(Shawinigan) J’ai presque tout oublié de mon passage à l’école primaire. Trop loin, trop flou. Avant mes 11-12 ans, mes souvenirs d’enfance sont un banc de brouillard. Mais il y a une chose que je n’ai pas oubliée, cependant…

Patrick Lagacé Patrick Lagacé
La Presse

À quel point je m’ennuyais à l’école.

À quel point je trouvais ça plate.

Je me suis souvenu à quel point je trouvais l’école primaire plate, par un matin de la fin d’octobre dernier à Shawinigan, un samedi matin à l’école primaire Jacques-Plante.

C’est le directeur qui m’avait invité. L’école Jacques-Plante – du nom du célèbre gardien de but du Canadien, fils de Shawi – a une vocation qui est en phase avec son nom : le sport, surtout le hockey.

Sport-études, oui. Mais pas un sport-études classique. Et c’est cet argument de Stéphane Lajoie qui m’a fait monter à Shawinigan un samedi matin : ici, on fait un sport-études sans exigences de notes.

Tu veux aller à Jacques-Plante et tu habites sur le territoire de la commission scolaire de l’Énergie ? Tu y vas. Point. Pas besoin d’avoir 70, 72 ou 75 % de moyenne pour y entrer. Tu y vas.

Ce matin-là, j’ai écouté les enfants, tous des joueurs des Braves, le nom de l’équipe de l’école. J’ai écouté leurs parents. Le matin, ils sont en classe. L’après-midi, ils sont sur la glace.

PHOTO FRANÇOIS GERVAIS, LE NOUVELLISTE

Le professeur Jean-Nicolas Bordeleau donne des cours de hockey à ses élèves en après-midi.

Et avant d’arriver ici, l’école, c’était comment ?

J’en cite quelques-uns…

Anthony est en 6e année, c’est sa troisième année à l’école Jacques-Plante : « Avant, ça ne me tentait pas d’aller à l’école. Depuis que je suis ici, je me lève et je suis content. Je sais que je vais jouer au hockey l’après-midi. »

Sa mère, Anick : « Oh, mon Dieu ! s’exclame-t-elle en entendant ma question. Il n’avait aucune motivation. Il faisait des crises. Il avait de bonnes notes, mais chaque jour était un combat. Les notes se sont maintenues, mais l’école, ce n’est plus la douleur. »

Isaac, 12 ans, désormais en secondaire I : « Avant d’arriver ici, j’avais de la misère. Surtout l’après-midi… »

Sa mère, Caroline, intervient : « Avant qu’il n’arrive à Jacques-Plante, je recevais constamment des avis de l’école sur ses écarts de comportement, qui survenaient surtout l’après-midi… »

Isaac : « Ici, mes notes ont augmenté. Et je ne m’ennuyais plus, l’après-midi… »

Sébastien, père d’Antoine et d’Alex : « Nous aussi, on est passés des avis reçus à tout bout de champ à… rien. »

La mère de Matthew, Kim, évoque elle aussi la « douleur » de l’école, avant que son fils n’atterrisse ici : « Les notes sont demeurées stables, mais je note une petite amélioration pour la lecture. Avant, je me battais avec lui pour qu’il aille à l’école. »

« Aujourd’hui, c’est lui qui me presse le matin pour qu’on arrive tôt à l’école. Après l’école, quand il arrive à la maison, c’est Matthew qui commence les devoirs… »

Je me tourne vers Matthew. Il a 9 ans, il est en 4e année. C’est sa deuxième année dans le programme bien particulier de l’école Jacques-Plante.

« À ton autre école, c’était comment ?

— Y avait pas de sport, l’après-midi.

— Comment tu trouvais ça ?

— Plate. »

Ce mot-là, encore : plate.

***

Avant d’aller plus loin, une mise en garde du même type que McDo qui prend soin d’écrire sur ses gobelets que le contenu dudit gobelet est bouillant.

Ceci n’est pas une chronique sur la splendeur du hockey comme poignée pour que les gars s’accrochent à l’école.

C’est une chronique qui répète un peu ce que François Cardinal dit dans son livre Lâchez pas, les gars, livre auquel je faisais écho dans ma chronique du 29 septembre, la chronique qui m’a valu une invitation de Stéphane Lajoie, directeur de l’école Jacques-Plante, à Shawinigan.

Que raconte François, l’éditorialiste en chef de La Presse, dans son essai ?

Que son parcours scolaire a été infernal, jusqu’au cégep. Un vrai cancre qui ne se sentait jamais à sa place. Je le cite, sur son parcours désastreux au primaire et au secondaire : « J’étais un cercle qu’on essayait d’insérer dans un système scolaire carré. »

Lisez cette chronique comme un plaidoyer pour que l’école s’adapte aux élèves-cercles quand il le faut, plutôt que de les forcer à devenir des carrés.

Et, je le répète, les garçons québécois sont surreprésentés parmi les élèves-cercles qui ne « fittent » pas dans nos écoles.

Hors Québec, l’écart de diplomation dans les temps chez les élèves du secondaire oscille de 1 à 5 points de pourcentage, à l’avantage des filles.

Au Québec ?

Le plus grand écart au Canada. Les filles : 71 %. Les gars : 57 %.

Écart : 14 points de pourcentage.

Pourquoi ?

Il n’y a pas de réponses claires, nettes.

Des cercles qu’on essaie de plier en carrés. Pas partout, tout le temps, bien sûr, et les élèves qui cadrent dans les carrés, c’est parfait pour eux, tant mieux pour eux.

Mais quand j’ai écrit fin septembre sur ces cercles que l’école tente souvent de plier en carrés, j’ai été inondé de messages de gens – surtout des hommes – qui m’ont raconté comment ils s’étaient emmerdés à l’école, comment l’école ne s’était pas adaptée à eux, et à quel point ils en avaient souffert.

***

Lisa-Marie est la mère de Robin : « Ici, il y a une tolérance à le laisser être lui-même. On le laisse bouger dans la classe. À son ancienne école, j’avais chaque jour des avis de ses profs parce que Robin se levait, il bougeait… »

Robin, qui est en 6e année, me regarde : 

« Moi, j’aime pas ça, rester assis en classe. J’aime ça, bouger.

— Montre-moi ce que tu veux dire par te lever… »

Devant tout le monde, Robin se lève, et il me montre ce qui lui valait des remontrances, en école « régulière »…

Il prend place sur sa chaise, met une jambe par terre, l’autre sous ses fesses.

Il se lève, se penche sur son pupitre, mais pas « derrière » son pupitre, de côté, ce qui le met, disons, en perpendiculaire.

Je regarde Lisa-Marie, la mère, surpris : dans le grand totem de la turbulence, ça me semble assez léger.

« C’est ça qui ne passait pas ?

— Je peux vous montrer les avis de l’école, si vous voulez. Ici, c’est une école de gars : il y a une tolérance différente face au bruit, au mouvement. »

Je reviens, incrédule, sur les remontrances de son ancienne école face au fait que Robin ne s’asseyait pas « normalement » en classe : 

« Vous avez posé des questions, protesté ?

— Oui, dit Lisa-Marie.

— Et ?

— Et on me répondait : ici, on s’attend à ce que les élèves soient assis… »

Insérez ici une métaphore de cercles qu’on essaie de transformer en carrés pour qu’ils puissent s’asseoir sagement sur des chaises tout aussi carrées.

À l’école Jacques-Plante, il y a une classe où les élèves peuvent s’asseoir sur ce qu’ils veulent : ballon géant, pouf, fauteuil-poire.

***

Il y a six profs à l’école Jacques-Plante. Annie Boisvert, pour le groupe des 3e et 4e; Martine Gagnon pour les 4e et 5e; Jean-Nicolas Bordeleau pour les 5e et 6e; Ian Renière, pour l’éducation physique; Sylvain Gélinas en anglais et Chantal Rivard en art dramatique.

Ils ont tous un passé sportif. Ils sont tous ici par choix depuis la naissance du programme, il y a trois ans. Ils assurent tous le volet scolaire et sportif.

Il y a très peu de gestion de classe à faire. Les enfants savent que c’est un privilège d’être ici. La motivation de faire partie du programme est un levier pour la motivation scolaire.

Martine Gagnon, enseignante à l’école Jacques-Plante

Ian : « Je fais le lien entre les Braves et l’école. On a des discussions différentes à l’aréna de celles qu’on a à l’école. La relation prof-élève finit par dépasser l’académique. »

Stéphane Lajoie, le directeur, qui a monté ce programme sport-études spécial, intervient. Il me répète ce qu’il m’a dit souvent, en entrevue, avant, pendant et après ma visite à l’école Jacques-Plante : qu’il dirige une autre école, « régulière », où il se fait de très, très belles choses.

« Ce n’est pas l’école spéciale contre l’école régulière. Mais il y a des élèves qui ont besoin d’autre chose. »

Stéphane dit « autre chose » et je pense aux élèves-cercles évoqués par François Cardinal, ces élèves que trop d’écoles essaient de faire entrer dans des carrés bien lisses, bien disciplinés.

« Combien ont besoin d’autre chose ?

— Il y en a beaucoup. Le hockey, leur passion, ça sert de levier pour les motiver à l’école. Ce n’est pas rien. »

***

Je le répète, ce n’est pas une chronique sur le hockey comme médicament miracle pour que l’école soit moins plate, pour qu’elle broie moins de cercles.

Le hockey, ici, à l’école Jacques-Plante, n’est qu’un levier. Il y a d’ailleurs un autre volet au programme sport-études de l’école : l’équitation (trois filles, un gars).

La commission scolaire de l’Énergie a créé deux autres écoles « spéciales » au primaire en même temps que l’école Jacques-Plante : une école alternative (de l’Énergie, 43 filles, 56 garçons) et une école musicale (Félix-Leclerc, 100 filles, 60 garçons). Au secondaire, le principe des programmes spéciaux sans exigences de notes existait depuis huit ans.

Denis Lemaire, directeur général de la commission scolaire de l’Énergie : « La philosophie derrière nos profils est d’offrir aux élèves la chance de passer plus de temps avec les intérêts qui les stimulent, tout en démontrant un effort quotidien dans les matières de base. »

Les taux de réussite dans ces écoles « à vocation » non sélectives sont « très élevés », selon M. Lemaire. Et pour Jacques-Plante en particulier : « Notre école à vocation sportive répond à un réel besoin chez nos élèves qui sont majoritairement des garçons, car en plus d’avoir un taux de réussite supérieur à nos écoles régulières, nous constatons un taux de rétention très élevé. »

***

Les profs m’ont tous raconté ce que les parents m’ont raconté : il y a un esprit de corps indéfinissable dans l’école, quelque chose comme un ciment qui unit les profs, les parents et les enfants.

Martine Gagnon, enseignante des 4e et 5e : « Avant les examens du Ministère, l’an dernier, les enfants s’encourageaient, se donnaient des tapes dans le dos, se serraient la main en se souhaitant bonne chance… »

Ian Renière, le prof d’édu : « Comme avant un match, dans le vestiaire. »

Martine : « Même en classe, on sent l’unité des Braves, de l’équipe. »

Aux examens du Ministère de 4e, 90,6 % des élèves de l’école Jacques-Plante ont réussi l’épreuve de lecture, 96 % des élèves de 6e l’ont réussie. En maths, 100 % des élèves ont réussi le volet « résoudre » de l’examen ministériel en mathématiques.

Je ne sais pas si ceci explique cela. Je sais juste que nos gars se plantent plus à l’école que les gars des autres provinces et que personne ne sait pourquoi.

Et je pense que ça vaut la peine de ne pas essayer de faire des carrés avec des cercles.