Patrick Lagacé Patrick Lagacé
La Presse

Hier dans La Presse, Christian Saint-Germain disait tout le mal qu’il pense de l’aide médicale à mourir, dans une lettre publiée dans les pages Débats.

Pour ce prof de l’UQAM, c’est clair : si l’État a permis l’aide médicale à mourir, c’est par « logique institutionnelle budgétaire ».

Je cite Saint-Germain : 

1. « Présentée comme une question de choix individuel, de fait, la question relève d’une logique institutionnelle budgétaire bien plus large que les sanglots longs dont raffolent les majorettes médiatiques. »

2. « Pareil consensus autour de la mort programmée ajouté à un plaidoyer aussi hypocrite pour le contrôle des coûts de santé… »

3. « L’unique objectif de la loi et de ses retombées judiciaires n’a jamais cessé d’être l’élimination d’une plus large catégorie de malheureux que le législateur atteindra cette fois grâce à sa fameuse “discussion” non partisane. »

4. Quant à l’idée d’élargir l’aide médicale à mourir aux personnes atteintes de démences en vertu de directives anticipées, Saint-Germain affirme que la « lenteur [de leurs] agonies et la prévisibilité démographique irritent déjà le cadre budgétaire des institutions ».

5. Il prête aux « logiques institutionnelles » de sombres motifs ultérieurs : « Avions-nous et avons-nous les moyens financiers d’accorder à la vie humaine une valeur intrinsèque ? »

Les affirmations de Christian Saint-Germain à propos de ce qu’il décrit – faussement – comme un « homicide administratif » sont sensationnelles. Pensez un peu : l’UNIQUE objectif de la loi sur l’aide médicale à mourir n’a jamais cessé d’être L’ÉLIMINATION de malades pour le CONTRÔLE DES COÛTS DE SANTÉ !

Qui pense cela dans l’État québécois ?

Qui a pensé cela dans l’État québécois ?

Quel comité secret (ou pas) a ourdi quel plan pour que l’aide médicale à mourir soit dans les faits un exercice de contrôle des coûts des soins de santé ?

Quand ce plan machiavélique a-t-il été conçu ?

Par qui ?

Qui a reçu les ordres ?

Qui les applique ?

A-t-on le témoignage direct d’un protagoniste de ce plan machiavélique ?

Est-il corroboré ?

Le plan est-il inscrit dans un document ? Une note de service ? Un plan quinquennal ? Un décret ministériel ? Un biscuit chinois ?

Le professeur Christian Saint-Germain de l’UQAM ne répond à aucune de ces questions qui pourraient étayer sa thèse. Il ne présente pas le début de l’ombre de la queue d’une preuve des certitudes sensationnelles qu’il présente comme des faits irréfutables.

Des affirmations sensationnelles doivent être appuyées par des faits sensationnels, non ? Des noms, des dates, des témoignages, des documents, quelque chose…

J’aurais pris des faits, point ; juste des faits, des petits faits pas forcément sensationnels, qui appuient ses dires…

Mais le professeur Saint-Germain n’en présente pas, de faits. C’est son opinion, et puis voilà, c’est ça qui est ça.

J’insiste : si L’UNIQUE objectif de la Loi concernant les soins de fin de vie de 2014 est la rigueur budgétaire, il doit bien y avoir quelque élu, présent ou passé, qui est au courant de faits que les Québécois doivent savoir, non ? Un fonctionnaire, à la rigueur ?

J’insiste plus avant : dans l’État québécois, qui, quand, où et comment, a manigancé pour que la Loi concernant les soins de fin de vie soit adoptée sous des motifs subreptices afin qu’elle soit dans les faits utilisée pour « contrôler les coûts de santé » ?

Notre pamphlétaire, Saint-Germain, ne le dit pas.

D’autres parties du texte de Saint-Germain font rouler les yeux jusque dans le cervelet tant ils relèvent de la provocation. 

Par exemple, il traite de « malheureux utiles » – écho aux « idiots utiles » du communisme – Nicole Gladu et Jean Truchon, deux Québécois gravement malades qui ont contesté en cour les critères restrictifs des lois provinciale et fédérale sur l’aide médicale à mourir. Mais chacun a droit à son opinion, et la mesquinerie est également partagée, n’épargnant (surtout) pas les titulaires de chaires universitaires.

Je lis et je relis le texte de Christian Saint-Germain…

Les faits qui sont aux abonnés absents…

Les motifs ultérieurs…

Les intentions cachées…

Les pitons de la peur, enfoncés d’un air entendu…

Les sombres desseins, tout ça…

Et là, ça me frappe ! Oui, voilà !

Le professeur Saint-Germain s’est fendu ici d’une théorie du complot. C’est de cela qu’il s’agit : une belle théorie du complot bien visqueuse. Ce texte, c’est le même délire que les théories du complot liées au 11-Septembre, mais il faut admettre une chose : Saint-Germain écrit beaucoup, beaucoup mieux que les « truthers ».

Revenons au texte : on soupirerait et on oublierait rapidement s’il s’agissait des divagations de notre oncle un peu crinqué sur Facebook, celui qui croit (au mépris des faits) que les vaccins causent l’autisme, que les « chemtrails » répandus par les avions de ligne anesthésient le sens critique des masses ou que tous les juifs du World Trade Center ont reçu le mémo de rester à la maison, le 11 septembre 2001…

Mais Christian Saint-Germain est professeur titulaire dans une grande université québécoise, pas un troll qui partage des textes du Buffalo Chronicle.

Remarquez, il n’est pas le seul dans le réseau des universités du Québec à jazzer sans s’embarrasser des faits. Au début de l’année, je parlais de cette prof de l’UQTR qui croit notamment que les cellulaires ont été créés pour contrôler les naissances et, toujours à l’UQTR, La Presse exhumait au printemps les délires d’un prof de chimie sur les vaccins

Qui sait, en cherchant un peu, il y a peut-être assez de théoriciens du complot dans le réseau des universités du Québec pour créer une Chaire sur les vérités alternatives ?

Je suggère que Christian Saint-Germain en soit le titulaire.