Source ID:4f05f8250a8c36e8b6c02360f0b6254e; App Source:StoryBuilder

Deux marathons par jour, avenue Van Horne

Samedi matin, Patrick Michel est monté sur un tapis roulant installé devant le café Dax, avenue Van Horne, à Outremont. Depuis, il court. Beaucoup. Exactement deux marathons par jour, pour aider un homme de San Diego... qu'il n'a jamais rencontré.

Une mise en contexte s'impose.

Mais il faudra patienter un peu, car Patrick Michel vient de reprendre ses foulées. 

« Reviens me voir dans cinq kilomètres.

- C'est-à-dire ?

- Le temps de t'acheter un sandwich. »

Je reviens 20 minutes plus tard. Cette fois, il met son appareil sur pause. Il enfile une veste et s'assoit sur une petite chaise de la terrasse du café. Il se présente. Patrick Michel, 53 ans, stratège en marketing. Il prévoit courir deux marathons par jour devant le Dax jusqu'au 31 juillet afin d'amasser des dons pour un homme atteint d'un cancer. Ce matin, il a fait 40 kilomètres. Il en fera 44,4 autres après le dîner. Depuis samedi, il a dépassé les 400 kilomètres. C'est Montréal-Boston à vol d'oiseau. À terme, il en aura parcouru 5000. La distance entre Montréal et San Diego. Ce serait un record du monde pour 60 jours de course.

Malgré ses 40 kilomètres matinaux, Patrick Michel n'est pas amoché. Il parle sans effort, comme s'il venait de lire le journal avec un café.

« Je ne suis pas essoufflé. Au repos, je peux faire 40 battements à la minute. Si je vais à 12 km/h, je peux monter à 125 [battements]. Je peux courir toute la journée sans problème. »

Patrick Michel en action devant le café Dax, avenue Van... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Patrick Michel en action devant le café Dax, avenue Van Horne, à Outremont

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Ce qu'il fait. Beau temps, mauvais temps. Il est rapidement devenu une célébrité dans le quartier. Les élèves du Collège Stanislas - situé en biais du Dax - sont fascinés de le voir courir lors de leur rentrée en classe, à 8 h. Et de le retrouver sur le tapis lorsque la cloche sonne, vers 15 h 30.

Je suis repassé devant le Dax mardi à 18 h. Puis hier à 17 h.

Patrick courait toujours.

***

L'histoire de cette quête improbable commence en 2018. Patrick, amateur de bon café, découvre le Dax. Gros coup de coeur. Il revient le lendemain. Le surlendemain. Puis tous les jours. Littéralement.

Au fil des mois, il fait connaissance avec le propriétaire, Darren Johnston. Les deux hommes se racontent leurs vies. Patrick planifie un grand projet : courir 5000 kilomètres de Vancouver à Montréal. Il a pris deux années sabbatiques pour s'y préparer.

Darren, lui, vit des jours plus sombres. Son frère Derek, un acteur montréalais qui a tenté sa chance en Californie, est atteint d'un cancer du rein. Un cas grave. Stade 4. Le cancer s'est propagé aux os et aux poumons. Le 19 avril 2018, les médecins préviennent la famille. « Vous devriez venir à San Diego, car il ne se rendra pas au mois de mai. »

Darren Johnston (à droite), accompagné de son frère... (PHOTO TIRÉE DE LA PAGE GOFUNDME DE DEREK JOHNSTON) - image 3.0

Agrandir

Darren Johnston (à droite), accompagné de son frère Derek

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE GOFUNDME DE DEREK JOHNSTON

En mai, contre toute attente, Derek Johnston survit. Il réagit positivement au traitement expérimental auquel il est soumis. Puis le tiers des cellules cancéreuses disparaissent, si bien qu'un an plus tard, l'acteur est toujours vivant.

Sauf que ce traitement a un coût, rappelle Darren Johnston. 

« Affronter le cancer, c'est difficile. L'affronter aux États-Unis... bonne chance. »

- Darren Johnston

Le propriétaire du Dax a payé 102 000 $ de sa poche pour subvenir aux besoins de son frère. « Mais là, il ne me reste plus un sou. » D'où l'idée d'organiser une collecte de fonds à Montréal. Il en parle à quelques personnes en relations publiques, qui lui font valoir - avec raison - que l'histoire de Derek ressemble à celle de milliers d'autres personnes atteintes du cancer.

C'est alors que Patrick Michel, stratège en marketing et coureur émérite, fait 1 + 1.

C'était en janvier dernier. « Je me souviens du moment exact, précise Darren. Il faisait froid. J'étais debout, Patrick était assis à sa table habituelle. Celle à laquelle il se trouve tous les jours. »

Patrick enchaîne. « J'ai regardé Darren. Je lui ai dit : "Que dirais-tu que je repousse ma course à l'été prochain, et que je fasse plutôt les 5000 kilomètres devant ton café pour ramasser des dons ? Là, tu aurais une histoire." »

Sur le coup, Darren Johnston ne savait pas comment réagir. « J'étais sous le choc. Quand quelqu'un que tu ne connais pas très bien te dit ça, qu'il est prêt à courir 5000 kilomètres pour vous aider, ton frère et toi... tu es très étonné. »

D'autant que Patrick Michel n'a jamais rencontré Derek Johnston. « Je ne le connais pas. C'est Darren qui est mon ami. »

Peu de bons Samaritains sont prêts à consacrer deux mois de leur vie - plus la préparation - pour aider un pur inconnu. C'est plus fort que la charité. Ou même que la générosité.

« C'est un peu fou, Patrick, non ?

- De temps en temps, les gens ont besoin de faire des choses pour d'autres. Sans nécessairement les connaître. Si j'ai un talent qui peut aider quelqu'un, eh bien, je vais l'utiliser. Ce n'est pas de l'exploitation. C'est une solution pour pouvoir communiquer un problème et le présenter aux yeux du public. Si les gens ont un peu de compassion et d'empathie, sauver une personne, ça vaut tous les efforts du monde. »

***

Pendant son enfance, en France, Patrick Michel a joué au soccer. Jeune adulte, à Montréal, il a foulé les terrains de tennis. Toujours à un niveau récréatif. 

Ce n'est que depuis 12 ans que Patrick Michel s'est mis à la course. Étonnamment, il n'a jamais pris part à une compétition.

« Je n'ai jamais participé à des courses avec des gens. Ça ne m'intéresse pas.

- Que voulez-vous dire ? Vous n'aviez jamais couru de marathon avant cette semaine ?

- Des marathons, j'en cours tous les jours. Mais pas de façon officielle. Je ne cours pas après les médailles. Je suis un gars très privé. Je préfère être dans l'ombre, faire mes affaires, c'est tout. Mais là, pour ce projet, avec la grande affiche dans le café, je n'ai pas vraiment le choix. »

Pendant 18 mois, en vue de sa traversée du Canada, il courait six jours par semaine à l'extérieur. Une fois, pour tester son niveau d'endurance, il a couru 100 kilomètres.

« Vous avez fait Montréal-Valleyfield aller-retour ?

- Non. Je suis sorti de ma maison, et j'ai couru 75 fois une boucle de 1,3 kilomètre... »

Mais il a dû revoir son entraînement. Car courir sur la route et sur un tapis, c'est différent. « Surtout mentalement », indique-t-il. Il montre du doigt l'écran télé de son appareil. « Il n'y a pas de film. Rien. Tout ce que je regarde, c'est un écran blanc. Je ne regarde même pas la rue. Je suis complètement dans ma tête. Ça a pris des mois de pratique pour y arriver. »

Il y est parvenu. Aujourd'hui, il court environ 10 heures par jour. Il prend une pause de deux minutes tous les cinq ou dix kilomètres, et une plus longue à midi. Le temps de jaser un peu avec les curieux.

« Au fait, avez-vous déjà parlé à Derek ?

- Oui, une couple de fois au téléphone.

- Il doit être étonné de ce que vous faites pour lui ?

- Oui. Mais on ne parle pas beaucoup. Après toutes ces thérapies, il a de la difficulté avec sa voix. »

Après le 31 juillet, Patrick Michel ne sait pas s'il se rendra à San Diego pour visiter Derek Johnston. Il n'en a pas encore discuté avec son ami Darren, à qui il voue la plus grande admiration.

« Un homme qui fait autant pour son frère, qui habite si loin, c'est remarquable. Mon propre frère habite en France. S'il lui arrivait quelque chose comme ça, je déplacerais des montagnes pour l'aider. »

Je n'en doute pas un instant.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer