Des recherches reprendront aujourd’hui pour retrouver le corps d’un jeune homme disparu dans les eaux du lac La Carrière, lundi soir, à Vaudreuil-sur-le-Lac, dans l’ouest de l’île de Montréal. Une autre opération de sauvetage reprendra, cette fois sur le fleuve Saint-Laurent, pour retrouver un homme emporté par le courant quand la chaloupe dans laquelle il prenait place a chaviré hier matin.

Sara Champagne Sara Champagne
La Presse

Puis, dans la rivière Batiscan, en Mauricie, un cadavre a été repêché par la Sûreté du Québec, hier en soirée, après avoir été repéré en bas des chutes par un citoyen. Avec ces trois noyades en moins de 24 heures, la Société de sauvetage du Québec lance un appel à l’extrême prudence dans les plans d’eau naturels et piscines.

Depuis le début de la saison estivale, 30 personnes sont vraisemblablement mortes par noyade au Québec, comparativement à 22 morts en date du 9 juillet l’an dernier. Dans le cas de l’homme disparu dans le secteur de Vaudreuil, la Sûreté du Québec explique que trois jeunes hommes tentaient de traverser le cours d’eau, mais que l’un d’eux n’y serait jamais parvenu.

La baignade est interdite dans cette ancienne carrière, mais les citoyens de l’endroit connaissent bien les sentiers pour aller se baigner en douce, ont expliqué les autorités menant les opérations. Le baigneur faisait partie d’un groupe de plusieurs jeunes venus se baigner dans les eaux profondes de la carrière.

Sur le fleuve Saint-Laurent, un homme dans la cinquantaine, qui tentait de récupérer son drone échoué sur l’île au Diable, manque toujours à l’appel. Les équipes de sauvetage nautique de Montréal et de Longueuil, appuyées par la Sûreté du Québec et la Garde côtière canadienne, effectuent des recherches depuis hier matin jusqu’à la hauteur de L’Île-des-Sœurs, à Montréal.

Selon le récit des événements des autorités nautiques, la chaloupe dans laquelle prenait place l’homme avec un pêcheur a chaviré, hier matin, au large du RécréoParc de la Ville de Sainte-Catherine, sur la Rive-Sud de la région métropolitaine.  

Le courant est particulièrement fort à cet endroit. Le pêcheur qui portait un gilet de sauvetage a été extirpé des eaux in extremis. Il a été hospitalisé pour hypothermie.

À la Société de sauvetage du Québec, on rappelle l’importance de porter la veste de flottaison sur des plans d’eau naturels. Le nombre de noyades est en baisse depuis les années 1990 au Québec, mais les règles de sécurité doivent être rappelées chaque année, explique-t-on.  

- Avec La Presse canadienne.

Rectificatif: une version antérieure de ce texte indiquait que 22 morts par noyade étaient survenues au Québec dans toute l’année 2018. Il aurait fallu lire « 22 morts en date du 9 juillet l’an dernier ».