Une crue des eaux prévue à partir d’aujourd’hui pour l’ensemble des rivières du Québec menace les demeures de certains riverains. Dans de nombreuses villes, des mesures de prévention sont déjà en place, laissant présager le pire pour des citoyens qui ont perdu gros dans les inondations de 2017.

Isabelle Grignon-Francke Isabelle Grignon-Francke
La Presse

« Nous ne sommes pas en mode intervention, on en est à l’étape de la prévention et on a appris beaucoup de leçons de 2017 », rassure Richard Liebmann, directeur adjoint du Service de sécurité incendie de Montréal. Depuis, la Ville s’est équipée de meilleurs outils de cartographie et de géomatique, notamment pour surveiller les débordements potentiels, ajoute-t-il.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Hier, dans le quartier Ahuntsic, les différents services d’urgence terminaient une troisième journée de prévention, visant quelque 3000 foyers à risque dans la métropole. Sur le terrain, aucune poche de sable n’était pour le moment distribuée sur l’île de Montréal. Quelques digues temporaires avaient toutefois été mises en place. Le Service de sécurité incendie a spécifié que les mesures nécessaires seraient déployées rapidement lorsque la situation l’exigera.

La présence de politiciens, de policiers et de pompiers dans les rues faisait ressurgir des souvenirs négatifs chez plusieurs citoyens appréhendant avec une grande inquiétude les jours à venir.

« J’ai tout perdu en 2017. S’ils sont là, c’est que quelque chose va se passer », craint Jean Petrov, résidant du quartier depuis plus de 15 ans. En 2017, 6 pieds 7 pouces d’eau avaient envahi son sous-sol. Il a terminé cette semaine les travaux nécessaires à la remise à neuf de l’endroit, des rénovations dont il estime le coût à plus de 100 000 $.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Jean Petrov

« Je me suis endetté de 40 000 $ pour les travaux. Mon immeuble, c’était mon fonds de pension… L’argent va partout à l’extérieur, mais nous, les payeurs de taxes, on est négligés. »

— Jean Petrov

Il se rappelle avoir jeté tous les objets qui se trouvaient dans son sous-sol, habité par son fils et sa petite famille, au moment des inondations.

« Prenez vos responsabilités, mettez vos culottes ! », est venu lancer aux élus un autre habitant du quartier, visiblement très en colère quant à la gestion par l’administration Coderre des dégâts printaniers de 2017.

Il y a deux ans, les inondations avaient endommagé plus de 1100 demeures à Montréal. Au total, 5000 résidences avaient été inondées au Québec.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

À Laval, hier, les résidences n'avaient toujours pas été touchées par les crues.

Début des évacuations 

« À Laval, il y a une dizaine de rues inondées, mais ce sont les rues qui le sont normalement à ce temps-ci de l’année », a affirmé Louis-Philippe Dorais, chef des communications à la Ville de Laval. Huit cent vingt-cinq adresses étaient touchées par la distribution de sacs de sable, a fait savoir par voie de communiqué la Ville. Sur le terrain, tout se déroulait dans le calme.

La rivière des Mille Îles est également sortie de son lit, atteignant certaines routes, mais les résidences n’avaient pas été touchées par les crues.

À quelque 300 km de là, dans la région de la Chaudière-Appalaches, la rivière Chaudière a commencé à faire des siennes, 230 bâtiments ayant été touchés par son débordement à Beauceville. « Il y a un peu plus de 40 personnes qui ont eu besoin d’hébergement et ceux qui ont été évacués n’ont pas pu retourner à leur domicile », a expliqué Thomas Blanchet, porte-parole de la sécurité civile au ministère de la Sécurité publique, au téléphone en journée hier. En soirée, la Ville indiquait dans une mise à jour sur son site web une réintégration possible graduelle, faisant passer l’alerte d’inondation moyenne, en avant-midi, à mineure. Les écoles devaient être ouvertes aujourd’hui. « Le niveau de la rivière est à la baisse, mais il y a une surveillance due à la hausse possible durant la fin de semaine », a précisé M. Blanchet.

Dans la journée d’hier, l’électricité a été coupée dans 185 foyers de la région de Beauceville, a fait savoir Maxence Huard-Lefebvre, porte-parole d’Hydro-Québec. « Des équipes demeurent à l’affût sur le terrain, pour couper le courant à la dernière minute afin de permettre aux pompes à eau de fonctionner », a-t-il expliqué.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Une piste cyclable inondée près de la rue Riviera, dans le quartier de Laval-Ouest.

Appel à la vigilance

Les fortes précipitations prévues entre ce soir et samedi soir et l’accélération de la fonte des neiges causée par les températures douces entraîneront une montée des eaux sur le territoire, a expliqué André Cantin, météorologue à Environnement Canada. Hier, les niveaux d’eau de nombreuses rivières sur l’ensemble du territoire étaient déjà supérieurs à la normale.

De 50 à 80 mm de pluie sont attendus d’ici samedi au nord du fleuve, de l’Outaouais jusqu’à la région de Québec

Des quantités d’eau considérables, de 50 à 60 mm, devraient aussi tomber sur la région métropolitaine, la Montérégie et le Centre-du-Québec.

« On demande aux riverains de demeurer vigilants. Le niveau d’eau est inquiétant », a dit M. Blanchet, de la sécurité civile. Les citoyens demeurant dans des zones à risque sont invités à se munir d’une trousse d’urgence 72 heures et à déplacer les objets de valeur se trouvant au sous-sol. L’installation de pompes submersibles et de clapets évitant le retour des eaux dans les sous-sols peut également prévenir certains dommages. 

> Obtenez des renseignements sur les inondations.

> Suivez l'évolution de la crue des eaux.