Une manifestation silencieuse en l’honneur des piétons happés par des voitures s’est tenue dimanche à Montréal, là où, le 6 décembre dernier, une conductrice à bord d’un VUS a heurté un bambin de 3 ans, qui est encore hospitalisé.

Raphael Pirro Raphael Pirro
La Presse

Une cinquantaine de personnes se sont réunies au coin de la rue Hutchison et du boulevard Saint-Joseph, à la frontière entre Outremont et le Plateau Mont-Royal, aux alentours de 15 h. L’organisateur principal, Nicolas Vézeau, est un résidant du secteur qui a assisté, bien malgré lui, à l’accident du 6 décembre.

« Je n’ai pas dormi pendant trois jours », a révélé M. Vézeau, encore marqué par les troublantes images. Père de famille, c’est à pied qu’il conduit ses enfants à l’école du quartier.

En plein milieu du point de presse, sous le regard incrédule de certains citoyens présents, et malgré l’omniprésence d’agents du Service de police de la Ville de Montréal aux alentours de l’intersection, un conducteur de VUS a ignoré le panneau d’arrêt et est passé tout près de renverser une femme avec une poussette qui traversait le boulevard Saint-Joseph au même moment.

Se sentant cerné, le conducteur a exécuté quelques va-et-vient, sous les railleries des gens réunis, et a tranquillement repris sa route vers le chemin de la Côte-Sainte-Catherine. L’ironie de l’épisode a provoqué surtout des rires jaunes chez les témoins de la scène.

L’intersection où s’est déroulée la scène a justement été réaménagée l’été dernier.

Plusieurs élus municipaux étaient présents sur les lieux, dont Luc Rabouin, nouveau maire du Plateau, Alex Norris et Marie Plourde, conseillers du même arrondissement, et Valérie Patreau, conseillère dans Outremont.

Pétition populaire

Le docteur Alain Vadeboncoeur était invité par M. Vézeau pour réitérer son appel au ministre des Transports, François Bonnardel, de hausser les sanctions aux contrevenants du Code de la sécurité routière aux passages piétonniers. Le Dr Vadeboncoeur et M. Vézeau réclament notamment une hausse des amendes de 100 à 300 $ et le retrait de trois points d’inaptitude dans les cas de non-respect de la priorité aux piétons.

« La conséquence doit être à la hauteur des impacts », a déclaré le DVadeboncoeur lors du point de presse.

La pétition qu’il a lancée le mois dernier a récemment dépassé le cap symbolique des 10 000 signataires. Au-delà des sanctions, c’est un meilleur respect qui est demandé au ministre.

« Il y a quand même quelque chose de particulier au Québec : on a de la difficulté à respecter les passages aux piétons », a fait remarquer l’urgentologue et vulgarisateur scientifique.

Le mouvement pour le respect des passages piétonniers fait suite à une année 2019 marquée par la mort de 22 piétons. C’est le nombre de victimes le plus important depuis une décennie. La Presse rapportait il y a quelques semaines la banalité des infractions des automobilistes aux passages piétonniers.