Dans cinq décisions rendues récemment par le Conseil de presse du Québec, La Presse et ses journalistes ont été blanchis dans trois causes et absous dans une autre. L’organisme a retenu un blâme.

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

Le Conseil de presse a rejeté la plainte d’Olivier Sirard contre la journaliste Louise Leduc et le site lapresse.ca. M. Sirard accusait la reporter d’avoir manqué de retenue lors d’un drame humain dans son article publié en décembre 2016 sur le suicide de son père, le pédiatre Alain Sirard, en le contactant peu après sa mort.

« Bien que le Conseil soit sensible à la douleur et à la détresse que ressentait le plaignant au moment où la journaliste a tenté de le joindre, il constate que la démarche de celle-ci était empreinte de sobriété et respectueuse et n’y voit pas de manquement à la déontologie », note la décision.

Une autre plainte contre la journaliste Louise Leduc, visant aussi le chef de division David Santerre, le vice-président à l’information et éditeur adjoint Éric Trottier et La Presse+, a aussi été rejetée. Audrey Chédor, qui militait pour que le sexe d’un enfant puisse être classé comme « indéterminé », déplorait la violation d’une entente de communication avec une source, des informations inexactes, des informations incomplètes, une atteinte à sa vie privée, du sensationnalisme, de la partialité, un manque d’équilibre, un manque d’équité, un manque d’identification des sources, un manque de rigueur de raisonnement, un manque de courtoisie et l’absence de rectificatif. Le reportage visé avait été publié en 2018 sous le titre « Sexe indéterminé ». Le Conseil a souligné la liberté éditoriale des journalistes et des médias d’information dans le traitement des sujets.

La journaliste Fanny Lévesque et lapresse.ca ont aussi été blanchis dans une plainte pour informations inexactes. Jean-François Potvin reprochait notamment à la reporter d’avoir utilisé le mauvais terme en désignant un type d’arme et d’avoir transmis des propos inexacts dans un article sur un sondage sur les armes à feu, publié le 9 mars 2018. Le Conseil a précisé que Mme Lévesque avait repris les termes utilisés dans un sondage, bien mis en contexte, et en avait reproduit fidèlement les résultats.

Le Conseil a retenu la plainte de Jacques Blanchette pour inexactitude dans un éditorial de Paul Journet sur SLĀV, mais a absous l’auteur et le site lapresse.ca en raison de la publication d’un rectificatif. Le nombre d’esclaves répertoriés en Nouvelle-France était en cause à la suite de cet article publié en 2018 intitulé « SLĀV : cher Québec… ».

Le Conseil de presse a retenu une plainte pour manque de rigueur de raisonnement et a blâmé La Presse et le journaliste Denis Lessard. Frédéric Côté reprochait au reporter d’avoir tiré des conclusions sur les intentions politiques du député du Parti québécois Nicolas Marceau dans un article publié en mai 2018. « Le député ayant indiqué au journaliste qu’il était toujours en réflexion, M. Lessard aurait dû présenter l’information de façon plus nuancée, en émettant une hypothèse ou en utilisant le conditionnel, par exemple », peut-on lire dans la décision.