(Québec) Y aura-t-il une nouvelle génération Passe-Partout? Le président et fondateur du magazine Urbania, Philippe Lamarre, craint que si rien n’est fait pour assurer la prospérité des médias, la culture québécoise disparaisse «brutalement» d’ici deux générations.  

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

Invité à témoigner à la commission parlementaire sur l’avenir des médias d’information, jeudi, M. Lamarre a prévenu les parlementaires qu’ils feraient fausse route de soutenir que les entreprises qui font des nouvelles. «Cela consisterait à soigner le canari, a-t-il dit, alors que la mine s’apprête à exploser.»

«Un jeune qui cherche à s’informer peut le faire à partir d’une recherche sur Google qui le mènera à une pléthore de contenus, dont la grande majorité n’est ni québécoise, ni francophone. C’est une réalité qui n’est pas près de changer», a insisté le président d’Urbania.  

«Sans vouloir paraître fataliste, je crois que dans deux générations, si rien n’est fait, la culture québécoise telle qu’on l’a connue va commencer à disparaître brutalement. On ne parle pas d’une lente agonie, mais d’une fin assez abrupte. C’est notre existence en tant que peuple et nation qui en dépend. Rien de moins», a-t-il ajouté.  

Combattre l’offre par l’offre 

Philippe Lamarre suggère aux parlementaires de «fourbir [leurs] armes et [de] combattre l’offre par l’offre».

«Nous avons collectivement décidé [par le passé] de nous doter d’une télé et d’une radio publique. [Nous avons] créé le Fonds des médias du Canada ou la SODEC. Il faut maintenant passer à l’ère numérique et créer un levier de financement pour le contenu québécois au sens large», a-t-il affirmé jeudi.  

Urbania n’est pas opposé aux crédits d’impôt sur la masse salariale des journalistes ni à la volonté de certains députés que le gouvernement investisse davantage en placement publicitaire dans les médias québécois. Mais Philippe Lamarre prévient que ces mesures appliquées seules auraient l’effet d’un «pansement sur une hémorragie».  

Le président d’Urbania propose que Québec crée un «Fonds des médias du Québec» financé à partir d’un pourcentage des sommes récoltées par la perception de la TVQ sur les services numériques (câblodistribution, accès à l’internet, à la téléphonie mobile, Netflix et autres).  

«Les entreprises québécoises qui produisent du contenu éligible distribué sur l’internet pourraient avoir accès à ce fonds qui deviendrait en quelque sorte une super SODEC», a dit M. Lamarre.  

«Cette solution est d’une simplicité désarmante, car elle n’implique pas de nouvelle loi ni de quelconque réglementation. Elle est simplement basée sur un calcul financier et sur la volonté politique nécessaire à son implantation», a ajouté le patron de presse.