La Sûreté du Québec (SQ) engagera un tel nombre de patrouilleurs au cours des prochains mois qu’elle a décidé de retirer le test du polygraphe du processus d’embauche.

Nicolas Bourcier La Presse

La SQ procède en effet à une vague d’environ 500 embauches. Ces nouveaux patrouilleurs viendront remplacer ceux qui partiront à la retraite dans les prochaines années, selon une évaluation de la SQ.

Le « test polygraphique préembauche » (TPP), employé par plusieurs autres corps policiers au pays, a été utilisé pendant environ un an par la SQ avant d’être suspendu « pour augmenter la cadence d’embauche », a expliqué à La Presse l’inspecteur Richard Gauthier, directeur adjoint aux communications du corps policier.

Le test prend au minimum trois heures. Pour embaucher 500 patrouilleurs, il faudrait donc 1500 heures, et c’est sans compter les candidatures rejetées. « Lorsqu’un candidat pose sa candidature, ça peut prendre jusqu’à deux mois avant de faire le test », indique l’inspecteur Gauthier.

L’objectif de ce test est d’aller chercher davantage d’information sur les candidats, dit l’expert polygraphiste Alain Lépine. « Dans le questionnement, on va dans des choses assez spécifiques : les vols, les gestes sexuels inhabituels, les actes violents », ajoute-t-il.

« Ça permet d’éliminer les futures pommes pourries pour avoir les gens les plus fiables. » — John Galianos, expert polygraphiste

Comme un rempart

Le porte-parole de la SQ, Richard Gauthier, souligne que le test du polygraphe « n’est pas un test éliminatoire ». Il s’agit d’un rempart supplémentaire qui suit une enquête de sécurité exhaustive. « C’est l’entrevue qui fait foi de tout, avec l’enquête de sécurité », dit-il.

Le polygraphiste Alain Lépine préconise de son côté l’utilisation systématique du TPP. « Je favorise le test polygraphique préembauche, puisqu’à travers tous les tests qu’on a faits [dans le passé], on a eu des divulgations majeures qui ont permis d’éliminer des candidats. »

Le test devrait même être étendu au corps ministériel, croit le polygraphiste. Il estime que les frasques sexuelles ou encore la divulgation de renseignements de certains fonctionnaires importants auraient pu être évitées si le test du polygraphe avait fait partie du processus d’embauche.

Déroulement d’un test

Comment fonctionne un TPP ? Le polygraphiste essaie d’abord d’apprendre à connaître un peu le candidat, lui fait signer un formulaire de consentement, lui explique comment le polygraphe fonctionne afin de réduire un peu le degré d’anxiété, relate Alain Lépine.

Le candidat remplit alors un questionnaire sur différents actes criminels : usage de drogues et d’alcool, vols, gestes sexuels illégaux, etc. L’expert polygraphiste repasse ensuite le cahier de réponses avec le candidat une dernière fois pour s’assurer qu’il n’a rien oublié avant de connecter les capteurs sur lui et de vérifier ses réponses à l’aide du polygraphe.

Malgré le retrait récent du test polygraphique préembauche, la SQ ne met pas une croix définitive sur cet outil. « Il est possible que l’année prochaine ou dans deux ans, on réintègre le TPP, rapporte Richard Gauthier. On est en train de revoir le processus d’embauche pour l’optimiser. »

Quels corps de police utilisent le test du polygraphe ?

« La Gendarmerie royale du Canada l’utilise depuis 2006. La police de la MRC des Collines-de-l’Outaouais le fait aussi, tout comme le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) depuis quelques années », explique l’expert polygraphiste John Galianos. De son côté, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ne l’utilise pas. Même chose pour tous les corps de police provincial et municipaux en Ontario, puisque le test préembauche y est illégal depuis l’adoption de la Loi de 2000 sur les normes d’emploi.

Un test utilisé depuis 2006 par la GRC

La Gendarmerie royale du Canada procède à des TPP depuis 2006. La Presse a obtenu le questionnaire auquel les postulants doivent se soumettre. « Les questions contenues dans le présent [questionnaire] portent sur différents aspects de votre vie, peut-on lire. Selon vos réponses, l’expert en polygraphie vous posera une série de questions pour vérifier votre honnêteté. Vous devez donner des réponses exactes et franches aux questions contenues. »

Voici quelques questions qui sont soumises au postulant : 

Avez-vous des comptes sur les médias sociaux (p. ex. Facebook, Instagram, Twitter, Snapchat, LinkedIn) ?

Avez-vous déjà été congédié ou renvoyé ou vous a-t-on déjà demandé de démissionner d’un poste, rémunéré ou bénévole, pour quelque raison que ce soit ?

Avez-vous déjà acheté ou possédé des biens volés en toute connaissance de cause ?

Avez-vous déjà consommé ou essayé des drogues illicites ou des substances contrôlées, sans l’ordonnance d’un médecin autorisé ? Dans l’affirmative, veuillez fournir les détails demandés pour chaque drogue.

Vous êtes-vous déjà livré à une activité sexuelle avec un animal ? Si vous avez sélectionné « oui » à la question ci-dessus, veuillez fournir des précisions, notamment les dates.