Le complexe Guy-Favreau sera fermé toute la fin de semaine alors que des chiens pisteurs et des experts en extermination seront déployés pour juguler l’infestation de punaises de lit qui perturbe les activités du gouvernement fédéral dans le grand immeuble du boulevard René-Lévesque, à Montréal.

Vincent Larouche Vincent Larouche
La Presse

La Presse révélait hier qu’une infestation de punaises dans les locaux de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié (CISR), au troisième et au dixième étage de la tour Est du complexe, avait forcé l’annulation des audiences de la commission jeudi et hier. Plusieurs fonctionnaires avaient été renvoyés chez eux.

Le bien-être de nos employés est notre priorité ultime,
et c’est pourquoi nous nous efforçons de limiter l’exposition en fermant
nos bureaux temporairement.

Line-Alice Guibert-Wolff, porte-parole de la CISR

« Des exterminateurs sont sur place afin de remédier pleinement à la situation en recourant à un traitement thermique non chimique sur tous les étages. À la suite de ce traitement, les exterminateurs entreprendront une évaluation complète de la situation afin de s’assurer que tous les étages ont été nettoyés », dit-elle.

Inspection de fond en comble

Toutes les tours du complexe sont par ailleurs fermées depuis hier soir afin que des spécialistes aidés de chiens pisteurs inspectent l’ensemble des bureaux du gouvernement à la recherche des insectes nuisibles, a ajouté Charles Drouin, porte-parole de Services publics et Approvisionnement Canada.

Les fonctionnaires ont appris qu’ils n’auraient pas accès aux installations pour toute la fin de semaine. Ils ont été avisés de bien verrouiller leurs tiroirs et leurs ordinateurs pour la durée de l’opération. La plupart ne travaillent pas le samedi et le dimanche de toute façon.

Outre les employés de la CISR, le complexe Guy-Favreau abrite notamment des fonctionnaires fédéraux de Passeport Canada, de Service Canada, des procureurs de la Couronne fédérale et des employés d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.

Des inspections ont aussi été menées dans des bureaux des services d’immigration fédéraux sur la rue Peel, par crainte d’une contamination lors d’échanges liés au travail avec les fonctionnaires de Guy-Favreau.

Les responsables doivent faire le point d’ici lundi matin, mais espèrent que les activités reprendront normalement la semaine prochaine.

Effet sur la qualité de vie

Les punaises de lit sont des insectes piqueurs qui se nourrissent du sang des humains pendant leur sommeil.

« Si elles ne sont pas exterminées, elles se reproduisent et se propagent rapidement. Elles peuvent avoir un effet très important sur la santé et sur la qualité de vie des personnes », prévient le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec dans sa documentation officielle.

Nous sommes très préoccupés parce que les gens peuvent ramener
ça chez eux, chez leur famille et leurs proches. Mais les ministères
et les gestionnaires du bâtiment semblent prendre la chose au sérieux.

Yvon Barrière, porte-parole de l’Alliance de la fonction publique du Canada
pour le Québec.

Autre cas à Gatineau

Des employés inquiets ont fait le lien avec une infestation récente de punaises de lit dans un bureau d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada à Gatineau, qui a été maîtrisée depuis.

« On va attendre que les choses se calment, mais on veut qu’il y ait un suivi pour voir avec l’employeur s’il y a des facteurs de risque particuliers qui seraient plus élevés pour la Commission de l’immigration et du statut de réfugié ou Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. Si c’est le cas, il y a peut-être des mesures à prendre. C’est ce qu’on veut voir », a expliqué Fabienne Jean-François, porte-parole du Syndicat de l’emploi et de l’immigration du Canada.