Partis en pleine noirceur à 5 h 46 ce matin, six navigateurs aguerris tentent d’établir un nouveau record à voile sur le fleuve Saint-Laurent : franchir la distance entre le pont Jacques-Cartier et le pont Pierre-Laporte, à Québec, en moins de 11 heures et 48 minutes.  

Tristan Péloquin Tristan Péloquin
La Presse

Appelé « Grand raid pont à pont », le défi vise à « redonner de l’engouement au québécois pour la voile » explique Maxime Loiselle, un des membres de l’équipage. « Rallier ces deux ponts, c’est un temps de référence auquel tous les amateurs de voile peuvent se fier. On veut inciter les gens à le faire, peu importe le bateau qu’ils utilisent. »

L’équipage tente sa chance sur un voilier de haute performance, le Fareast 28R, un quillard capable d’une vitesse théorique de 20 nœuds (37 km/h). Le vent du nord-ouest de 10 à 15 nœuds devrait lui permettre de déployer toutes ses voiles.

Le groupe de marins s’était donné une fenêtre d’une semaine pour tenter le coup. « Les vents sont typiquement forts à ce temps-ci de l’année, c’est la raison pour laquelle nous avons décidé de le faire à cette période de l’année. Les conditions s’annoncent parfaites pour tester les limites du bateau », dit Martin Robitaille, skipper et propriétaire du voilier.  

Le défi, créé en 2016, a surtout été relevé jusqu’à maintenant par des voiliers légers de type dériveur, qui sont plus susceptibles de chavirer. Les quillards, qui ont une dérive lestée pesant plusieurs centaines de kilos, sont généralement plus stables. « C’est très différent. On peut pousser la bête à ses limites plus longtemps », ajoute M. Robitaille.  

Habitués à la course au large, les participants disent ne pas craindre l’eau froide du fleuve. Si les vents sont favorables, ils devraient arriver à Québec un peu avant 18 h ce soir.