En regroupant le trafic aérien civil à l’aéroport Montréal-Trudeau, à Dorval, on a grandement facilité la vie des voyageurs. Mais une quinzaine d’années après cet important changement, les Montréalais doivent encore apprendre à composer avec les revers de ce phénomène éminemment urbain.

Mario Girard Mario Girard
La Presse

Vous êtes nombreux à m’écrire régulièrement pour me parler de la pollution sonore liée aux avions dont vous êtes victimes. Sachez que vous êtes loin d’être les seuls. Vous faites partie de dizaines et de dizaines de milliers de résidants qui n’en peuvent plus de cet incessant trafic bruyant.

En 2018, Aéroports de Montréal (ADM) a atteint un nombre record de 19,4 millions de passagers. Il s’agit d’une hausse de 7 % par rapport à l’année précédente. Et, selon les chiffres publiés il y a quelques semaines concernant les six premiers mois de 2019, tout semble indiquer que nous allons atteindre ou dépasser ce sommet à la fin de l’année.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

En 2018, Aéroports de Montréal (ADM) a atteint un nombre record de 19,4 millions de passagers. Il s’agit d’une hausse de 7 % par rapport à l’année précédente.

Nous ne sommes pas tous égaux devant le bruit des avions. Certains résidants sont plus touchés que d’autres. C’est le cas des villes de Dorval et de Pointe-Claire, qui subissent le bruit assourdissant des décollages et des approches sur les pistes. J’ai déjà eu un aperçu de cela en prenant un verre un jour dans le jardin d’une amie qui habite dans l’Ouest-de-l’Île. J’ai cru un instant que l’avion allait se poser dans sa plate-bande d’hémérocalles. Mais il y a aussi les arrondissements de Saint-Laurent, d’Ahuntsic-Cartierville, de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension et de Rosemont–La Petite-Patrie qui ne sont pas en reste, car ils se trouvent juste au-dessous d’un corridor aérien.

Si ADM se dit à l’écoute des plaintes et des préoccupations des citoyens à bout de nerfs, ceux-ci ont surtout la chance d’avoir comme porte-voix Les Pollués de Montréal-Trudeau, un groupe de pression créé en 2013, notamment par Pierre Lachapelle, qui joue le rôle de chien de garde des activités aériennes qui ont lieu dans le ciel de Montréal.

Le groupe a déposé une première action collective portant sur la gestion du climat sonore et le respect des normes établies par l’Organisation mondiale de la santé. L’action a été autorisée en avril 2018 par la Cour supérieure et est en attente d’un calendrier. En août dernier, le groupe a déposé une requête afin que la Cour supérieure regarde de près la conformité de la gestion des vols de nuit à Montréal.

Les vols de nuit sont le cheval de bataille des Pollués. « C’est un bar ouvert », m’a dit Pierre Lachapelle.

Le groupe veut obtenir rien de moins qu’un couvre-feu à partir de minuit. De son côté, ADM assure que des restrictions sont respectées, mais qu’il y a toujours des « exceptions » liées aux conditions météorologiques. « Il n’y a aucun aéroport au Canada qui a un couvre-feu, m’a dit Anne-Sophie Hamel. Ils fonctionnent tous 24 heures sur 24. »

Récemment, une nouvelle arme s’est ajoutée à l’artillerie des citoyens mécontents qui en ont assez de mal dormir. Bill Mavridis, résidant d’Ahuntsic-Cartierville, a créé une application qui permet à tous ceux qui s’y inscrivent d’envoyer une plainte aussi rapidement qu’un train d’atterrissage se rétracte.

Nommée Aéroplainte, l’application est ultrafacile à télécharger et à utiliser. Grâce à ce bidule fabriqué au coin d’une table, ADM est maintenant submergé de plaintes. Alors que l’entreprise avait l’habitude d’accueillir quelques centaines de plaintes par année, elle doit maintenant en compiler des milliers. Bill Mavridis, qui reçoit un double de la plainte, en a vu passer pas moins de 29 000 depuis le lancement de son application, en octobre dernier.

Anne-Sophie Hamel, porte-parole chez ADM, s’est empressée de me dire que la méthode de calcul de l’entreprise et les chiffres fournis par Bill Mavridis sont comme « des pommes et des oranges ». Chez ADM, on tient compte d’une seule plainte par citoyen toutes les 24 heures. En d’autres mots, si un citoyen envoie plusieurs plaintes en 24 heures par l’application de Bill Mavridis, elles compteront pour une seule.

ADM met à la disposition des citoyens le site WebTrak, qui vous permet d’observer en temps réel le trafic aérien dans le ciel de Montréal et d’ajouter des détails à votre plainte. Bref, si vous voulez savoir très exactement quel est le type d’avion qui passe au-dessus de votre maison, le nom de la compagnie, sa provenance ou sa destination, vous allez pouvoir inclure cela dans votre plainte.

Malgré cela, on peut imaginer que l’application de Bill Mavridis est sans doute un cauchemar pour la haute direction d’ADM.

« J’ai tenté plusieurs fois de rencontrer les membres du comité consultatif sur le climat sonore, m’a dit Bill Mavridis. Mais ça ne marchait jamais. Une semaine après avoir lancé mon application, on me proposait un rendez-vous. » Ce comité, formé de quelques élus, est chargé de trouver des solutions pour assurer une qualité de vie aux citoyens.

Certains d’entre vous m’ont écrit ces derniers mois pour me dire qu’ils avaient l’impression qu’un nouveau corridor aérien était soudainement apparu au-dessus de leur résidence. Vous n’avez pas la berlue. Des travaux récents sur l’une des pistes de Montréal-Trudeau ont obligé de nombreux vols à modifier leur parcours.

La situation que vit l’aéroport Montréal-Trudeau n’est pas unique. Dans toutes les villes canadiennes, les questions du bruit et de la pollution liés au trafic aérien sont une préoccupation grandissante pour les résidants. De plus en plus d’études environnementales démontrent que le trafic aérien cause un tort énorme à la santé des gens.

C’est le cas d’une étude de chercheurs de l’Université McGill qui a démontré, il y a quelques mois, la présence d’un nombre particulièrement élevé de particules en suspension sur le tarmac de l’aéroport Montréal-Trudeau, dont des nanoparticules de métaux lourds reconnus pour être nuisibles à la santé.

Les travaux d’expansion de 2,5 milliards de dollars annoncés récemment par ADM laissent présager une augmentation importante du trafic aérien. Chez ADM, on refuse de faire cette équation. « Il n’y a pas de corrélation directe entre la croissance du nombre de passagers et celle du mouvement aérien », m’a dit Anne-Sophie Hamel. Tableau à l’appui, elle assure que les avions utilisés sont plus gros et plus remplis, ce qui explique cette stabilité du nombre de vols.

La dernière chose qu’un citoyen souhaite voir autour de lui, c’est la construction d’un aéroport. Ou, pire encore, c’est voir que l’aéroport qui était près de chez lui connaît une nouvelle vie. Vivre près d’un aéroport ou sous un corridor aérien n’a rien de rigolo. On ne peut pas empêcher la vie moderne de se matérialiser dans toute sa splendeur, mais on ne devrait pas empêcher non plus les gens de dormir en paix.