(Saint-Jean) Après l’armée, c’est au tour de la police fédérale de suspendre les recherches pour retrouver l’hydravion d’Air Saguenay et trois de ses occupants toujours portés disparus à la suite de l’écrasement de l’appareil dans un lac éloigné du Labrador il y a un mois.

La Presse canadienne

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a annoncé mardi que les recherches avaient en fait pris fin jeudi dernier, le 8 août. L’armée canadienne avait indiqué lundi que ses plongeurs envoyés le 31 juillet au lac Mistastin pour donner un coup de main à la GRC avaient achevé leurs recherches le 6 août.

La GRC, responsable des opérations, était toujours à la recherche de la carlingue de l’hydravion et des trois hommes qui n’ont pas été retrouvés après l’accident du 15 juillet.

Sept hommes, y compris le pilote, étaient à bord de l’appareil De Havilland DHC-2 Beaver, appartenant à Air Saguenay, lorsqu’il s’est abîmé dans le lac isolé. Quatre corps ont été retrouvés, mais trois hommes sont toujours portés disparus, y compris le pilote québécois de l’hydravion, Gilles Morin.

La caporale Jolène Garland, de la GRC, a indiqué mardi que le fuselage de l’hydravion n’avait toujours pas été localisé, et la police fédérale discute actuellement de la suite des choses.

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada comptait sur la récupération de l’épave pour déterminer la cause de l’écrasement.

L’hydravion d’Air Saguenay, nolisé par une pourvoirie terre-neuvienne, était parti de Three Rivers Lodge, au Labrador, pour amener au lac Mistastin des pêcheurs américains et leurs guides de pêche canadiens.