(Sainte-Marthe-sur-le-Lac) Le premier ministre François Legault, en visite à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, n’a pas statué sur la question de la reconstruction de la digue ayant fait défaut le 27 avril dernier, entraînant la délocalisation de 6000 personnes et l’inondation du tiers de la ville.

Isabelle Grignon-Francke
Isabelle Grignon-Francke La Presse

«Dans les endroits où il n’y a pas de possibilité de construire des digues, il y aura déménagement, moi je ne veux pas me retrouver au printemps 2020 avec 6000 résidences inondées, 10 000 personnes évacuées, on ne peut pas vivre ça à chaque année», a affirmé M. Legault, en mêlée de presse.

Il a martelé l’importance de trouver des solutions permanentes, stipulant que l’idée de construction d’une digue plus haute n’était cependant pas écartée à Sainte-Marthe-sur-le-Lac.

La mairesse de la municipalité, Sonia Paulus, a stipulé qu’elle voulait que tous puissent regagner leur maison et y rester, rappelant que la digue qui a cédé était vieille de 42 ans et que c’était la première fois que des inondations survenaient.

La Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac avait demandé, en février, au gouvernement Legault, les approbations et le financement nécessaires au renforcement de cette digue. Aucune action n’avait alors été prise dans le dossier.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Deux digues temporaires ont été construites, l’une sur la 23e Avenue et l’autre sur la 29e Avenue.

Depuis les événements ayant frappé la municipalité, samedi dernier, deux digues temporaires ont été construites, l’une sur la 23e Avenue et l’autre sur la 29e Avenue, sur laquelle ont déambulé les élus, constatant la situation. Une troisième digue, elle aussi temporaire s’apprête à être complétée.

À court terme, la municipalité s’affaire à s’occuper des citoyens sinistrés. Certains résidants ont pu regagner leur maison pour constater les dégâts, mais pour d’autres la situation est toujours critique, ils résident chez de la famille, ou encore à l’aréna de Deux-Montagnes.

Dédommagements

Le gouvernement évaluera distinctement pour chaque municipalité les risques d’inondations. M. Legault promet d'agir dès l’automne prochain après que le comité chapeauté par Geneviève Guilbeault, ministre de la Sécurité publique, ait rendu ses constats.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Le plan annoncé par le premier ministre prévoit, pour les citoyens qui décideraient de déménager, une aide maximale de 250 000 $.

Le plan annoncé par le premier ministre prévoit, pour les citoyens qui décideraient de déménager, une aide maximale de 250 000 $, soit un maximum de 200 000 $ pour leur propriété et 50 000 $ pour le terrain. Ceux qui désirent plutôt rester pourront obtenir un montant cumulatif allant jusqu’à 100 000 $ pour effectuer des rénovations.

«On veut se projeter en 2020, si c’est la même chose que 2019 et 2017 … on veut que les gens vivent le moins de désagréments possibles», a expliqué M. Legault, conscient que pour certains citoyens, quitter ne sera pas l’option choisie.