Luc Ferrandez et Alexandre Taillefer vont former le prochain tandem de commentateurs dans l’émission matinale du 98,5. En compagnie de l’animateur Paul Arcand, l’ex-politicien et l’homme d’affaires vont aborder, chacun à travers leur prisme, les sujets qui font l’actualité. De plus, l’ancien maire du Plateau-Mont-Royal interviendra quotidiennement dans la nouvelle émission du retour à la maison animée dès cet automne par Patrick Lagacé.

Mario Girard Mario Girard
La Presse

Le 14 mai dernier, Luc Ferrandez a annoncé son retrait de la vie politique. Au cours de plusieurs entrevues, il avait fait part de son désir de devenir chroniqueur. L’équipe de Cogeco a entendu le message et a réagi au quart de tour. Le controversé politicien de 56 ans n’aura finalement pas été chômeur très longtemps.

« En fait, j’ai reçu une proposition quelques minutes seulement après mon annonce. Quand je suis allé parler à Mario Dumont dans les studios de TVA, Paul Larocque est venu me voir. Il m’a dit qu’il me verrait bien à La joute. Je lui ai dit : “Moi, pas pantoute ! Ça fait 10 ans que TVA s’amuse à me dépeindre de façon négative, je ne vois pas comment on pourrait devenir de bons collaborateurs.” Je ne travaillerai jamais pour TVA. »

Luc Ferrandez est actuellement en pourparlers avec d’autres médias. Certains conseils d’administration souhaiteraient également pouvoir compter sur son expérience.

« Je ne peux pas me permettre de rester sans travail. Je n’en ai pas les moyens. Quand on donne sa démission, on n’a pas droit à la prime de transition. » — Luc Ferrandez

Reconnu pour son franc-parler et ses prises de position marquées dans diverses causes, dont la protection de l’environnement, Luc Ferrandez est conscient que ses idées risquent de faire beaucoup de vagues lorsqu’il les présentera sur les ondes du 98,5.

« Quand j’ai donné ma démission, je suis allé lire les commentaires sur le site du 98,5. Tout cela n’est sans doute pas représentatif de l’ensemble des auditeurs de la station, mais je me suis rendu compte que 80 % des commentaires étaient durs à mon égard. Je me suis dit que j’avais envie de parler à ce public. »

Luc Ferrandez n’aime pas avoir devant lui des gens qui ont des idées qu’il qualifie « d’à peu près ». Il préfère nettement ceux qui ont des opinions fermes et tranchées, même si elles sont contraires aux siennes. « Louise Harel m’a déjà dit : “On ne peut s’appuyer que sur les gens qui nous résistent.” Ce mandat va me permettre de faire ce que j’adore faire, c’est-à-dire de la recherche et de la vulgarisation. Il va surtout me permettre de créer un échange d’information. C’est ce que j’aime le plus faire. »

Parmi les sujets qu’il a déjà hâte d’aborder, on retrouve bien évidemment l’environnement, mais aussi l’éducation, la pauvreté, les locations sur Airbnb ainsi que les budgets du provincial et du fédéral. Qu’en sera-t-il des sujets municipaux ? « Je vais les aborder avec générosité, dit-il. Je connais ce domaine de fond en comble. Et ça va me faire plaisir de fournir toute l’information dont je dispose. »

Est-ce que la mairesse Valérie Plante et ses anciens collègues du comité exécutif doivent craindre l’arrivée de ce nouveau commentateur à la langue bien pendue ? « En gros, non, je vais être honnête et respectueux de leur travail. Mais je vais être insistant. J’ai toujours aimé l’être. C’est pour cela que j’ai dû donner ma démission. »

DROITE OU GAUCHE ?

Luc Ferrandez et Alexandre Taillefer sont enchantés de travailler ensemble. Ces deux personnalités, que plusieurs choses opposent, ont envie de débattre tous les matins sur des sujets divers. « Alexandre m’a dit : “On va vouloir me camper dans le rôle du gars de la droite, mais tu vas voir que j’ai un côté progressiste”, raconte Luc Ferrandez. Je lui ai dit : “Tu vas voir, Alexandre, à côté de moi, tu auras toujours l’air plus à droite” », ajoute-t-il en riant.

De son côté, Alexandre Taillefer dit avoir beaucoup réfléchi à l’offre que lui a faite Paul Arcand. « J’ai réalisé qu’on peut participer au débat autrement qu’en politique, dit-il. Vous comprendrez que je n’ai pas eu tellement de succès de ce côté… [rires] Pour moi, c’est donc la suite de l’implication sociale que je veux avoir au Québec », précise celui qui a déjà publié des chroniques dans le magazine Voir.

Alexandre Taillefer affirme qu’il a beaucoup de respect pour son nouveau collègue.

PHOTO SIMON GIROUX, ARCHIVES LA PRESSE

L’homme d’affaires Alexandre Taillefer a eu des discussions avec les patrons de Cogeco sur les domaines qu’il pourrait difficilement aborder.

« Je ne suis pas toujours d’accord avec Luc, particulièrement au niveau des méthodes. Mais sur le fond, j’ai souvent un penchant pour ses idées. » — Alexandre Taillefer

L’homme d’affaires a eu des discussions avec les patrons de Cogeco sur les domaines qu’il pourrait difficilement aborder. « Toutefois, sur la question des taxis, comme je n’ai plus d’intérêts dans ce secteur, je ne me gênerai pas pour émettre mes opinions. »

Alexandre Taillefer écoute d’une oreille très attentive les débats qui ont lieu tous les matins entre Patrick Lagacé et Pierre Curzi. « Je réalise que ce sont des souliers difficiles à chausser. C’est sûr qu’une comparaison sera faite. Mais je crois que Luc et moi aurons une façon intéressante d’aborder les choses. »

UNE DOUBLE PRISE POUR LE 98,5

Ferrandez et Taillefer succèdent donc à Patrick Lagacé et à Pierre Curzi. On a appris il y a quelques mois que le premier assurerait l’animation du retour à la maison, à la même antenne, dès cet automne. Outre Luc Ferrandez, plusieurs collaborateurs graviteront autour du nouvel animateur. Les détails de cette émission seront bientôt dévoilés.

Quant à Pierre Curzi, il désire se consacrer à « d’autres activités ». L’ancien député péquiste a été commentateur à la Commission Curzi-Dumont pendant quatre ans. Il fait équipe avec Patrick Lagacé depuis un an.

À la direction du 98,5 FM, on se réjouit évidemment de l’arrivée d’Alexandre Taillefer et de Luc Ferrandez. « Chaque fois que ces deux-là étaient invités chez nous, on se disait qu’ils feraient de bons collaborateurs, dit Philippe Lapointe, directeur général du 98,5. Les choses sont allées très vite au cours des derniers jours. Ces gars sont faits sur mesure pour nous et nous sommes faits sur mesure pour eux. On est très fiers de cette prise. »

La Commission Ferrandez-Taillefer (l’ordre des noms n’a pas été encore déterminé) sera présentée tous les matins de la semaine, vers 8 h, dès le retour de vacances de Paul Arcand, à la mi-août.