Source ID:a7a76eb5cd2336828adce3959e6c5719; App Source:StoryBuilder

Chronique

Les gilets jaunes de Calgary

« On n'en entend pas tellement parler au Québec,... (PHOTO TIRÉE DU COMPTE FACEBOOK DE YELLOW VESTS CANADA)

Agrandir

« On n'en entend pas tellement parler au Québec, mais une version canadienne des gilets jaunes français a pris racine, en particulier dans l'Ouest », écrit Yves Boisvert.

PHOTO TIRÉE DU COMPTE FACEBOOK DE YELLOW VESTS CANADA

Yves Boisvert
La Presse

(Calgary) Comme tous les samedis après-midi depuis le mois de décembre, ils étaient là. Une cinquantaine de « gilets jaunes », plantés devant l'hôtel de ville de Calgary. Il y avait quelques pickups. Ils avaient installé des pancartes. « Arrêtez Trudeau pour Trahison ». « On a besoin de pétrole dans le tuyau et de grain dans le train, réveille, Canada ». « Arrêtez la taxe sur le carbone, sauvez le Canada ».

Rien de si extrême dans le contexte albertain. Mais en jasant avec eux, on constate que le ciment de ce groupe n'est pas la banale question du transport des hydrocarbures ou de la détestation de Justin Trudeau.

Le vrai truc, c'est l'immigration. Plus exactement l'immigration illégale.

Je regardais se mouvoir ces gilets jaunes. L'un d'eux haranguait les passants avec son porte-voix. Et peu à peu, je voyais se mêler à cette foule clairsemée des femmes voilées, des enfants, des hommes sans gilet jaune, mais avec des pancartes différentes.

C'était une manifestation de réfugiés soudanais qui en appelaient au renversement d'Omar el-Béchir, président du Soudan recherché pour crimes contre l'humanité depuis 10 ans.

Y aura-t-il collision frontale entre les deux manifs ?

Pas du tout. C'est chacun son tour devant la Place Olympique de la ville. Les gilets jaunes remballent leurs trucs, les réfugiés s'installent, et tout se passe civilement.

***

On n'en entend pas tellement parler au Québec, mais une version canadienne des gilets jaunes français a pris racine, en particulier dans l'Ouest. Une délégation s'est rendue à Ottawa cet hiver, pour montrer son ressentiment au pouvoir.

La page Facebook des Yellow Vests fait état de 109 000 abonnés. Et dans plusieurs villes, la manif rituelle a lieu tous les samedis, beau temps, mauvais temps.

Le dernier à partir samedi était Wayne Peters. Il a 50 ans.

« C'est moi qui m'occupe des relations médias. C'est tellement de boulot, j'ai dû lâcher ma vraie job. »

- Wayne Peters

Sa vraie job, c'était dans les communications, médias sociaux, design. Il avait sa petite boîte. Plus il m'en parle, plus je me demande si ce n'est pas sa job qui l'a lâché. « Les affaires étaient vraiment dures ces derniers temps...

- Vous vivez comment ?

- Je loue une chambre chez un ami. Je vis pauvrement.

- C'est quoi, les gilets jaunes ?

- On vient de différents milieux, mais on a en commun d'en arracher et d'en avoir marre. Aussi d'être tous nouveaux dans le militantisme. Mais on est un mouvement ouvert, on a des statuts assez larges.

- Vous revendiquez quoi ?

- On veut ravoir notre pays. Le système est détraqué. Ils veulent nous séparer, la droite contre la gauche, l'Est contre l'Ouest, parce qu'ils ne veulent plus qu'on soit une nation. Ce qu'on veut, c'est juste d'avoir une voix. C'est la censure partout. On veut notre liberté d'expression.

- Mais vous l'avez, vous avez vos affiches, les gens klaxonnent...

- Oui, mais les médias ne parlent pas de nous. Il y a trop d'intérêts. Vous êtes journaliste pour qui ?

- La Presse, c'est à Montréal.

- OK, et ça appartient à qui ?

- Eh bien... C'est pas pour esquiver, mais c'est un peu compliqué à expliquer en ce moment, on va revenir à vos trucs si vous voulez... »

***

Wayne me raconte qu'il est né dans une famille rigoriste de quakers dans un village du nord de l'Alberta. Il a été dans la réserve de l'armée. Sa première déception est de ne pas avoir pu aller combattre aux Malouines, quand Margaret Thatcher a envoyé des militaires reprendre l'île revendiquée par l'Argentine, en 1982.

« Des Canadiens ont combattu, mais la guerre n'a tellement pas duré longtemps que je n'ai pas pu y aller... »

Il aurait voulu être pilote d'hélicoptère, mais il est myope. Alors, il a gagné sa vie dans les communications. Pas marié, pas d'enfants.

« Et comment on devient gilet jaune ? C'est les Français qui vous ont inspiré ?

- Pas vraiment, même s'ils ont été une sorte d'inspiration... Mais nous, c'est toujours pacifique. »

« Non, moi j'étais juste désillusionné avec tout ce qui se passe. Alors, j'ai creusé, pour comprendre... j'ai creusé, creusé... et j'ai trouvé ! Toute l'information est là, mais elle est bien cachée depuis des dizaines d'années. »

- Wayne Peters

« Quelle information ?

- Trudeau a renoncé à notre souveraineté en signant le Pacte. »

Il parle du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, signé par 164 pays. C'est une déclaration de principe sans valeur contraignante visant à rendre moins chaotiques les mouvements migratoires. Malgré l'absence de conséquence juridique, plusieurs à droite y ont vu exactement le contraire : une sorte de premier pas vers une abdication de la souveraineté, une ouverture à gogo des frontières.

***

- On nous traite de racistes, dit-il, mais on ne l'est pas. Je suis pour l'égalité et pour l'immigration. Mais en respectant les règles. En ce moment, on ne respecte pas les règles et on sait que l'immigration vient surtout du monde musulman.

- Vous avez vu les Soudanais, juste là ? Vous leur avez parlé ? Ils sont musulmans. Plusieurs sont des réfugiés...

- Oui, oui, je leur ai parlé. Savez-vous quoi ? Ils ont le même problème que nous, au fond. C'est la censure au pouvoir.

- Mais plusieurs sont arrivés ici pour fuir la guerre.

- Ça va, moi, mon problème, c'est les gens qui entrent illégalement, comme au chemin Roxham.

- Vous les avez vus ?

- Bien sûr que je les ai vus, il y en a qui avaient des sacs Gucci. Vous allez me dire que c'est des réfugiés ?

- Ceux que j'ai rencontrés n'avaient rien de rien, en tout cas.

- OK, alors ils étaient aux États-Unis, ils auraient pu y rester. Pourquoi venir ici, sinon pour abuser du système ?

- Sur Facebook, vous avez des membres qui disent des trucs extrêmes, des suprémacistes blancs...

- Dans tous les groupes, il y a des gens aux marges et il y en a quelques-uns qui nous font une mauvaise réputation. Mais on n'est pas contre l'immigration, on veut qu'elle soit à des niveaux réalistes et décidée par les Canadiens. C'est toute la différence entre les migrants et les immigrants. »

On se salue. Il monte dans sa voiture. La manif est terminée. À 15 mètres, les Soudanais scandent des slogans anti-el-Béchir et brandissent le portrait du tyran.

***

La manif, ce n'est que la surface des choses. La vraie vie des gilets jaunes est sur Facebook. Là, il n'est plus question de niveaux d'immigration. Il est question des dangers, de l'islam, il est question de peur et de tout ce que le gouvernement « nous cache ».

Wayne Peters a sa propre page, il fait des discussions en direct, installé devant un rideau rouge. Une centaine de personnes se connectent. Il parle ad lib.

Que dit-il ? Rien de très précis. Mais il distille tout le long un message clair : l'heure est grave, le pouvoir sournois du gouvernement est à l'oeuvre, le plancher nous glisse sous les pieds.

« Merci d'être là, salut Nancy, salut Robert... [Il voit les noms apparaître à mesure.] Je vous dis, c'est un coup d'État sans coup de feu qui est en train de se produire. Je viens de lire sur le projet de loi C-75 et j'ai la tête qui tourne... C'est tout simplement étourdissant, c'est incroyable... »

Le projet de loi modifie plusieurs dispositions techniques du Code criminel pour accélérer le processus. Wayne Peters en parle comme si ça allait rendre la vie plus facile aux terroristes, ce que rien ne permet de croire.

« Je ne suis pas vraiment bon pour lire ce genre de trucs, alors peut-être qu'il y en a qui peuvent nous aider, mais il faut réveiller les gens. Ma première compréhension, c'est que c'est un amendement. Quels cauchemars ça va provoquer ? Ça va prendre des générations pour défaire tout ça... Citez-moi pas là-dessus, mais je crois qu'ils ont inclus un truc dans la loi qui empêche de la changer... On ne nous donne aucune information sur ces lois. Ils veulent passer ces lois avant de perdre les élections. Comment faire pour les empêcher ? Il faudra physiquement les sortir de leurs bureaux... Je ne sais pas comment. Si 100 000 personnes se rendent au parlement, il y aura sûrement de la violence, et c'est ce qu'ils veulent... Sans l'appui de l'armée ou de la police, tout ça nous rendrait criminels... »

Et ainsi pendant une heure. L'homme parle à l'ordinateur. Il est sincèrement troublé, inquiet. En même temps, il existe dans cette communauté, il en est réconforté, il salue tout le monde, leur donne rendez-vous, les encourage...

Et samedi prochain, ils remettront leur veste.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer