Les gyms pour femmes sont-ils discriminatoires ? La Presse a posé la question à des experts à la suite d’un abondant courrier de lecteurs qui estiment que cette pratique n’a plus sa raison d’être en 2019.

Suzanne Colpron Suzanne Colpron
La Presse

C’est la conversion d’une salle de sport 100 % féminine en gym mixte qui a déclenché le débat. À l’automne, le centre sportif Éconofitness de la rue Masson a annoncé qu’il allait admettre les hommes dès le 20 décembre. La décision n’a pas fait l’affaire d’une frange de la clientèle qui tente, depuis, de faire reculer la direction.

« Je pensais que c’était illégal de refuser l’accès à une activité basé sur le sexe des participants. On se demande qui défend une telle affaire et présume que les autres participants sont des agresseurs », nous a écrit François Gagnon.

« Wow. Une chance que ce n’est pas le contraire. Ce serait la révolution. À quand la réouverture des tavernes ? », a ajouté Michel Guay.

« Les gyms réservés aux femmes effectuent de la discrimination basée sur le sexe, affirme de son côté Geoffroy Dumont. Ils le font sous le motif du sentiment de confort des utilisatrices. On a pourtant depuis belle lurette forcé l’ouverture des tavernes ou des sous-marins de la défense nationale aux femmes en pulvérisant littéralement cet argument de “gars qui se sentent mieux entre eux” puisque ce type de discrimination est interdit par la Charte. »

À l’abri du regard

Qu’en dit la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) ?

Même si elle a reçu des plaintes contre des centres sportifs, la CDPDJ ne s’est pas prononcée sur la question. Elle a tout simplement exercé son droit de discrétion et n’a pas porté ces plaintes devant le tribunal.

« À première vue, le refus fondé sur le sexe de conclure un acte juridique en rapport avec des services ordinairement offerts au public ne serait pas conforme à la Charte. Il est cependant possible de justifier cette exclusion en fonction des circonstances. »

Une cause similaire a été entendue en 2006 en Colombie-Britannique, où un homme avait porté plainte contre un gym réservé aux femmes. Résultat : il a perdu. Dans son jugement, le tribunal a souligné que les droits fondamentaux des femmes doivent aussi être pris en compte.

« Le tribunal trouve que la possibilité de faire du sport à l’écart du regard des hommes relève des droits à la sûreté, au respect de la vie privée et à l’égalité des femmes. Ces droits sont aussi protégés par la Charte québécoise des droits et libertés de la personne », explique la CDPDJ.

Une société inégale

Alexandra Ketchum, professeure à l’institut d’études de genre, de sexualité et d’études féministes de l’Université McGill, s’est penchée sur les espaces réservés aux femmes aux États-Unis et au Canada, de 1972 à aujourd’hui.

« Nous ne vivons pas dans une société égale, rappelle-t-elle. Il est important que les groupes marginalisés et opprimés aient des endroits pour socialiser et s’organiser. »

Mme Ketchum reconnaît que l’aménagement d’espaces exclusivement féminins peut être un problème parce que ce n’est pas tout le monde qui se définit comme un homme ou une femme et que cette division peut exclure les personnes transgenres et non binaires. Mais, selon elle, « avoir des espaces dans lesquels les communautés avec moins de pouvoir peuvent se réunir est important et constitue une étape vers une société plus juste et équitable ».

Suzanne Laberge, professeure titulaire à l’École de kinésiologie et des sciences de l’activité physique de l’Université de Montréal, abonde dans le même sens.

« Où iront les femmes juives et les femmes musulmanes pour s’entraîner s’il n’y a plus de gyms spécifiques pour les femmes ? demande-t-elle. Si des hommes disent qu’il y a de la discrimination, peuvent-ils m’indiquer les contextes où ils sont exclus dans la vie publique ? »

Un concept américain

Les salles de sport réservées aux femmes ont fait leur apparition aux États-Unis. Ici, les premières ont ouvert leurs portes il y a plus de 10 ans. On en compte aujourd’hui une bonne trentaine dans toutes les régions du Québec.

Chez Énergie Cardio, Claire Tremblay, copropriétaire de l’enseigne avec Eveline Canape depuis 2016, a ouvert le premier centre « pour Elle » de la chaîne en 2002 à Boucherville.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Claire Tremblay, copropriétaire d’Énergie Cardio

« Nous, on croit qu’il y a des besoins auxquels répondent les centres réservés aux femmes, explique-t-elle dans son gym de la Place Versailles. On a aussi des gyms qu’on appelle hybrides avec des sections réservées aux femmes. Je pensais qu’on aurait surtout des clientes de 35 ans et plus dans ces centres. Mais, à ma grande surprise, il y a beaucoup de jeunes femmes aussi. »

Mélissa Gagnon s’entraîne au gym de la Place Versailles, l’un des quatre centres Énergie Cardio pour Elle au Québec.

Pourquoi s’abonner à un gym pour femmes ?

« C’est sûr que c’est proche de chez moi, mais je suis contente que ce soit un centre pour femmes parce que je suis un peu moins à l’aise avec mon corps, explique-t-elle. Dans un gym avec des hommes, j’ai toujours l’impression que ça juge un peu. En plus, j’ai un petit handicap au bras. Il y a des exercices que je ne fais pas comme les autres. »

Cristina Scali préfère aussi s’entraîner dans un gym pour femmes. « Les hommes prennent tous les appareils. Et ici, il y a moins de monde. »

Josianne Hamon, entraîneuse au gym de la Place Versailles, apprécie l’ambiance. « Je me sens bien. C’est accueillant, c’est chaleureux. Le côté social est agréable. Il y a un sentiment d’appartenance. J’ai aussi donné des cours dans un centre mixte, c’est une autre ambiance. »

Plus compliqué qu’on pense

Professeur de droit à l’Université de Sherbrooke, Maxime St-Hilaire estime toutefois que le sujet est plus compliqué qu’on pourrait le croire.

« À mon avis, il y a discrimination à première vue, dit-il. Ce débat nous permet de soulever quelque chose qui échappe à la connaissance du grand public. »

Selon M. St-Hilaire, un gym 100 % féminin n’est pas discriminatoire dans la mesure où les services offerts sont spécialement adaptés à la situation des femmes, et que le centre subirait un « fardeau excessif » s’il devait ouvrir aux deux sexes.

Cela dit, les hommes ne pourraient jamais réclamer un gym entièrement masculin parce que, contrairement aux femmes, ils ne font pas partie d’un groupe historiquement désavantagé.

Or, « il faut faire partie d’un groupe victimisé pour être victime de discrimination », précise-t-il.

« Le gym réservé aux femmes ouvre la porte au débat qu’on a un peu partout dans le monde : qu’est-ce que ça veut dire, un gym adapté aux femmes sur le plan biologique ? »

M. St-Hilaire se demande dans quelle mesure ces espaces exclusifs vont pouvoir continuer d’exister s’ils doivent faire la preuve de leur adaptation à la situation des femmes dans un contexte où la définition de femme ne tient plus.

« On risque d’avoir un conflit entre la notion de sexe et la notion de genre, dit-il. Je devine déjà le débat sur les gyms mixtes et les personnes d’identité trans. »

Un débat, donc, qui n’est pas clos.