renversé par la précision des informations détenues par Marc Bibeau dans certains dossiers, après l’élection des libéraux, en 2003. « Il avait d’excellentes informations. Est-ce que ça venait en aval ou en amont du Conseil des ministres ? Ce qui est certain, c’est qu’il avait des informations très précises. Dans certains dossiers, il connaissait parfaitement les tenants et aboutissants. Venant d’un député, ça aurait été normal, mais lui, il n’avait pas de rôle nulle part. C’était surprenant », relate-t-il.

C’était assez connu qu’il avait un pouvoir d’influence énorme sur le premier ministre. On entendait souvent dire qu’il était plus pesant qu’un ministre.

Un ancien acteur de la scène municipale, ayant requis l’anonymat

Une adjointe au bureau du premier ministre s’est étonnée devant les agents de l’UPAC qu’on lui ait demandé de transmettre à Marc Bibeau des documents confidentiels du ministère des Transports à l’aide d’un fax crypté. Une situation, souligne-t-elle, qui s’est produite « plusieurs fois ».

Nous avons cherché à parler à Marc Bibeau pour ce portrait, mais il a décliné notre demande d’entrevue. Il nous a cependant fait parvenir une déclaration écrite, qui résume sa position. « Il est évident que notre client fait l’objet d’une enquête démesurée, parsemée de fuites et de violations de ses droits fondamentaux », estiment ses avocats, William Brock et Léon Moubayed. Marc Bibeau « réaffirme son intégrité » et réitère que son engagement politique s’est toujours fait « librement, bénévolement, par conviction personnelle et en conformité avec les lois ».

> Lisez l’intégralité de la déclaration des avocats de Marc Bibeau

Entre 2006 et 2012, Marc Bibeau a communiqué près de 700 fois – l’équivalent d’un appel tous les trois jours – avec Jean Charest, alors premier ministre, rapportait le Journal de Montréal en 2017, sur la foi de registres téléphoniques obtenus par l’UPAC.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Jean Charest

Jean Charest n’a pas non plus donné suite à nos demandes d’entrevue. Dans sa récente entrevue à Radio-Canada, l’ex-premier ministre a cependant défendu le travail de Marc Bibeau. « Je n’ai jamais douté de l’honnêteté de Marc Bibeau. Et encore aujourd’hui. Jamais. Pas un seul instant. » M. Charest a accusé l’UPAC de s’être livrée depuis six ans à une « partie de pêche ». Pour lui, il n’y a « aucun fait avéré » dans les déclarations sous serment publiées il y a deux semaines.

Nominations sous influence 

Avec la victoire des libéraux en 2003, Marc Bibeau avait acquis un statut au sein du PLQ, qui ne se démentira pas au fil des ans. Il était devenu incontournable et, surtout, il avait l’oreille du premier ministre, alors que le changement de gouvernement avait entraîné une série de nominations pour installer des gens de confiance dans des postes clés. « Marc Bibeau influençait autant qu’il pouvait les nominations du Conseil des ministres », affirme une source proche de Jean Charest, qui a requis l’anonymat.

Certaines personnes ont été approchées par Violette Trépanier et Marc Bibeau pour des nominations sur des conseils d’administration de sociétés d’État.

Les policiers de l’UPAC dans une déclaration sous serment

Une adjointe de Chantal Landry, responsable des nominations au cabinet du premier ministre, a déclaré aux enquêteurs de l’UPAC que Marc Bibeau et Violette Trépanier lui apportaient des curriculum vitæ. « Elle se rappelle que Violette Trépanier l’avait appelée alors qu’elle était à Montréal avec Marc Bibeau pour lui demander de leur envoyer la composition des conseils d’administration des organismes gouvernementaux. » La documentation – postes, durée des mandats, émoluments – aurait été rassemblée dans une reliure à anneaux (cartable), que Mme Landry aurait refusé de fournir à Violette Trépanier et Marc Bibeau.

IMAGE ARCHIVES LA PRESSE

Violette Trépanier

La Presse a contacté cinq personnes du milieu des affaires qui ont été nommées à des conseils d’administration de sociétés d’État après l’élection des libéraux en 2003. Norman Hébert a été nommé en 2004 au conseil d’administration d’Hydro-Québec, puis à la présidence de celui de la Société des alcools, en 2006. Il ne nie pas le rôle que Marc Bibeau a « possiblement » joué auprès de Jean Charest pour sa nomination. « Ce n’était pas un secret qu’il était près du premier ministre. Donc, est-ce qu’il jouait un rôle au niveau des nominations ? Possiblement comme conseiller », affirme M. Hébert, qui dirige le Groupe Park Avenue.

Après les élections de 2003, au moins quatre autres personnalités d’affaires proches de Marc Bibeau ont été nommées aux conseils d’administration de diverses sociétés. Solange Dugas à Loto-Québec, Marie-Anne Tawil à la Société de l’assurance automobile et à Hydro-Québec, Steven Cummings à la Caisse de dépôt et Diane Lanctôt à Investissement Québec. Ils ont tous refusé de commenter leur nomination ou de contribuer à ce portrait, convenant cependant qu’ils étaient des amis de M. Bibeau.

Tout comme Norman Hébert, ces proches ont notamment côtoyé Marc Bibeau dans le cadre de la Young Presidents Organization (YPO), un réseau mondial de leaders du monde des affaires. Solange Dugas est une amie de longue date de Marc Bibeau, avec qui elle partage notamment les plaisirs du ski. Leurs filles sont allées à la même école, The Study à Westmount. Diane Lanctôt a reconnu d’emblée être une amie de M. Bibeau lorsque nous l’avons jointe au téléphone. L’avocate Marie-Anne Tawil, qui dirige les Investissements Iron Hill, a aussi convenu que Marc Bibeau est un « ami » pour qui elle a « beaucoup de respect ». Sa fille a également fréquenté l’école The Study.

Pour Michel Nadeau, de l’Institut sur la gouvernance d’organisations privées et publiques (IGOPP), c’est un réflexe normal de se tourner vers des connaissances, de surcroît lorsque ces dernières sont compétentes, pour occuper des postes aux conseils d’administration de sociétés d’État. Le président, en particulier, est « l’homme de confiance du gouvernement » et doit être « assez proche du premier ministre et des ministres ».

Les registres téléphoniques obtenus par l’UPAC et dont le Journal de Montréal a fait état en 2017 montrent qu’entre 2006 et 2012, Marc Bibeau a communiqué 1241 fois, l’équivalent d’un appel tous les deux jours, avec Marie-Anne Tawil, qui siégeait alors au conseil d’administration d’Hydro-Québec.

Dans la foulée de l’élection des libéraux, Marc Bibeau, qui n’occupait aucune fonction officielle ni au sein du gouvernement ni même au parti, a assisté à certaines entrevues de sélection pour les dirigeants de sociétés d’État. Alain Cousineau, qui a été nommé PDG et président du conseil de Loto-Québec juste après les élections de 2003, se souvient très bien que Marc Bibeau était l’une des quatre personnes qui assistaient à son entrevue de sélection.

« Il n’y avait pas tout un processus comme celui d’aujourd’hui. À l’époque, rien de cela n’existait. C’était dans la foulée des élections, dans la foulée du comité de transition », précise-t-il à La Presse.

Dès l’arrivée de Jean Charest sur la scène québécoise, l’homme d’affaires en a mené large. En 1998, un apparatchik libéral, qui désirait offrir ses services pour assurer les communications de Jean Charest, avait passé une entrevue à son bureau de Montréal. Jean-Bernard Bélisle, alors chef de cabinet de Charest, mène l’entrevue aux côtés de Marc Bibeau.

« Il était là pendant le processus d’entrevue. Je me suis toujours demandé ce qu’il faisait là, je ne savais même pas qui c’était », se souvient notre source, qui a désiré conserver l’anonymat. Après l’entrevue, il s’enquiert auprès du personnel du cabinet Charest de l’identité de son intervieweur. « On m’a répondu que si je voulais un travail avec les libéraux, c’était quelqu’un à qui je devais parler. »

À cette époque, Jean Charest tente de reconstruire les liens avec les militants du PLQ affectés par la défaite électorale. Ronald Poupart, ancien chef de cabinet de Robert Bourassa, sera invité à rencontrer Marc Bibeau pour faire son entrée dans le cabinet de M. Charest. La rencontre se déroule dans un hôtel de Laval, lors d’un petit déjeuner. Malgré la présence de deux autres personnes qui ont un rôle officiel au sein du PLQ, c’est Marc Bibeau qui présente la proposition au nom de Jean Charest.

J’étais étonné parce que je ne le [Marc Bibeau] connaissais pas. Il s’est présenté comme un ami de M. Charest en me disant qu’il parlait en son nom pour m’offrir le poste de chef de cabinet.

Ronald Poupart, ancien chef de cabinet de Jean Charest

L’embauche a lieu la semaine suivante.

« Un service »

Dans les documents policiers, l’homme d’affaires Lino Zambito raconte aux policiers avoir reçu un appel de Marc Bibeau en 2009. Ce dernier veut lui demander « un service », affirme M. Zambito. La commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles, locataire de bureaux dans des immeubles appartenant à M. Bibeau, ne désirait pas renouveler ce contrat. M. Bibeau demande à Lino Zambito de « faire jouer ses contacts » avec les élus de la couronne nord pour que la commission scolaire signe un nouveau bail avec lui. M. Zambito, rappelons-le, a été l’un des témoins de la commission Charbonneau. Il a reconnu sa culpabilité à six accusations de fraude.

Jean-François Lachance, directeur général de la commission scolaire, a raconté aux policiers de l’UPAC avoir reçu, des mois plus tard, un message du chef de cabinet de Jean Charest, Dan Gagnier, « à l’effet qu’il devait lâcher prise dans les négociations avec Marc Bibeau, car ça pouvait aller mal pour lui au point de vue professionnel ».

Ce n’est pas d’hier que Centres d’achats Beauward fait affaires avec le gouvernement. Selon un document policier cité en 2017 par les médias de Québecor, 25 organismes du gouvernement provincial louent des locaux dans 10 emplacements qui sont la propriété de Centres d’achats Beauward. La plupart de ces baux sont signés de la main même de M. Bibeau, constate-t-on en parcourant une liasse de baux officiels obtenus grâce à la Loi sur l’accès à l’information.

En mai 2005, à Joliette, le maire de cette ville, René Laurin, a lui-même écrit à la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) pour se plaindre des critères restrictifs d’un appel d’offres, montrent des articles publiés dans les médias locaux. L’appel d’offres exigeait que la future bâtisse se retrouve dans un périmètre où se trouvent les Galeries Joliette, propriété des Centres d’achats Beauward, que possède Marc Bibeau. Les propriétaires de l’immeuble où logeait la SAAQ depuis plus d’une décennie, Michel Ferland et Mario Coutu, ont affirmé qu’ils avaient été exclus d’emblée de l’appel d’offres. Quelques mois plus tard, la SAAQ a déménagé dans les locaux appartenant à Marc Bibeau.

L’homme d’affaires

Été 1974. Le chantier du Stade olympique a accumulé de graves retards. Les travaux d’excavation commencent à peine, les plans techniques sont inadéquats et les menaces de grève se succèdent. L’architecte Roger Taillibert, voyant poindre la catastrophe, prend les choses en main… et débarque à Saint-Eustache, dans une petite usine de béton de la banlieue de Montréal.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Schokbéton a fourni pour 44,8 millions de dollars de voussoirs, bas-fléaux, poutres et cages d’ascenseur entre 1975 et 1976. C’est la part du lion des 69,4 millions versés aux sous-traitants pour la construction du stade, précise le rapport Malouf.

Pour réduire les coûts de construction et assurer le respect de l’échéancier, les maîtres d’œuvre du chantier ont décidé dans l’urgence que l’ossature du stade serait faite de béton précontraint, une technique de fabrication à l’époque peu répandue au Québec.

Taillibert et Fernand Bibeau, le père de Marc Bibeau, concluent alors une entente hors du commun. L’entreprise de M. Bibeau, Schokbéton, s’engage à produire un voussoir de béton par jour, une tâche colossale à laquelle jusqu’à 900 employés seront affectés à temps plein. En contrepartie, la Ville de Montréal accepte de fabriquer, à ses propres frais, une usine de 8,4 millions de dollars, à même les terrains existants de Schokbéton, nécessaire à la réalisation des travaux.

PHOTO TIRÉE DU BLOGUE « LA VRAIE VÉRITÉ SUR LE STADE OLYMPIQUE DE MONTRÉAL »

Voussoirs en attente d’être acheminés 
vers le Stade olympique

En vertu du contrat entre Schokbéton et la Ville, « cette usine très spéciale » devait être rachetée par Schokbéton « au prix forfaitaire de 300 000 $ » à la fin du contrat, lit-on dans le rapport de la Commission d’enquête sur le coût de la 21olympiade, le fameux rapport Malouf.

« [Sans] Schokbéton, il n’y aurait pas eu de Jeux », affirme, 40 ans plus tard, Claude Phaneuf, l’ex-ingénieur en chef de la Ville de Montréal, qui était responsable des installations olympiques. « Schokbéton, pour avoir le contrat, n’a rien eu de particulier à faire. La Ville avait désespérément besoin d’eux. Le gars [Fernand Bibeau] a accepté de faire une usine juste pour la construction du stade. C’était normal qu’il fasse de l’argent », dit-il.

De l’argent, Schokbéton en a effectivement fait beaucoup avec l’aventure du Stade. L’entreprise a fourni pour 44,8 millions de dollars de voussoirs, bas-fléaux, poutres et cages d’ascenseur entre 1975 et 1976. C’est la part du lion des 69,4 millions versés aux sous-traitants pour la construction du stade, précise le rapport Malouf.

PHOTO TIRÉE DU BLOGUE « LA VRAIE VÉRITÉ SUR LE STADE OLYMPIQUE DE MONTRÉAL »

Fernand R. Bibeau, à l’époque où il était maire
 de Laval-sur-le-Lac.

Par la suite, Fernand Bibeau, un ancien maire de Laval-sur-le-Lac qui s’était lancé en affaires en 1960, connaîtra une carrière fulgurante, siégeant notamment aux conseils d’administration de Papiers Scott, Chrysler Canada, Shell Canada, Xerox et Banque Paribas. Schokbéton a été impliquée dans plusieurs projets de travaux publics, dont un barrage d’Hydro-Québec et plusieurs édifices gouvernementaux.

Ses trois enfants, Suzanne, Robert et Marc-André (que tout le monde appelle Marc) ont suivi ses traces, et occupent aujourd’hui des rôles d’administrateur au sein des différentes entreprises du groupe.

En 1992, le journal Les Affaires Plus classait la famille Bibeau au 17e rang des 100 familles les plus riches du Québec, devant les Chagnon, Sirois et Saputo. Tout juste derrière eux, au 18e rang, figurait l’homme d’affaires Hugh Hallward, un partenaire d’affaires de la première heure de Fernand Bibeau, qui a notamment été actionnaire minoritaire des Expos avec Charles Bronfman jusqu’à la vente de l’équipe en 1991. M. Bibeau et lui avaient lancé Schokbéton en 1962, mais aussi, un peu avant, fondé ensemble les Centres d’achats Beauward (le nom est une contraction de Bibeau et Hallward). L’entreprise est aujourd’hui considérée comme un des plus importants propriétaires fonciers au Québec, avec plus de 3 millions de pi2 sous son contrôle. Elle possède des centres commerciaux à Saint-Eustache, Joliette, Saint-Hyacinthe et dans les Laurentides, mais aussi d’importants terrains dans plusieurs petites villes du Québec.

Un imposant organigramme préparé par la commission Charbonneau donne l’ampleur de l’empire Bibeau, qui compte cinq principaux piliers. Saramac et Shockbéton, spécialisées dans la fabrication de béton préfabriqué, les Centres d’achats Beauward, qui possèdent des locaux commerciaux à travers le Québec, Construction Argo, qui se spécialise dans la construction résidentielle, Suroma Corp., qui offre des services aux entreprises. Une société à numéro possédée par la famille Bibeau exploite également des bâtiments résidentiels et des immeubles à logements.

« Quelqu’un de très hands on »

Alors que Robert tient les rênes de Schokbéton, c’est Marc Bibeau, aujourd’hui âgé de 60 ans, qui est véritablement le grand responsable de l’empire immobilier et commercial, ont indiqué plusieurs sources consultées pour ce portrait.

Les Centres d’achats Beauward, « c’est une compagnie qui fonctionne bien », estime Jean-François Grenier, directeur principal, division recherche et marketing au Groupe Altus. « Marc Bibeau a fait des choses intéressantes à Saint-Hyacinthe, par exemple. On était dans un processus de densification avec l’ancien centre des congrès. Il a tout récupéré ça, le centre des congrès, l’hôtel et le centre commercial. On peut accéder à l’un ou l’autre des endroits par des passages souterrains. Il a été l’un des premiers à faire ça au Québec. »

L’ancien maire de Joliette, René Laurin, qui a connu Fernand Bibeau il y a plus de 50 ans, dit ne pas garder un très bon souvenir de sa première rencontre avec son fils Marc. « Le père, Fernand, était un chic bonhomme, très respectueux des institutions. Il était créatif en affaires. C’était à une époque où les subventions n’existaient pas », dit-il.

PHOTO VALÉRIAN MAZATAUD, COLLABORATION SPÉCIALE

René Laurin, ex-maire de Joliette, en 2012

« Marc Bibeau, j’en garde un souvenir très différent. Notre première rencontre n’a pas été très chaleureuse. Je l’ai trouvé hautain. Je sentais qu’il me considérait de haut, comme s’il voulait me faire sentir qu’il en menait large parce qu’il avait beaucoup de moyens. Je n’ai pas été impressionné. Il voulait obtenir une permission pour pouvoir agrandir son centre d’achats. Il est reparti de mauvaise humeur de mon bureau », affirme M. Laurin, un ancien député du Bloc québécois. Politiquement, on n’avait pas beaucoup d’atomes crochus, mais les choses se sont quand même placées. On a toujours eu une bonne relation par la suite », ajoute-t-il.

Titulaire d’un baccalauréat en administration des affaires de Bishop’s, Marc Bibeau a été décrit comme un gestionnaire personnellement très impliqué dans toutes ses transactions. « C’est quelqu’un de très hands on », résume un homme d’affaires qui a eu à négocier un échange de terrain avec lui. « C’est un gars qui peut t’appeler quatre, cinq, six fois par jour pour te mettre de la pression. C’est un homme d’affaires hors pair, un fin stratège. Une de ses stratégies, c’est d’essayer de précipiter le deal en créant un sentiment d’urgence. C’est sûr qu’à un moment, j’ai failli craquer. Mais ça reste un gentleman », affirme cet homme d’affaires, qui a demandé qu’on taise son nom.

Durs compétiteurs, les Centres d’achats Beauward n’hésitent pas non plus à jouer du coude avec les municipalités. L’entreprise a notamment poursuivi la Ville de Saint-Hyacinthe pour faire annuler des règlements municipaux permettant à un autre groupe, le Groupe Robin, de développer un projet concurrent de centre d’affaires. Beauward soutenait que « ce règlement n’a été adopté que pour favoriser le Groupe Robin », un argument que la Cour supérieure a rejeté en 2014.

À Boucherville, une filiale dirigée par Marc Bibeau, Construction Argo, a intenté en 2013 une poursuite de 37 millions en dommages-intérêts contre la municipalité après que le maire, Jean Martel, eut refusé de lui accorder un changement de zonage permettant la construction d’un immeuble de huit étages dans le quartier Avaugour. « Le président d’Argo (Marc Bibeau), choqué par ce qu’il considère être une volte-face de la Ville, signe une mise en demeure qu’il adresse au maire Martel et à l’ensemble des conseillers municipaux et la leur fait signifier par huissier à leur domicile respectif », lit-on dans le jugement de la Cour supérieure qui a rejeté la demande.

Mâchurer 101

Ce n’est qu’au tournant de 2010 que des questions nourries par des libéraux mécontents ainsi que par l’opposition sont soulevées sur la place publique concernant Marc Bibeau. Jusque-là, son nom est très peu connu. Sa proximité avec Jean Charest est soulignée à l’Assemblée nationale ; on s’inquiète que les deux hommes aient assisté, assis à la même table, à une réception en l’honneur du président américain George W. Bush, en 2004. « Quelle est l’influence qu’exerce M. Bibeau sur Jean Charest ? », avait alors lancé le député de Québec solidaire, Amir Khadir. En novembre 2011, la commission d’enquête Charbonneau sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction est mise en place. Le gouvernement de Jean Charest avait précédemment créé, en février 2011, l’Unité permanente anticorruption (UPAC), qui ouvrira, dans les mois suivants, un dossier d’analyse sous le nom de Bibeau. En juin 2012, la commission Charbonneau dépose un diagramme concernant la famille Bibeau et les entreprises qui y sont associées. En parallèle, l’UPAC perquisitionne dans les entreprises de Marc Bibeau, d’abord en novembre 2013 puis à l’été 2016. Entre-temps, l’enquête anticorruption Mâchurer, qui vise le financement politique du PLQ par de grandes entreprises sollicitées entre autres par M. Bibeau, est mise en place. L’enquête est toujours en cours.

L’argentier

Octobre 1995. Le Québec est plongé en pleine campagne référendaire. Avec Lucien Bouchard à leur tête, les souverainistes grignotent inexorablement du terrain dans les sondages. À la permanence du Parti libéral du Québec, le téléphone sonne, un homme propose ses services comme bénévole pour poser des pancartes pour le camp du Non, dans l’ouest de l’île de Montréal.

C’est Marc Bibeau.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Des partisans du camp du Non célèbrent à l’annonce du résultat du référendum sur la souveraineté, à Montréal, le 30 octobre 1995.

Comme le rappelle une personne proche de M. Bibeau, la situation commandait que tous les fédéralistes se mobilisent, y compris l’homme d’affaires qui n’avait jamais été impliqué en politique jusque-là. Un organisateur politique de l’époque souligne que « Marc a pris le bâton de pèlerin parce qu’il croit au Canada » et non pas parce qu’il a une carrière politique en tête. Mais il est certain, ajoute-t-il, qu’il n’était pas un bénévole effacé, car son nom est connu, son réseau d’affaires extraordinaire et il a déjà « le pouvoir de celui que les gens pensent qu’il est ». Un collègue du PLQ précise toutefois que « Marc n’est pas encore le Marc que vous voyez aujourd’hui ».

C’est donc durant la tourmente référendaire que l’homme d’affaires fera ses premières armes en politique. Des années plus tard, alors qu’il sera devenu une puissance de l’ombre au sein du PLQ, cette anecdote de poseur de pancartes fera partie de la légende Bibeau, ironise une source libérale influente. « Il s’en vante. »

Adolescence dorée

Marc-André Bibeau a passé une jeunesse dorée au sein d’une famille riche. Mais on ne peut pas dire que ses anciens condisciples du collège de Rigaud où il était pensionnaire en aient conservé un souvenir très précis. 

« Ce dont je me souviens, c’est que c’était un gars solitaire. J’ai eu très peu de contacts avec lui : ce n’était pas quelqu’un de facile d’approche. Il n’avait qu’un ou deux amis », se souvient le pilote Mario Faubert, lui aussi pensionnaire au collège. « Il se tenait vraiment à l’écart du groupe. Est-ce que c’était par snobisme ? On savait qu’il venait d’une famille riche. Il faisait vraiment intello solitaire qui se tient à l’extérieur de la masse. »

Tous les élèves devaient à l’époque porter le veston et la cravate, mais l’ingénieur Stéphane Downs se souvient des habits fort bien coupés de Marc Bibeau. « Disons qu’il avait vraiment du beau linge ! » De nombreux membres de la promotion 1976 se souviennent cependant de la passion qu’entretenait le jeune Bibeau pour le tennis. « Il jouait beaucoup au tennis. C’était l’une des meilleures jeunes raquettes au Québec. Il avait certainement des cours privés », se rappelle M. Downs.

Au milieu des années 90, l’adolescent, devenu homme d’affaires, a fait du chemin. Il a réussi brillamment dans le monde de l’entrepreneuriat. Il est impliqué dans de nombreux conseils d’administration, dont, plus tard, celui de la Corporation Financière Power (CFP). « Monsieur Bibeau est un administrateur expérimenté qui contribue de façon importante au conseil de CFP depuis 2009, note Stéphane Lemay, vice-président, chef du contentieux et secrétaire de Power Corporation. Lors de la dernière assemblée annuelle, plus de 99 % des actionnaires de CFP ont voté en faveur de sa réélection. »

Marc Bibeau a de l’argent, il forme un couple uni avec sa femme, Tracy, il a deux enfants, il s’implique dans de nombreuses œuvres caritatives : Leucan, le centre hospitalier de St. Mary, l’Institut de cardiologie de Montréal. Chaque année, par exemple, il va servir des repas à la Mission Old Brewery. Il est un fidèle – et très discret – contributeur de l’organisme encore aujourd’hui. « C’est un homme qui a beaucoup donné à la société. Il est extrêmement généreux. Quand il fait quelque chose, ce n’est pas à moitié », dit une de ses amies proches.

La politique attire clairement Marc Bibeau, d’où son aventure référendaire. Deux ans après avoir posé des affiches du Non, il hérite de son premier poste officiel chez les libéraux : il devient membre de la puissante commission des finances, l’un des six organes internes du parti. Et puis, en 1998, Jean Charest annonce qu’il sera candidat à la direction au PLQ. Rapidement, Marc Bibeau se range derrière lui. « C’est à ce moment-là que Marc a fait sa marque dans le parti. Et là, il est devenu ami avec Jean », se souvient un organisateur libéral.

En la personne de Jean Charest, Marc Bibeau a trouvé sa cause, celle à laquelle il choisit de se consacrer. « Quand tu n’as pas besoin d’argent, tout ce que tu veux, c’est la gloire, la reconnaissance, l’estime. […] Le plus grand pouvoir que tu peux avoir dans la vie, ce n’est pas le nombre de personnes que tu as en dessous de toi, c’est l’influence que tu peux avoir sur la personne en haut de toi », renchérit un ancien député libéral.

De 1998 à 2003, année où les libéraux prennent le pouvoir, Marc Bibeau sera donc aux côtés du chef libéral, dans sa vie professionnelle comme personnelle. « Jean Charest, c’était son loisir. Il y consacrait ses fins de semaine », explique un homme qui faisait alors partie du cercle d’amis de l’ex-premier ministre.

Quelques mois après la défaite électorale de 1998, Marc Bibeau organise une fin de semaine de pêche sur la renommée rivière Miramichi au Nouveau-Brunswick, où le saumon de l’Atlantique fait rêver bien des amateurs de pêche sportive. Le groupe compte Jean Charest, son frère Robert, son fils Antoine, l’organisateur libéral Pierre Bibeau et des gens d’affaires, tous clients des entreprises de M. Bibeau.

Il s’agit de ferrer le poisson et peut-être davantage, ironise l’un des participants de cette aventure de pêche. « C’était plus que ça », dit-il, en soulignant que lorsque Marc Bibeau invite, il le fait toujours en grand.

Le groupe s’est donné rendez-vous à l’aéroport de Saint-Hubert. Au préalable, la pointure pour les bottes de pêche de chaque participant a été notée. Sur place, chacun a son pavillon et avant de dormir, on offre un cognac aux invités. Tout le monde est traité aux petits oignons.

« Le soir, il y a une réception et le midi, une boîte à lunch. […] Tu soupes et tu refais le monde », raconte cette personne. Marc Bibeau est bien décidé à faire connaître Jean Charest et « créer de bons liens » en vue de la prochaine bataille électorale. Et quoi de mieux que de le faire dans « une atmosphère conviviale » ?

Cette personne souligne d’ailleurs que MM. Bibeau et Charest s’entendaient comme larrons en foire, partageant, avec leur femme respective, des sorties de divertissement ou de sport de fin de semaine. Par exemple, il était fréquent que M. Charest et Michèle Dionne se rendent faire du ski à Stowe, au Vermont, où le couple Bibeau avait une résidence secondaire.

Les deux hommes deviennent si proches que lorsque le fils de Jean Charest, Antoine, célébrera ses 18 ans avec ses amis dans un pub du centre-ville de Montréal, Marc Bibeau voudra payer des caisses de Dom Perignon, un champagne à 250 $ la bouteille. « Il fallait lui dire quand ne pas donner », raconte cette même source, insistant sur ce qu’elle qualifie d’amitié liée à l’argent.

Changement de culture

Dès le début de la course à la chefferie de Jean Charest, l’homme d’affaires fait jouer ses nombreux contacts dans le milieu des affaires et organise un déjeuner-bénéfice au Club Saint-Denis.

Il [Marc Bibeau] a réussi à ramasser un demi-million de dollars en un seul déjeuner. J’étais pas mal impressionné. Sous Bourassa, il fallait en faire, des soupers spaghettis, pour arriver à ce montant-là !

Robert Benoit, député d’Orford à l’époque

Finalement, la course à la direction tourne à l’eau de vaisselle, puisque tous les opposants à Charest se désistent. Une partie de l’argent sera retournée aux généreux donateurs… qu’on invite à soutenir le PLQ. « C’est à ce moment que j’ai senti que la culture de l’institution était en train de changer. Il y avait une autre façon de procéder », poursuit Robert Benoit.

Les avocats de Marc Bibeau rétorquent que le témoignage de M. Benoit « offre une perception complètement déformée de la réalité ». Pour l’ex-premier ministre Charest, plusieurs commentaires sur le financement du PLQ à cette époque sont « une légende urbaine ».

Moins d’un an après les faits relatés par Robert Benoit, Jean Charest perd son duel électoral contre Lucien Bouchard. Le Parti québécois est réélu. Les conseillers issus du Parti conservateur, qui entouraient Charest à son arrivée, sont évincés du bureau du chef. « On était arrivés là, tout du nouveau monde… Bibeau était là… La greffe n’a jamais pris, raconte l’un de ceux qui sont partis à l’époque. En arrivant chez les libéraux, on a eu un choc. Si j’avais un mot à dire sur Marc Bibeau, c’est qu’il n’était pas de notre monde. C’était le gros monde des affaires. »

Puis, à l’été 2002, l’Action démocratique du Québec de Mario Dumont gagne plusieurs partielles. « Le PLQ a été ébranlé. C’est là que le rôle de Marc Bibeau est devenu plus grand », dit une source très proche des libéraux à l’époque.

La médecine Bibeau

À partir de là, disent plusieurs sources, Bibeau se donne une mission : assainir les finances du parti et récolter de l’argent. Beaucoup d’argent. Car c’est le nerf de la guerre en vue des prochaines élections. Pour ce faire, il n’hésite pas à « brasser » des députés qui, selon lui, ne contribuent pas assez au financement, se rappelle un ancien officier du parti.

Bernard Brodeur, alors député de Shefford, avait déjà goûté à cette médecine. En 2001, il se fait convoquer au bureau du whip, le préfet de discipline des députés. Quatre personnes étaient présentes, dont Marc Bibeau. « Ça faisait pas mal tribunal d’Inquisition », se souvient M. Brodeur.

Bibeau le somme d’amasser dans Shefford la somme qu’il requiert de tous les députés libéraux et qui oscillait, selon les circonscriptions, entre 25 000 et 40 000 $.

Il [Marc Bibeau] trouvait que je ne ramassais pas assez d’argent. Il m’a menacé en disant que si je ne ramassais pas ce montant, le chef n’allait pas signer mon bulletin de candidature.

Bernard Brodeur, ex-député de Shefford

« Disons que c’était un changement de culture. Avant 1998, le financement, c’était important, mais on ne nous mettait pas un gun sur la tempe. »

Bernard Brodeur a fini par récolter les fonds requis. « Moi, le financement à outrance, j’avais de la misère avec ça. Quand quelqu’un te donne 1000 $, il a tendance à venir te revoir ensuite avec des demandes. »

Un autre député libéral, qui a requis l’anonymat, dit avoir reçu le même traitement de la part de Bibeau. À peu près à la même époque, il le croise dans un restaurant de la Grande Allée et Bibeau l’apostrophe vertement. « Il me reprochait de ne pas participer aux activités de financement dans mon comté. C’était complètement faux ! se souvient-il. C’était une rencontre très désagréable. »

Un ancien officier du PLQ se souvient lui aussi très bien de ces rencontres avec les députés. « Je l’ai vu engueuler des députés comme du poisson pourri parce qu’ils n’atteignaient pas leurs objectifs, rigole-t-il. Disons que les députés se sont mis à travailler. Dans certains cas, ç’a été un électrochoc. »

La compétence appelle une certaine intransigeance, croit un ancien proche collaborateur de Marc Bibeau. « Ça fait partie du personnage, du tempérament des gens qui sont dans le train, en avant, et qui veulent influencer les choses ».

Mais si Marc Bibeau a une personnalité que certains libéraux qualifient d’abrasive, on constate que le trésor de guerre du PLQ en bénéficie. Les contributions explosent. Entre 2000 et l’année électorale de 2003, les dons passent de 3,7 millions à 8,4 millions. Et le rythme ne décélère pas au cours des années qui suivent. La caisse électorale atteint même un sommet de 9,3 millions en 2008. Marc Bibeau demeurera un solliciteur de financement pour le PLQ jusqu’en 2011. Plusieurs témoins de la commission Charbonneau viendront expliquer le stratagème des prête-noms qui permettra aux entreprises de contribuer, en toute discrétion, à ce trésor de guerre libéral.

Malgré les enquêtes policières, un ancien libéral influent est persuadé que ces contributions se sont faites dans les formes. « Marc est un gars drette, dit-il. Les contributions ont toujours été faites dans les règles. »

Les clés du bureau

À la veille des élections de 2003, où les libéraux sont en bonne position pour reprendre le pouvoir, la pression s’exerce encore davantage sur les élus. C’est durant un caucus, dans la chambre d’un hôtel de Sainte-Foy, qu’a lieu la désormais célèbre rencontre entre Bibeau et Robert Benoit. « Au caucus, on voyait tout le monde partir à tour de rôle, monter un escalier pour aller dans une chambre. Pas besoin d’être devin pour comprendre ce qui se passait », relate Benoit.

Une fois dans la chambre, Bibeau indique à Robert Benoit que s’il veut se représenter, il va lui falloir amasser de l’argent. Benoît répond sèchement qu’il ne présentera pas sa candidature dans Orford. « Si tu veux être nommé quelque part, lui fait alors valoir Bibeau, il faudrait contribuer aussi… » Benoit rejette la proposition du revers de la main et s’en va. La rencontre a duré tout au plus quelques minutes, mais fera grand bruit lorsqu’il la racontera, 10 ans plus tard, devant la commission Charbonneau. Les avocats de Marc Bibeau soulignent que M. Benoit est le seul témoin à avoir tenu un tel discours et que des ministres comme Julie Boulet et Nathalie Normandeau ont prétendu le contraire.

« J’en ai vu, du monde, s’assurer que les députés faisaient des efforts. Pas de problème avec ça. Mais c’étaient des personnes nommées par l’exécutif et le chef. Et soudain, lui se ramasse là, il n’a pas de titre, il n’est pas élu, pas nommé. Et il est omniprésent et puissant », dit Robert Benoit.

Le soir des élections, le désormais ex-député d’Orford regarde avec stupéfaction les images de la soirée électorale chez les Charest. Aux côtés des membres de la famille Charest, il y a Daniel Johnson… et Marc Bibeau. « Je me dis : voyons donc ! On vient de prendre le pouvoir. Il y a des gens qui vont comprendre qui a la clé de la porte du bureau du premier ministre. »