Sylvie Racette court les soupes populaires. Elle a 61 ans. Elle est prestataire de l’aide sociale. Elle dort sur le canapé du salon de son trois et demi depuis qu’elle a accepté d’héberger son fils, qui traverse une mauvaise passe.

Isabelle Hachey Isabelle Hachey
La Presse

La vie ne lui a pas souvent fait de cadeau.

Et voilà qu’on lui en a offert un. Un cadeau inespéré, qui aurait dû changer sa vie — pour le mieux.

En octobre, Sylvie Racette a reçu une lettre de l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM). Cela faisait des années qu’elle poireautait sur une liste d’attente pour obtenir un logement en HLM.

La lettre l’informait qu’on n’avait toujours pas trouvé de place pour elle… mais qu’elle était admissible à un programme de « supplément au loyer » lui permettant de rester dans son logement actuel.

Pour Sylvie Racette, c’était Noël avant l’heure.

Elle habite son appartement depuis six ans. Son loyer mensuel est fixé à 710 $, une somme qu’elle s’est toujours fait un devoir de payer à temps, malgré ses difficultés à joindre les deux bouts.

« Cette subvention vous permettrait de payer seulement 25 % de votre revenu comme loyer, comme si vous habitiez dans un HLM, et l’OMHM paierait la balance à votre propriétaire », lit-on dans la lettre, que Sylvie Racette a accueillie comme une véritable bouée de sauvetage.

« C’était une occasion pour moi de me sortir la tête hors de l’eau », dit-elle. Son appartement, dans un immeuble de logements d’Ahuntsic, est modeste : une chambre, un salon et une petite cuisine. Mais c’est chez elle.

Elle l’a arrangé comme elle a pu. Elle préfère de loin y rester plutôt que de risquer de se retrouver « dans une place avec des coquerelles et des punaises de lit ».

Bref, ce programme était parfait pour elle. Sauf que…

Son propriétaire ne veut rien savoir.

Et comme l’OMHM ne peut pas obliger un propriétaire à adhérer au programme, Sylvie Racette se retrouve le bec à l’eau. Un peu comme si, pour elle, on avait finalement décidé d’annuler Noël. « À quoi ça sert de nous offrir un beau cadeau si on ne peut pas le déballer ? »

***

Le propriétaire du logement de Sylvie Racette possède plusieurs immeubles de logements à Montréal. Il n’a pas voulu me dire pourquoi il refusait d’adhérer au programme.

Pour lui, ça ne change rien. Même que ça lui assure de recevoir le paiement de son loyer tous les mois.

Alors, pourquoi dire non ?

J’aurais bien voulu vous le dire, mais le propriétaire m’a raccroché au nez.

À l’OMHM, le porte-parole Martin Després admet qu’il arrive « assez régulièrement » que des propriétaires refusent d’adhérer au programme de cinq ans, une durée qu’ils jugent trop contraignante. L’OMHM contrôle aussi la hausse des loyers, ce qui en rend certains « frileux ».

Mais le vrai problème, c’est la pénurie de logements qui sévit à Montréal et qui joue en faveur des propriétaires.

Sylvie Racette « pourrait bénéficier d’un supplément au loyer, mais elle dépend du bon vouloir de son propriétaire », dit Véronique Laflamme, porte-parole du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU). « On voit bien que le propriétaire a le gros bout du bâton. »

L’histoire de Sylvie Racette illustre les écueils de la privatisation de l’aide au logement entreprise il y a un quart de siècle, quand le gouvernement fédéral de Jean Chrétien a réduit les transferts d’argents accordés à la construction de HLM.

Le FRAPRU dénonce depuis longtemps le recours aux subventions versées directement aux propriétaires, que ces derniers jugent bien pratiques pour remplir leurs logements en période creuse. « On ne peut pas se fier à ces mesures parce que dès que le marché locatif se resserre, les propriétaires n’en veulent plus », dit Véronique Laflamme.

La solution, ajoute-t-elle, passe inévitablement par la construction de logements sociaux. Il faut préconiser l’« aide à la pierre » plutôt que l’« aide à la personne ».

***

À Montréal, l’administration de Valérie Plante obligera les promoteurs immobiliers à inclure 20 % de logements sociaux dans leurs nouvelles constructions, dès 2021.

À l’heure où les condos de luxe n’en finissent plus de pousser dans le paysage montréalais, difficile d’être contre une telle mesure. Mais ça ne suffira pas à régler la pénurie de logements sociaux.

Sans financement adéquat, ce ne sera « jamais plus qu’un pansement sur une plaie beaucoup plus grande », prévient Mario Polèse, professeur émérite à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), dans un mémoire déposé en octobre à l’Office de consultation publique de Montréal.

> Consultez le mémoire déposé par Mario Polèse

Ce n’est pas aux promoteurs privés de financer le logement social, estime le professeur Polèse. Ils n’ont pas à porter, seuls, ce fardeau sur leurs épaules.

S’assurer que les membres les plus vulnérables de notre société trouvent un toit sous lequel dormir, c’est une responsabilité qui incombe à l’État.

Mais l’État faillit à la tâche. Lamentablement. Depuis 10 ans, la part du logement social dans les mises en chantier locatives est tombée de 31 % à 8 % dans la région de Montréal, selon le professeur Polèse.

Les besoins n’ont pourtant jamais été plus grands.

Le pire, c’est que des centaines de millions de dollars promis par le gouvernement Trudeau dans sa « Stratégie nationale de logement » dorment dans les coffres de l’État.

Tout ça, parce que Québec et Ottawa se chicanent depuis maintenant deux ans sur la façon de dépenser ces fonds.

Au nom de Sylvie Racette et de tous ceux qui n’ont pas les moyens d’attendre, on leur souhaite, pour Noël, de s’entendre au plus sacrant.

23 000

Nombre de ménages en attente d’un logement subventionné auprès de l’Office municipal d’habitation de Montréal