• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Véhicules électriques: 57% des demandes de subventions viennent du Québec 
Source ID:16919278d60b3419aec9fdd523ba579e; App Source:StoryBuilder
Exclusif

Véhicules électriques: 57% des demandes de subventions viennent du Québec

En additionnant les subventions fédérale et provinciale, les Québécois... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

En additionnant les subventions fédérale et provinciale, les Québécois qui font l'acquisition d'un véhicule électrique neuf sont admissibles à des économies allant jusqu'à 13 000 $.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

(Ottawa) C'est au Québec que la mesure incitative fédérale pour l'achat de véhicules propres est le plus populaire, et de loin : selon des données compilées à la demande de La Presse, 57 % des demandes proviennent de concessionnaires québécois.

Au total, en moins d'un mois, près de 2000 automobilistes québécois ont fait l'achat d'un véhicule zéro émission, profitant d'un contexte favorable, Ottawa étant venu ajouter sa subvention à celle qu'avait instaurée Québec.

La subvention fédérale en vigueur depuis le 1er mai dernier, qui peut atteindre 5000 $, est également appréciée en Colombie-Britannique, d'où proviennent 37 % des quelque 3500 requêtes formulées en date du 28 mai dernier.

Ces chiffres n'ont rien de bien étonnant. « Ça marche dans les deux provinces où il y a aussi des incitatifs provinciaux. On espère que ça va montrer l'exemple à d'autres provinces », tranche le ministre des Transports, Marc Garneau, en entrevue avec La Presse.

Le gouvernement du Québec offre un rabais pouvant atteindre 8000 $ lors de l'achat ou de la location d'un véhicule électrique neuf.

Depuis le 1er mai, c'est donc dire que les consommateurs québécois sont admissibles à des économies qui peuvent être de 13 000 $.

En Colombie-Britannique, la subvention provinciale peut s'établir à 6000 $. Mais un autre facteur se cache derrière l'intérêt des résidants de la province de l'ouest pour les véhicules propres, avance François Lefèvre, chef de produit de la Nissan Leaf.

« La population est déjà verte, mais il y a aussi le prix de l'essence, qui est à environ 1,70 $ le litre. Tout ça fait en sorte que les gens s'intéressent aux véhicules propres. Dans les dernières semaines, nos concessionnaires ont reçu énormément d'appels », dit-il.

DEMANDES PAR PROVINCE*, ENTRE LE 1er ET LE 28 MAI 2019

Québec : 1998

Colombie-Britannique : 1295

Ontario : 176

Alberta : 10

Nouvelle-Écosse : 10

Manitoba : 8

Nouveau-Brunswick : 4

Saskatchewan : 3

Île-du-Prince-Édouard : 2

*Aucune demande de subvention n'a été formulée pour Terre-Neuve-et-Labrador et les trois territoires.

Source : Transports Canada

FAIBLE INTÉRÊT AILLEURS AU PAYS

Dans les Prairies et les Maritimes, l'engouement pour cette mesure dévoilée dans le plus récent budget fédéral est quasi nul - Transports Canada a par exemple recensé 10 petites requêtes en Alberta, trois en Saskatchewan... et deux à l'Île-du-Prince-Édouard.

À Terre-Neuve-et-Labrador et dans les trois territoires, aucune demande de subvention pour l'achat d'une voiture n'a par ailleurs été formulée, d'après l'information transmise par le Ministère.

Et en Ontario, la province la plus populeuse du pays, seulement 176 demandes ont été formulées (5 % du nombre total). Le fait que le gouvernement Ford a annulé la mesure incitative de 14 000 $ n'est pas étranger à cet état de fait, selon le ministre Garneau.

« [L'Ontario,] c'est un énorme marché. C'est vraiment dommage que Doug Ford ait décidé d'enlever cet incitatif [...]. Ça ralentit les achats en Ontario. Peut-être qu'éventuellement, il va revenir sur sa décision. »

- Marc Garneau, ministre fédéral des Transports

Le gouvernement libéral n'avait pas de cible précise en tête en dévoilant cette mesure. En revanche, à long terme, Ottawa espère que d'ici 2025, 10 % des nouveaux véhicules légers vendus au pays soient à zéro émission, pour atteindre 100 % en 2040.

C'est un premier coup d'accélérateur que l'on voulait donner, souligne Marc Garneau, prédisant que les résultats du premier mois de vie de l'incitatif seraient « le début de quelque chose qui va prendre de l'ampleur ».

« C'est quelque chose de nouveau. C'est toujours difficile de savoir combien de temps ça va prendre pour démarrer ; on est en train d'essayer de créer un momentum. Plusieurs choses doivent se mettre en place - d'abord, la disponibilité de ces véhicules », note-t-il.

Des chiffres trompeurs ?

Selon Martin Archambault, porte-parole de l'Association des véhicules électriques du Québec (AVÉQ), ces chiffres sont supérieurs à la moyenne. Lors du trimestre s'étant terminé le 31 mars 2019, il s'était vendu 3300 de ces véhicules, par exemple.

« Par contre, il faut faire attention : d'année en année, on double les ventes, alors on ne peut mettre ça uniquement sur le compte des subventions. L'incitatif fédéral va avoir un effet, c'est sûr, mais il faudra voir la tendance sur plusieurs mois », expose-t-il.

Et si les chiffres du mois de mai, au Québec, sont certes très bons, ils pourraient être trompeurs - des consommateurs ont peut-être reporté un achat qu'ils auraient fait en avril en sachant qu'une aide financière du fédéral arrivait, ajoute M. Archambault.

La subvention fédérale de 5000 $ s'applique aux véhicules zéro émission dont le prix de détail suggéré par le fabricant est de moins de 45 000 $. Un autre incitatif de 2500 $ vise les automobiles hybrides rechargeables de plus faible portée.

« L'UN DES MEILLEURS MOIS À JAMAIS »

Il y a des années que l'offre de véhicules à zéro émission ne suffit en effet pas à la demande. Et les concessionnaires s'attendent à ce que la mesure fédérale vienne amplifier le phénomène.

« Nos ventes ont été très bonnes ce mois-ci, alors je soupçonne que la subvention fédérale a eu un effet significatif », indique Thomas Tetzlaff, porte-parole de Volkswagen Canada.

« Nous ne pouvons en avoir la certitude avant d'avoir les chiffres mensuels finaux, mais selon les premières indications, ce sera l'un des meilleurs mois à jamais pour les ventes de la e-Golf », suggère-t-il.

Autre constructeur, même son de cloche : « Avec l'ajout du 5000 $, la demande a augmenté significativement au Québec et en Colombie-Britannique », remarque François Lefèvre de chez Nissan Canada.

Le gouvernement libéral a promis dans le dernier budget de son mandat une enveloppe fixe de 300 millions sur trois ans pour son incitatif. Le ministre Garneau espère que, s'ils sont portés au pouvoir en octobre 2019, les conservateurs garderont la mesure.

Quoi qu'il arrive, les concessionnaires s'adapteront. « On est super habitués à faire des ajustements de production. Dans les deux dernières années, je pense qu'en moyenne, on a eu une surprise gouvernementale chaque trimestre », lance M. Lefèvre.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer