Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) tente vendredi matin de déterminer la cause de l’accident d’hélicoptère qui a coûté la vie au président de Savoura, Stéphane Roy, et à son jeune fils, Justin.

Thomas Dufour
La Presse

«Deux enquêteurs sont sur place, explique Jean-Marc Ledoux, gestionnaire régional du Québec au BST. Ils documentent la scène et les pièces de l’appareil, ils prennent des photos».  

Le BST n’écarte aucune piste à ce moment-ci de l’enquête. «Météo, état de l’appareil, le pilote lui-même: on regarde tous les éléments», dit M. Ledoux. 

PHOTO FOURNIE

Stéphane Roy, président de Savoura, et son fils Justin

Les enquêteurs seront sur les lieux de l’écrasement toute la journée, jusqu’au coucher du soleil. L’accident a eu lieu près du lac Valtrie, au nord du Parc du Mont-Tremblant. 

«Une identification formelle [des corps] suivra», a annoncé jeudi la Sûreté du Québec sur Twitter.  

L’appareil R44 de Stéphane Roy a déjà connu des problèmes mécaniques causant l’arrêt des moteurs il y a deux ans, a confirmé le porte-parole de Savoura, André Michaud. M. Roy avait réussi à se poser malgré tout.

Jeudi, la SQ a retrouvé l’hélicoptère qui manquait à l’appel depuis le 10 juillet. Il aura fallu l’aide des Forces armées canadiennes et du public pour retrouver l’appareil qui avait disparu entre Lac-De La Bidière, dans les Laurentides, et Sainte-Sophie.