(Montréal) Il n’y a pas que les automobilistes qui risquent dorénavant de recevoir une contravention salée s’ils ne font pas leur arrêt obligatoire devant ou derrière un autobus scolaire qui fait monter ou descendre des jeunes.

Helen Moka
La Presse canadienne

Une grande nouveauté pour les usagers de la route en cette rentrée scolaire concerne maintenant les cyclistes qui sont aussi visés par les nouvelles dispositions du Code de la sécurité routière (CSR) entrées en vigueur le 1er août.

Un cycliste doit dorénavant, comme tout conducteur de véhicule routier, s’immobiliser à plus de 5 mètres d’un autobus scolaire dont les deux feux rouges clignotants sont activés ou le panneau d’arrêt obligatoire. Au ministère des Transports, le porte-parole Gilles Payer souligne que les contrevenants s’exposent à une contravention.

« Si vous ne vous immobilisez pas à plus de 5 mètres et que vous êtes un cycliste, vous allez recevoir une amende entre 80 $ et 100 $ », précise-t-il en entrevue à La Presse canadienne. Il rappelle du coup qu’il s’agit également d’une infraction sévère pour les automobilistes et que l’amende s’élève « entre 200 et 300 $ ».

Il vaut mieux rafraîchir la mémoire des usagers de la route, « puisque le Code de la sécurité routière a subi une grande transformation en 2018, mais certaines mesures n’étaient applicables qu’à compter de cette année », souligne le porte-parole du MTQ.

C’est d’ailleurs le message que passeront les policiers à proximité des écoles au cours des prochains jours, partout dans la province, d’autant plus que les nouvelles dispositions du Code de la sécurité routière prévoient l’application d’amendes doublées pour les excès de vitesse dans les zones scolaires.

Amendes doublées

« Pour vous donner une idée de grandeur, pour chaque tranche de 5 km qui excède la vitesse limite dans une zone une scolaire typique, qui est de 30 km/h, il y a une amende qui est appliquée et cette amende-là est doublée. Concrètement, ça veut dire que si vous dépassez (la limite) de seulement 5 à 9 km/h, l’amende était normalement de 25 $ mais elle est maintenant doublée […] minimalement, ça va coûter 50 $ en plus des frais et ça peut aller jusqu’à 350 $ très rapidement, dit M. Payer.

Quant aux conducteurs téméraires, la loi prévoit des sanctions encore plus sévères.

“Si vous aviez le malheur de dépasser 70 km/h dans une zone de 30, là vous tombez dans ce qu’on appelle les grands excès de vitesse et les amendes et les points d’inaptitude deviennent pratiquement exponentiels. »

Mais il n’y a pas que la répression dit Gilles Payer qui affirme que le ministère cherche constamment à améliorer le bilan routier dans son ensemble, ce qui explique selon lui pourquoi le « principe de prudence » a été introduit dans Code de la sécurité routière en 2018.

« C’est-à-dire que chaque usager de la route doit tenir compte du plus vulnérable, dit M. Payer, et les usagers de la route c’est les autos, les motos, les vélos et c’est aussi bien sûr les piétons, et à plus forte raison les jeunes écoliers. »

Rappeler les bons comportements

« C’est une bonne période pour sensibiliser les automobilistes parce que beaucoup d’enfants marchent pour aller à l’école et souvent ils sont accompagnés de leurs parents, mais ils ne font pas nécessairement attention », affirme pour sa part Sandra Dion, agente aux communications au Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

« On va faire des opérations spécifiquement près des zones scolaires jusqu’au 13 septembre, partout dans la ville. Les opérations auront lieu le matin, le midi et le soir quand les enfants voyagent », dit Mme Dion.

Toutefois, il reste encore du travail à faire pour sensibiliser les usagers de la route si l’on se fie aux statistiques. Uniquement dans la Vieille-Capitale, le SPVQ a remis 1052 constats d’effraction dans les zones scolaires lors de la rentrée 2018, principalement pour des excès de vitesse.

« Ce qu’on veut, c’est amener les automobilistes à respecter la signalisation et les différents règlements du Code de la sécurité routière. C’est pour ça qu’on se permet de mentionner où auront lieu nos opérations sur Twitter quotidiennement. Évidemment, il y a encore malheureusement des personnes qui ont besoin de recevoir un constat d’infraction pour être sensibilisées », dit la porte-parole du SPVQ.

Comme dans d’autres villes, les policiers surveilleront différents aspects de la réglementation, comme le respect du panneau de signalisation pour un autobus scolaire ou encore le respect des signaux d’un brigadier scolaire, qu’il ne faut pas prendre à la légère, prévient le porte-parole du MTQ, Gilles Payer.

« Les brigadiers scolaires, lorsqu’ils dirigent la circulation, il faut savoir qu’ils ont la même autorité que les agents de la paix ou que les signaleurs sur un chantier. Ça veut dire que si vous n’obéissez pas au signal d’un brigadier scolaire, vous êtes en contravention, et vous êtes susceptible de recevoir une amende », dit-il.

Il y a aussi la vitesse et les arrêts obligatoires près des écoles qui seront étroitement surveillés par les policiers.

En plus du SPVQ, les corps policiers de Lévis, Trois-Rivières, Sherbrooke, Laval ainsi que la Sûreté du Québec, entre autres, ont aussi annoncé dans les médias qu’ils effectueront une surveillance accrue près des écoles durant les premiers jours de la rentrée scolaire.