La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, se range derrière la mairesse de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, Sonia Paulhus : la sécurité des citoyens prime sur la vue des riverains.

Pierre Saint-Arnaud
La Presse canadienne

Un groupe de citoyens de la municipalité s’oppose au rehaussement de la digue, qui a cédé le printemps dernier causant l’inondation soudaine et massive de milliers de résidences.

La nouvelle digue en reconstruction sera renforcée et sera un mètre et demi plus haute que la précédente, de sorte que la vue sur le Lac des Deux-Montagnes sera obstruée pour de nombreux citoyens qui habitent en bordure du plan d’eau.

Geneviève Guilbault n’a pas hésité à trancher, mercredi matin à son arrivée à l’Assemblée nationale, affirmant que le premier devoir des élus provinciaux et municipaux « c’est la protection des citoyens et cette protection-là, elle passe par le rehaussement et le renforcement de la digue. »

Le conseil municipal a tenu une séance extraordinaire mardi après-midi afin de se donner le pouvoir de demander une injonction si des citoyens tentent d’empêcher les ouvriers de faire le travail sur la digue.

Certains citoyens soutiennent que l’ouvrage sera inutilement haut, puisque l’eau n’est jamais passée par-dessus la digue originale le printemps dernier, mais que celle-ci a tout simplement cédé et n’a donc besoin que d’être renforcée.