Sur l’habillement de Catherine Dorion, je vais le dire comme ça sort : je m’en fiche complètement. Mais je vous rassure, ce n’est pas une chronique sur le coton ouaté de Mme Dorion.

Patrick Lagacé Patrick Lagacé
La Presse

Chaque fois que rebondit le « débat » sur les vêtements de Mme Dorion, je repense à Tony Tomassi applaudi avec bienveillance par ses collègues libéraux alors qu’il venait d’expliquer pourquoi il n’y avait rien de croche à ce que les amis du PLQ soient surreprésentés dans les bénéficiaires de permis de garderies privées, des planches à imprimer de l’argent…

M. Tomassi était impeccable dans son habit cravate. Sachant ce qu’on sait désormais sur lui, on me permettra de rappeler qu’on peut porter la cravate ET être un grossier personnage.

Je l’ai déjà écrit il y a un an après son premier discours à l’Assemblée nationale : Catherine Dorion a des choses plus qu’intéressantes à dire, il y a une pensée pertinente sous sa tuque sur ce qui nous unit et sur ce qui nous désunit.

Mais la tuque est une distraction, tout comme les Doc Martens et le reste de sa garde-robe.

Une distraction ? Jeudi fut une journée horrible pour la CAQ, qui continuait de s’empêtrer dans les sables mouvants de cette réforme de l’immigration, c’est le jour où le PM s’est obstiné avec les chambres de commerce et a offert en guise d’argument que 90 % des gens sur sa page Facebook étaient d’accord avec lui…

Or, qu’a fait Catherine Dorion, jeudi ?

Elle a enfilé un coton ouaté orange pour siéger à l’Assemblée nationale. Le passé étant garant de l’avenir, cela fut remarqué et cela fut refusé par la vice-présidente de l’Assemblée nationale qui a demandé à Mme Dorion d’aller se changer…

Ce que la députée de Taschereau a refusé.

Elle a préféré quitter le Salon bleu.

Pour moi, le coton ouaté de Mme Dorion, c’est le symbole parfait de la gauche qui ne veut pas tant gagner qu’avoir raison.

C’est parfait de vouloir bouleverser les conventions.

Mais d’un point de vue stratégique, Catherine Dorion a aidé la CAQ car il n’y avait que la CAQ qui était dans les sables mouvants politiques, jeudi. Elle est allée faire des vagues avec François Legault dans les sables mouvants : #distraction…

Mais allons au-delà de Catherine Dorion. Parlons de Québec solidaire comme groupe parlementaire. L’opposition solidaire compte désormais 10 députés à l’Assemblée nationale. Dix voix progressistes pour faire avancer ses idées et tenter de mettre le gouvernement en échec…

Ils font le travail d’opposition, il n’y a pas à dire. Ils s’opposent. Ils se lèvent en chambre, font des points de presse. Gabriel Nadeau-Dubois trouve même le temps d’écrire des livres. Mais sur le fond, au-delà des enjeux vestimentaires, est-ce que Québec solidaire se démarque ?

Quel dossier QS a-t-il porté à ce jour et qui s’est incrusté dans l’opinion ?

Les députés de QS vont m’obstiner jusqu’à demain matin pour dire qu’ils sont diablement efficaces, ils vont sans doute sortir une liste de « dossiers » qu’ils ont fait avancer, le nombre d’interventions en chambre…

Bien sûr.

Mais je parle d’impact, je parle même de pédagogie. Porter un dossier et en changer la perception.

Vous rappelez-vous l’époque où Amir Khadir était l’unique député de Québec solidaire, de 2008 à 2012 ? Il n’était pas à l’abri de s’autopeluredebananiser à l’occasion, mais le député Khadir a tout de même réussi à démasquer le stratagème des prête-noms dans les officines des firmes de génie à lui seul (avec son adjoint parlementaire Christian Dubois)…

Je comprends qu’il s’agissait là d’un grand chelem. Mais à 10 députés, les solidaires n’ont réussi aucun coup de circuit qui s’approche de cet impact-là depuis un an. Corrigez-moi si je me trompe.

Françoise David est venue rejoindre Amir Khadir en 2012, la députation solidaire est passée à deux députés. Mme David a fait beaucoup de pédagogie sur une certaine idée de la justice sociale sans jamais faire de coups d’éclat, d’une voix posée mais implacable. Le travail politique et parlementaire est souvent affaire de marathon plus que de sprint.

Le tandem Khadir-David se démarquait par sa capacité à imposer ses thèmes à l’agenda politique et médiatique, malgré qu’ils n’étaient que 2 parmi 125 députés.

Sept ans plus tard, les députés solidaires sont 10 à l’Assemblée nationale. Ont-ils cinq fois plus d’impact que le duo Khadir-David ? Sont-ils 3,33 fois plus efficaces qu’à l’époque – 2014-2017 – du trio Manon Massé, Amir Khadir et Françoise David ? On est dans les impressions, bien sûr. Mais personnellement, j’en doute.

Mme Dorion s’est lamentée du fait que lorsqu’elle parle de contenu, les médias ne lui donnent pas d’attention. C’est peut-être vrai, mais il faut rappeler cette vérité : la difficulté de percer la bulle médiatique est le lot de tous les députés de toutes les oppositions depuis la nuit des temps parlementaires.

L’auteure des Luttes fécondes a de quoi à dire sur la société. Lisez Les luttes fécondes, si vous le pouvez, c’est un livre admirable sur l’individualisme qui nous tue à petit feu. Mme Dorion est une communicatrice hors pair : il faut qu’elle trouve la façon d’attirer l’attention sur ses idées… Comme elle le fait pour ses vêtements.