(Montréal) Plusieurs municipalités du Québec figurent au palmarès préliminaire des dix pires routes de 2019 dressé par le CAA-Québec.

La Presse canadienne

Les trois premières places sont occupées, dans l’ordre, par le boulevard Gouin Est, à Montréal, la Montée du Bois-Franc, à Saint-Adolphe-d’Howard, dans les Laurentides et le chemin Cadieux à L’Ange-Gardien, en Outaouais.

Les autres voies publiques citées pour leur piètre état sont situées à Lévis, Saint-Jérôme, Lac-Beauport, Fermont, Mascouche, Boucherville et Saguenay.

Le CAA-Québec affirme que ce palmarès préliminaire a été dressé grâce à la réception de 12 000 votes d’automobilistes en deux semaines.

L’organisme de défense des automobilistes rappelle que même si l’État investit des sommes colossales dans les infrastructures routières, le déficit d’entretien continue de se creuser étant passé de 14,7 à 16,4 milliards en 2019, selon les documents présentés au dernier budget.

Le CAA-Québec affirme qu’il en coûte 250 fois plus cher de refaire une route après 15 ans que de réaliser un entretien préventif assidu.

Les personnes intéressées ont jusqu’au 24 mai pour désigner, à leur avis, les pires routes du Québec.