(Calgary) Un groupe de protection des animaux réitère son appel pour que des accusations de cruauté soient déposées à la suite de la mort de six chevaux au récent Stampede de Calgary.

Lauren Krugel
La Presse canadienne

« Les forces de l’ordre — dont la police de Calgary, la Calgary Humane Society et la SPCA de l’Alberta — doivent de toute urgence enquêter et amener ces préoccupations sur la protection des animaux devant les tribunaux », a déclaré lundi Camille Labchuck, directeur d’Animal Justice.

« Les événements de rodéo ne sont pas au-dessus des lois et ne devraient plus recevoir de laissez-passer gratuit pour tuer des animaux. »

Les courses de chariots font partie d’un spectacle nocturne au Stampede, un festival populaire en Alberta qui dure dix jours. Les foules regardent les chariots tirés par des chevaux se faire la course sur une piste en terre avec leurs cavaliers.

Trois chevaux appartenant au pilote Evan Salmond ont dû être euthanasiés, dimanche, car ils ont été grièvement blessés. Jeudi dernier, M. Salmond a été impliqué dans une collision ayant eu pour conséquence une blessure à la patte de l’un de ses chevaux.

Chad Harden, un autre conducteur de chariot, a été condamné à une amende de 10 000 $ US et à une interdiction de compétition au Stampede pour une durée indéterminée après que les autorités eurent déterminé qu’il avait accidentellement nui à un autre conducteur, Danny Ringuette, et fait basculer le chariot de M. Salmond dans la voie intérieure de la piste.

Mercredi, un cheval a été euthanasié après s’être cassé une patte lors d’une course, alors qu’un autre animal s’est effondré et est mort lundi dernier en raison de ce que le Stampede a qualifié de problème médical.

Aucune accusation portée

La Calgary Humane Society fait partie des groupes qui réclament la fin des événements de rodéo et de courses de chariots.

La société a consulté les procureurs de la Couronne après la collision de jeudi parce qu’elle impliquait des actes répréhensibles du conducteur, a déclaré Brad Nichols, responsable des enquêtes sur la cruauté envers les animaux.

Finalement, aucune accusation n’a été portée.

« Nous n’aimons pas voir ces animaux mourir plus que quiconque, mais […] s’il n’y a pas d’infraction à imposer, nous n’allons pas […] être poussés par l’opinion publique à porter une accusation qui, en fin de compte, ne mènera à rien », a indiqué M. Nichols.

Le Stampede en réflexion

Le Stampede a annoncé qu’il procéderait à un examen approfondi de la sécurité de l’activité.

« Si des ajustements doivent être apportés, nous les ferons », a déclaré la porte-parole Kristina Barnes.

Mme Barnes souligne que ces décès sont bouleversants pour tout le monde, surtout pour les cavaliers qui considèrent les chevaux comme des membres de leur famille.

« Ils investissent tellement de temps, tellement de soins dans ces animaux. Du matin au soir, ils sont avec eux », a-t-elle soutenu.

En vertu de la loi sur la protection des animaux de l’Alberta, il est illégal de causer ou de permettre à un animal d’être en détresse — notamment en refusant de lui donner de la nourriture, de l’eau ou un abri et en lui causant de la douleur et de la souffrance.

La loi prévoit des exemptions pour l’élevage, la chasse, la pêche, la lutte antiparasitaire et l’abattage, entre autres.