• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Transports en commun: des idées de grandeur pour la Rive-Sud 
Source ID:0a194970-3c0c-4943-b18a-1d21bad1a4fb; App Source:alfamedia

Transports en commun: des idées de grandeur pour la Rive-Sud

Les projets proposés par l'agglomération devraient répondre aux... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Les projets proposés par l'agglomération devraient répondre aux besoins en déplacement des populations de Longueuil, Boucherville, Saint-Bruno-de-Montarville, Saint-Lambert et Brossard.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Bruno Bisson
La Presse

Les maires des cinq municipalités de l'agglomération de Longueuil ont rendu publique, hier, une vision commune de développement des réseaux de transports en commun qui passe par un prolongement de six stations du métro, l'aménagement d'un tramway reliant l'est et l'ouest du territoire et un réseau de bus express dans tous les grands axes de circulation de la Rive-Sud.

Cette Vision 2025 vise à optimiser les déplacements des résidants vers la métropole, mais surtout à réorganiser l'ensemble de la mobilité à l'intérieur de ces cinq municipalités où il est à peu près impossible de se déplacer efficacement autrement qu'en automobile sur des routes largement saturées par la circulation locale et de transit.

Les projets proposés par l'agglomération devraient répondre aux besoins en déplacement des populations de Longueuil, Boucherville, Saint-Bruno-de-Montarville, Saint-Lambert et Brossard, mais coûteront vraisemblablement des milliards de dollars à réaliser.

L'agglomération souhaite toutefois que cette vision commune constitue un «jalon» du plan stratégique de développement des grands réseaux de transports en commun de la région métropolitaine qui doit être mis en place dans les prochaines années par l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM).

Ces projets de la Rive-Sud s'inscrivent ainsi dans la liste de grands projets qui s'allonge prodigieusement, au même titre que les nombreux éléments du «réseau intégré» réclamé par Laval et les villes de la couronne nord, ou de la nouvelle ligne rose du métro projetée par l'administration de la mairesse Valérie Plante, à Montréal.

Un message aux candidats

À la veille du déclenchement de la campagne électorale en vue des élections du 1er octobre, et en présence de dizaines de candidats de tous les partis en lice, la mairesse de Longueuil et présidente de l'agglomération, Sylvie Parent, n'a d'ailleurs pas hésité à «lancer un message».

«À tous ceux et celles qui souhaitent nous représenter dans les circonscriptions de la Rive-Sud, l'agglomération de Longueuil s'attend à ce que vous vous engagiez à réaliser ces projets de transports collectifs, que vous preniez position, que vous appuyiez notre Vision 2025 et qu'elle devienne votre vision.»

«L'agglomération de Longueuil sait où elle s'en va, a ajouté la mairesse, et elle sait ce qu'elle veut.»

En entrevue à La Presse, Mme Parent souligne que la Rive-Sud n'a bénéficié d'aucun investissement structurant en matière de transports en 50 ans, soit depuis l'implantation de l'unique station de métro de son territoire. La réalisation du Réseau express métropolitain (REM) de la Caisse de dépôt et placement, qui comptera trois stations à Brossard, en 2021, constituera une étape importante vers une mobilité plus efficace en direction de la métropole.

«Mais il est aussi temps de repenser les déplacements est-ouest à l'intérieur de notre territoire, dit-elle. Il y a tout un travail à faire sur ce plan-là. Ce n'est pas normal que quelqu'un qui part de Saint-Hubert pour se rendre à l'hôpital Pierre-Boucher doive faire une heure et demie en transports en commun. Et avec l'arrivée du REM, si des gens de Boucherville sont coincés dans la congestion de l'autoroute 30, ils n'iront pas le prendre.»

Une vision renouvelée

En 10 ans, selon des données fournies hier par le Réseau de transport de Longueuil (RTL), les déplacements des résidants de la Rive-Sud en direction de Montréal ont décliné de 3%. Dans la même période, les déplacements à l'intérieur de l'agglomération ont grimpé de 9%, tandis que ceux entre les cinq grandes villes de la Rive-Sud et les municipalités de la couronne de banlieue ont augmenté de plus de 30%.

Ces constats ne sont pas nouveaux. Et les solutions présentées dans la Vision 2025 de l'agglomération sont, pour l'essentiel, les mêmes qui figuraient déjà dans le plan de mobilité et de transport 2013-2022 proposé il y a cinq ans sous le règne de l'ex-mairesse Caroline St-Hilaire. La mairesse Parent en convient. Ce sont les mêmes solutions, mais la nécessité de les mettre en oeuvre, croit-elle, est aujourd'hui beaucoup plus urgente.

«Notre territoire s'est développé, la croissance est extraordinaire, des entreprises comme Molson-Coors viennent s'y implanter, des familles viennent y vivre. Alors, le temps est clairement venu pour que les investissements soient au rendez-vous. On veut s'adresser aux candidats en campagne électorale. On veut que cette vision soit une priorité pour notre prochain gouvernement. Nous avons assez attendu», affirme la mairesse.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer