Siavash Ghafouri-Azar et Sara Mamani venaient d’acheter une maison à Longueuil. Ils se préparaient à la rénover, après leur mariage, célébré pendant les vacances des Fêtes avec leurs familles en Iran.

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

Philippe Teisceira-Lessard Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

« Ils étaient très enthousiastes à l’idée de se lancer dans les travaux pour l’améliorer et la mettre à leur goût », raconte Navid Sharisi, un ami et ex-collègue de Siavash Ghafouri-Azar.

Mais les nouveaux mariés ne sont jamais revenus dans leur maison de la Rive-Sud pour réaliser leurs projets : ils font partie des 176 passagers tués mercredi dans l’écrasement du Boeing 737-800 d’Ukraine International Airlines près de Téhéran.

L’avion transportait au moins 63 Canadiens, dont six vivant au Québec. Parmi les passagers du vol, 138 avaient le Canada comme destination finale.

Outre le couple de nouveaux mariés, un autre couple habitant à Montréal fait partie des victimes : il s’agit d’Aida Farzaneh, 33 ans, et Arvin Mottarab, 35 ans. La cinquième victime québécoise, Mohammad Moeini, 35 ans, habitait Sherbrooke.

Siavash Ghafouri-Azar, 35 ans, et Sara Mamani, 34 ans, étaient tous deux ingénieurs spécialisés en aéronautique.

Ils s’étaient rencontrés dans les couloirs de l’Université Concordia, où ils ont tous deux fait une maîtrise récemment, au Concordia Institute of Aerospace Design & Innovation. Ils étaient fiancés depuis plus d’un an.

« Siavash était arrivé à Montréal comme immigrant reçu, il y a quatre ans, et était très motivé à s’intégrer au Canada et au Québec », souligne le professeur Christian Moreau, codirecteur de M. Ghafouri-Azar lors de ses études de maîtrise, dans un domaine très pointu touchant les matériaux utilisés dans les moteurs d’avion.

L’ingénieur était très impliqué dans les projets de recherche auxquels il a participé, puis à son travail chez Pratt & Whitney à Montréal, où il a été embauché comme spécialiste des matériaux avant même de terminer sa maîtrise, témoigne le professeur Moreau.

Sa conjointe travaillait pour sa part chez Bombardier, comme gestionnaire des changements aux produits.

« Sara était très travaillante et s’entendait bien avec tout le monde », a témoigné le professeur Suong Van Hoa, qui a dirigé la thèse de maîtrise de Mme Mamani, de 2014 à 2016.

Un autre couple d’ingénieurs

Arvin Mottarab et son épouse Aida Farzaneh étaient aussi ingénieurs et avaient obtenu récemment leurs doctorats de l’École de technologie supérieure (ÉTS), à Montréal, où on était sous le choc, hier. M. Mottarab avait terminé ses études en 2018, alors que Mme Farzaneh avait déposé la version finale de sa thèse le mois dernier.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Aida Farzaneh et Arvin Mottarab

« C’est une année qui commence de façon bien triste, c’est une communauté qui est sous le choc. Leurs collègues étudiants et professeurs sont bien sûr très émus », a affirmé Stéphanie Sauvé, porte-parole de l’ÉTS. « On a une petite communauté iranienne ici à l’ÉTS qu’on va s’assurer de soutenir. »

La professeure Danielle Monfet avait travaillé de près avec Mme Farzaneh, puisqu’elle dirigeait sa thèse de doctorat sur l’efficacité énergétique. « C’était une excellente étudiante, qui a été très appréciée pendant ses stages dans l’industrie », a-t-elle témoigné en entrevue téléphonique. « Elle travaillait bien, elle travaillait fort. C’est extrêmement triste, ce qui est arrivé. »

Mme Farzaneh avait récemment commencé à travailler au sein de la firme d’architecture Lemay.

« Bien qu’Aida était avec Lemay depuis moins de trois mois, elle avait déjà fait sa marque au sein de l’équipe », a affirmé Cristine Tessier au nom de l’entreprise. « Elle a impressionné son entourage par son approche intelligente et structurée. »

Arvin Morattab avait récemment accepté un emploi dans une entreprise de Saint-Bruno, Eaton Electricla, après avoir travaillé pendant cinq ans au sein de la firme technologique OPAL-RT.

Un ancien collègue a exprimé son désarroi sur les réseaux sociaux. « Tous ceux qui le connaissaient vont se souvenir à jamais de son sourire et de son talent », a affirmé Vahid Jalili-Marandi.

Le couple aurait immigré ensemble au Canada il y a six ou sept ans. Les deux frères de M. Morattab, Arash et Armin, vivaient aussi au pays.

« Toute ma gratitude va à mon épouse, Aida, pour son soutien, sa grande patience et sa compréhension. Durant toutes ces années, elle était celle qui était constamment à mes côtés avec son amour, dans les hauts comme dans les bas », avait écrit M. Morattab dans l’introduction de sa thèse de doctorat.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a manifesté sa tristesse, dans un message publié sur Twitter. « Mes pensées accompagnent les familles et les proches des Montréalais.e.s et de toutes les victimes de cette terrible tragédie », a-t-elle écrit.

Étudiant à Montréal

Shahab Raana, 36 ans, habitait pour sa part Montréal depuis sept ou huis mois seulement. L’étudiant a écrit à ses amis alors qu’il se trouvait dans l’avion à Téhéran : il voulait les rassurer, en raison des tensions dans la région, sur son retour imminent dans la métropole. 

PHOTO TIRÉE DE L’INTERNET

Shahab Raana

« C’était quelqu’un de très gentil, qui se faisait du souci pour les autres et qui a eu beaucoup de courage », a dit au téléphone son ami Hamidreza Zahedi. 

Les deux hommes s’étaient rencontrés il y a une quinzaine d’années à Téhéran. Il y a environ sept mois, Shahab Raana avait décidé de venir étudier à Montréal, dans le domaine de la soudure.

« Il avait choisi Montréal parce qu’il voulait connaître une autre culture, apprendre la langue française et avoir une expérience canadienne », a souligné M. Zahedi, ajoutant que le néo-Montréalais faisait de grands efforts pour s’intégrer à la vie québécoise. 

Pendant les vacances des Fêtes, M. Raana avait décidé de surprendre ses parents en leur rendant visite. Il devait rentrer à Montréal pour reprendre ses cours.

Un Sherbrookois parmi les victimes

Ingénieur de 35 ans, Mohammad Moeini s’était installé en région en acceptant un emploi chez Bombardier produits récréatifs, à Valcourt, il y a trois ans. Il y était concepteur mécanique.

PHOTO TIRÉE DE LINKEDIN

Mohammad Moeini

« Nous sommes bouleversés d’apprendre le décès de l’un de nos employés, a dit Elaine Arsenault, conseillère aux relations avec les médias chez BRP. Nous offrons nos plus sincères condoléances à la famille de Mohammad ainsi qu’à toutes les familles des victimes de cette terrible tragédie. »

M. Moeini résidait à Sherbrooke, non loin de son lieu de travail. Le maire de la ville s’est dit « attristé d’apprendre le décès du Sherbrookois […] dans l’écrasement d’avion survenu ce matin, à Téhéran ». « Mes plus sincères sympathies à la famille, aux amis ainsi qu’aux collègues de travail de la victime », a continué Steve Lussier sur les réseaux sociaux.

Des sièges vides dans l’avion

Le premier ministre Justin Trudeau, en conférence de presse à Ottawa mercredi après-midi, a souligné le fait que la majorité des victimes de l’écrasement avaient des liens avec le Canada, puisqu’ils se dirigeaient vers l’aéroport Pearson de Toronto, après un arrêt à Kiev, en Ukraine.

« Il y a une heure, un avion d’Ukrainian Airlines en partance de Kiev a atterri à Toronto, a dit le premier ministre Trudeau. Selon la compagnie aérienne, 138 passagers n’étaient pas à bord parce qu’ils sont morts dans un écrasement dans la première portion de leur voyage. Des mesures sont prises pour soutenir les familles à l’aéroport Pearson. »

« De la part de tous les Canadiens, je veux exprimer mes condoléances les plus profondes à ceux qui font le deuil d’un être aimé. […] Je veux que vous sachiez qu’un pays entier est avec vous. Dans les moments les plus tragiques, les Canadiens ont l’habitude de se serrer les coudes, d’être là les uns pour les autres », a continué le premier ministre.

— Avec la collaboration de Philippe Mercure et Janie Gosselin, La Presse