Vous aviez congé, ce jour-là, et promis d’emmener les enfants au cinéma. Superhéros ou princesses, peu importe : ce qui compte, ce n’est pas le film, mais ce temps passé en famille, loin du boulot, loin des soucis du quotidien.

Isabelle Hachey Isabelle Hachey
La Presse

Loin de la foule déchaînée.

Le popcorn, trop salé, était irrésistible. Les enfants sont heureux. Vous quittez le cinéma le cœur léger, la tête ailleurs, votre marmaille sur les talons.

C’est là que votre bulle éclate.

Une voiture ralentit, puis s’immobilise à votre hauteur. Elle vous barre la route. Une inquiétude sourde monte en vous.

L’automobiliste baisse sa vitre.

Il hurle : « Allez vous faire foutre ! »

Puis, il repart aussi sec.

Invraisemblable ? C’est pourtant arrivé à la ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna. « Fuck you, Climate Barbie ! », lui a crié un homme pendant qu’elle tentait d’éloigner ses enfants de la voiture.

Ce n’est pas la première fois que la ministre se fait violemment apostropher en pleine rue. On l’a traitée de pute, de traître, d’ordure communiste.

On a souhaité une maladie mortelle à ses enfants.

Depuis quelques mois, les menaces sont telles qu’elle se sent parfois obligée de recourir à une protection policière, a-t-elle révélé samedi à La Presse canadienne.

Le torrent d’insultes que la ministre a l’habitude de recevoir sur les réseaux sociaux a débordé dans la rue. La haine virtuelle dont elle est la cible s’est répandue dans le monde réel.

Ce n’est pas seulement inacceptable.

C’est proprement terrifiant.

La campagne électorale fédérale sera officiellement déclenchée dans les prochains jours.

De grâce, pourrait-on se calmer ?

***

Catherine McKenna ne mérite pas cette haine. Aucun politicien, aucun être humain ne mérite cette haine.

À lire les messages orduriers qui polluent son fil Twitter, le crime de la ministre de l’Environnement consiste essentiellement à tenter – tant bien que mal – de réduire les émissions de dioxyde de carbone au Canada.

C’est pour cette perfidie sans nom qu’un site d’extrême droite, The Rebel, l’a surnommée la « Barbie du climat », peu après sa nomination. Un député conservateur n’a rien trouvé de mieux que de relayer ce trait d’esprit sur Twitter.

Le surnom, dans tout son sexisme gluant de condescendance, est resté collé à la peau de la ministre.

***

Catherine McKenna n’est pas la seule à payer le prix de sa lutte contre le réchauffement de la planète.

Tzeporah Berman, de Stand.earth, a été agressée à l’aéroport d’Edmonton par un homme qui lui reprochait sa campagne contre les sables bitumineux de l’Alberta.

Aux États-Unis, la représentante Alexandria Ocasio-Cortez reçoit des flots de haine depuis qu’elle fait la promotion du Green New Deal contre les changements climatiques.

Et puis, bien sûr, il y a Greta Thunberg. On l’a traitée de gourou vert, de petite prétentieuse, de marionnette manipulée dans l’ombre par des forces qu’elle ne comprendra jamais, elle, pauvre écolière mentalement instable…

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la militante suédoise de 16 ans – 16 ans ! – a le don d’horripiler bien des politiciens et des chroniqueurs à travers le monde.

Il faut bien dire autre chose : dans le prétendu débat sur le réchauffement de la planète, ce sont des femmes (et des filles) qui sont la cible des critiques les plus acerbes.

Et ces critiques proviennent le plus souvent d’hommes, de droite ou d’extrême droite, qui se trouvent à être à la fois misogynes et négationnistes du climat.

Apparemment, ces choses-là viennent par paquet.

***

Ce n’est pas qu’une impression.

De plus en plus d’études tendent à montrer un lien entre la droite antiféministe et le négationnisme du climat, lit-on dans un reportage récent du magazine New Republic.

En Suède, l’Université de technologie Chalmers, qui a créé le premier centre d’études sur le négationnisme du climat au monde, s’intéresse à ce lien depuis des années.

Les chercheurs suédois ont découvert que pour les « climatosceptiques », ce n’est pas l’environnement qui est menacé, mais plutôt une certaine forme de « société industrielle moderne », à l’intérieur de laquelle ils jouent un rôle dominant.

Aujourd’hui, ces hommes ont l’impression d’être assiégés. Par l’avancée des droits des femmes. Par l’immigration. Et, de plus en plus, par le militantisme écologique, qui menace de chambouler l’ordre établi.

Leur ordre établi.

De fait scientifique, le réchauffement climatique est ainsi devenu un enjeu politique et identitaire.

Ceux qui mettent en doute ses effets dévastateurs se disent simplement rationnels, au contraire des pelleteurs de nuages et autres chasseurs de licornes.

Ils ne font qu’afficher un sain scepticisme, disent-ils, face à tous ces alarmistes qui prédisent la fin du monde.

Mais il n’y a rien de rationnel à nier l’urgence de combattre le réchauffement climatique.

Rien de scientifique à partager des vidéos tirées d’obscurs sites web pour défendre sa thèse.

Rien de glorieux à abreuver d’injures une politicienne ou une militante écologiste.

***

Parlant de partager n’importe quoi sur Facebook et sur Twitter : c’est ce que font allègrement une quinzaine de candidats québécois du Parti populaire du Canada, nous apprenait hier mon collègue Simon-Olivier Lorange.

Des boissons qui protègent du cancer, un gouvernement infiltré par des cellules islamistes, des dizaines de milliers de scientifiques qui signent une pétition niant les changements climatiques… tout y passe.

Et ces gens espèrent nous gouverner.

Ce serait drôle si ce n’était pas aussi pathétique.

Remarquez, leur chef n’est pas en reste. Maxime Bernier lui-même relaie sans cesse des vidéos de pure propagande tirées des coins les plus nauséabonds du web. La plus récente s’intitule « Climate Change is a Scam »…

Je ne sais pas si Maxime Bernier y croit ou s’il fait preuve d’un cynisme délirant. Mais la prochaine fois que vous tomberez sur de telles aberrations, je n’ai qu’un conseil à vous donner.

Lâchez Twitter.

Allez au cinéma, tiens.