Rima Elkouri Rima Elkouri
La Presse

« C’est des vraies photos ?

— Oui.

— Et t’as des seins naturels ?

— Oui.

— Bon, ben, t’as tout ce que je veux… »

L’homme au bout du fil répond à une fausse annonce publiée en ligne dans le cadre de la troublante enquête documentaire Trafic, réalisée par Catherine Proulx et produite par Karine Dubois.

L’annonce montre les photos d’une fille dénudée de 15 ans. Le client travaille au centre-ville. En « habit cravate », précise-t-il pour faire valoir qu’il a une bonne hygiène. Il veut savoir si la chair est aussi fraîche que sur la photo. Et si la fille a une « gorge profonde ». Il lui redemande si elle n’a pas des seins refaits. « C’est bien important pour moi. » Pour 160 $ l’heure, il est prêt à prendre rendez-vous.

La petite annonce fait fureur. Le téléphone ne dérougit pas. Le lieutenant-détective du SPVM Dominic Monchamp avait averti les documentaristes. Ce genre d’annonce, utilisé pour mener des opérations policières visant les clients de prostitution juvénile, suscite facilement 300 demandes dans la minute qui suit. Et il est impossible de dresser un profil type du client. Ça peut être un gars qui a un lourd dossier criminel. Comme ça peut être monsieur Tout-le-Monde.

Un père de famille « sans histoire » qui « se paie » une fille de 16 ans de temps en temps. Un employé en complet cravate qui se rend au motel avant de rentrer à la maison. Un homme marié de 60 ans. Un célibataire de 30 ans. Bref… n’importe qui.

Ces clients ont toutefois une chose en commun : ils adorent les jeunes filles, observe un ex-proxénète repentant. « Quand t’as 22, 23, 25 ans, tu commences à faire trop de kilométrage. Mineures, 18, 19 ans : c’est ça qu’ils aiment. »

***

Qui est donc ce client « monsieur Tout-le-Monde » pour qui cette industrie existe ? Lorsqu’on parle de trafic sexuel, on parle des proxénètes et de leurs jeunes proies. Mais le client reste invisible, a constaté la réalisatrice Catherine Proulx.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

La réalisatrice Catherine Proulx

Dans Trafic, elle part donc à sa recherche. Elle sollicite l’aide de mon collègue Vincent Larouche, de l’équipe d’enquête de La Presse. Jamais elle n’avait pensé elle-même qu’elle ferait un jour une enquête sur la prostitution juvénile. « Mais avec ce que je sais maintenant, c’est impossible pour moi de ne rien faire », dit-elle dans son documentaire choc, dont on présentera des extraits jeudi dans le cadre de la Commission spéciale sur l’exploitation sexuelle des mineurs, avant sa diffusion à Télé-Québec le 13 novembre.

Le film Trafic est le prolongement d’un projet fort intéressant d’abord conçu pour le site web de Télé-Québec. L’écoute de l’émission balado en six épisodes avait provoqué chez moi une vive indignation devant la banalisation de ce que vivent des adolescentes, victimes de trafic sexuel, vendues, consommées et jetées comme des marchandises par des clients qui se font croire qu’elles « aiment ça ».

Le documentaire télé, qui gagnerait à être présenté dans toutes les écoles secondaires dans le cadre du cours d’éducation sexuelle, a le même effet coup de poing que la balado. Le fait qu’il ait valu à Catherine Proulx et à Karine Dubois une invitation à la Commission spéciale sur l’exploitation sexuelle des mineurs leur donne espoir de contribuer à passer de l’indignation à l’action. « C’est la première fois qu’un de nos films arrive concrètement sur le terrain politique et qu’on arrive vraiment à atteindre notre but. Mon souci, c’est tout le temps de ne pas prêcher à des convertis », me dit Karine Dubois, qui espère que le film rejoindra notamment les clients de la prostitution juvénile.

Consultez l'horaire de la Commission spéciale sur l'exploitation sexuelle des mineurs

La police joue bien sûr un rôle important dans la lutte contre le trafic sexuel. Mais ce que l’on comprend en écoutant ce documentaire, c’est que la répression ne règle pas tout. En amont, il y a de graves lacunes en éducation. Pas juste l’éducation des jeunes filles vulnérables, qui se font prendre au piège de proxénètes, comme on aime le répéter. Mais aussi l’éducation des jeunes (et moins jeunes) garçons, observe Catherine Proulx.

Tout le monde a besoin d’un cours d’éducation sexuelle !

La réalisatrice Catherine Proulx

Ce « tout le monde » inclut aussi les clients et les proxénètes. « On parle beaucoup de protéger “nos” filles. Mais comme société, il faut que l’on comprenne que les proxénètes, c’est aussi “nos” garçons. Des gens de “notre” société. On a engendré ces gars-là ou on les a échappés dans le système », renchérit Karine Dubois.

Lorsqu’on parle d’exploitation sexuelle, on aime penser que le client est un « monstre », un « dangereux pédophile » ou un « déviant sexuel », poursuit-elle. « Cette vision n’aide en rien. Parce qu’à partir du moment où on le déshumanise, on arrête de penser à sa façon de voir les choses et aux raisons qui le poussent à agir ainsi. Et si on ne cherche pas à connaître ces raisons, on ne va rien régler… »

Pourquoi notre société engendre-t-elle autant de clients de prostitution juvénile ? « C’est sûr que si on a de jeunes hommes qui font leur éducation sexuelle sur YouTube, il ne faut pas s’étonner qu’après ils passent à la prostitution, disponible à un seul clic », observe Karine Dubois.

Il y a là tout un discours social à changer. « Tant et aussi longtemps qu’on a une société où on amène nos gars aux danseuses pour fêter leurs 18 ans et où on se paye une escorte pour un enterrement de vie de garçon… C’est sûr que ces choses considérées socialement acceptables ne sont vraiment pas loin de ce qui est inacceptable. Même si la danseuse a 18 ans. Quel parent d’enfant de 18 ans pense que sa fille est faite pour aller sur un stage danser ? »

« On va faire passer des tests de valeurs d’égalité hommes-femmes aux immigrants. Mais nous, on trouve correct de vivre dans une société où on peut payer et consommer des corps de jeunes filles ! C’est tellement paradoxal. »

Monsieur Tout-le-Monde qui trouve normal de commander une jeune fille de 16 ans comme on commande une pizza a une responsabilité, souligne Catherine Proulx.

Il ne pense pas qu’il fait quelque chose de vraiment grave. Mais il doit savoir qu’il y a des répercussions à ses gestes dans la vie d’adolescentes.

Catherine Proulx

Le client aime se faire croire que la jeune prostituée a « choisi » de faire ce qu’elle fait, qu’elle aime ça faire 15 à 20 clients par jour, qu’elle est sans doute nymphomane… Mais il faut qu’il prenne conscience, comme le dit un intervenant dans le film, qu’il peut être un « tueur d’âme », qui brise la vie psychologique d’une fille pour toujours. Et que celles qu’on appelait autrefois des « filles de joie » n’ont absolument rien de joyeux.

***

En parlant de « filles de joie »… Dans Le Journal de Montréal, mardi, Denise Bombardier consacrait une chronique à Catherine Dorion dont elle n’a visiblement pas apprécié la photo « déguisée » en députée le jour de l’Halloween. Dans un texte intitulé « La députée aux longues jambes », elle la compare ni plus ni moins à une « fille de joie », une expression aussi ancienne que péjorative pour désigner les prostituées. « Mademoiselle Dorion, l’égérie sulfureuse de la gauche déjantée et féministe, n’hésite guère à jouer une fille de joie, collier de perles et talons aiguilles en sus, ce qui, paraît-il, exciterait les mâles », écrit-elle.

J’ai pris la blague d’Halloween de Catherine Dorion pour ce qu’elle était : une blague d’Halloween venant d’une députée qui se moque avant tout d’elle-même en troquant ses t-shirts et ses Doc Martens pour un tailleur et des talons hauts.

J’y ai vu avant tout de l’autodérision. Je peux comprendre que certains aient perçu la chose autrement et y aient vu une atteinte au décorum de l’Assemblée nationale. Ça se défend. Ça se discute. Par contre, que Mme Bombardier qualifie la députée de Québec solidaire de « fille de joie » qui « expose son fond de culotte » parce qu’elle porte une simple minijupe, ça, non. Non seulement je ne comprends pas, mais encore je trouve ça inacceptable. Ce n’est pas une opinion comme une autre. C’est du sexisme, un point c’est tout.

Traiter une élue qui dérange de putain ? En 2019 ? Après des décennies de luttes féministes ? Vraiment ?

Le propos me semble à l’image de l’expression choisie par Mme Bombardier : arriéré.

* Le documentaire choc Trafic sera présenté le mercredi 13 novembre à 20 h à Télé-Québec.