Leur objectif : étudier l'impact du stress vécu par les femmes enceintes pendant la crise du verglas de 1998 sur la santé et la réussite scolaire de leurs enfants. Pour cela, des scientifiques de l'Université McGill ont besoin de connaître la durée des pannes de courant en Montérégie. Mais incapables d'obtenir les données d'Hydro-Québec, ils se tournent maintenant vers le grand public pour essayer de les recueillir.

Philippe Mercure LA PRESSE

« On a fait tout ce qu'on pouvait pour les avoir et on ne les a pas, dit Suzanne King, chercheuse à l'Institut Douglas et professeure de psychiatrie à l'Université McGill. En tant que chercheuse, c'est frustrant. »

Suzanne King et son équipe sont connues dans le milieu scientifique pour leur Projet Verglas. Depuis 20 ans, cette vaste étude suit les enfants dont les mères étaient enceintes pendant la crise du verglas de 1998. Grâce à un échantillon de 150 enfants, Mme King a déjà montré que le stress vécu par la mère avait provoqué des effets importants sur la croissance, les taux d'obésité et le développement cognitif et physique des enfants.

Prochain objectif : généraliser les conclusions et mesurer ces effets sur l'ensemble de la population de la Montérégie. Pour cela, les scientifiques ont besoin de savoir pendant combien de jours les habitants de la région ont manqué d'électricité. Ils rêvent donc d'obtenir une carte indiquant la durée des pannes par code postal, par exemple. Mais ils sont incapables d'obtenir de telles données d'Hydro-Québec.

« Le problème est qu'Hydro-Québec nous a donné plusieurs raisons différentes. On s'est fait dire d'un côté que les données n'étaient pas disponibles, et de l'autre que les données existaient, mais qu'elles ne pouvaient pas nous être transmises. On ne sait pas ce qui se passe », dit David Laplante, chercheur principal de cette enquête.

DES DONNÉES EFFACÉES ?

Chez Hydro-Québec, on se dit très surpris de telles doléances. Serge Abergel, chef des affaires publiques, déplore le fait que les discussions entre les chercheurs de McGill et Hydro-Québec se soient toujours faites par l'intermédiaire de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ).

« Je pense que Mme King présume d'une aberration quelconque, mais encore faudrait-il qu'elle entre en contact avec nous. Je ne pense pas qu'il y ait d'aberration ici. Je l'invite à nous contacter, on a des gens ici qui seraient prêts à lui répondre », dit-il.

M. Abergel confirme toutefois que les informations demandées par les chercheurs ne semblent pas disponibles chez Hydro-Québec. La société d'État n'a jamais tenu de données par codes postaux. Des échanges de courriels entre Hydro-Québec et l'Institut de la statistique du Québec montrent que la société d'État a tenté d'obtenir une carte de la durée des pannes en fonction des numéros de ligne d'alimentation.

Le hic : quand une panne survient, Hydro-Québec tente d'alimenter les résidences touchées par le truchement d'autres lignes, si bien qu'il est impossible de connaître la durée des pannes par secteur en recourant à ces données.

Hydro-Québec précise aussi que des données sur le verglas ont été effacées depuis 1998, même s'il n'est pas clair si l'information demandée par les chercheurs a existé.

L'Institut de la statistique du Québec, qui a joué le rôle d'intermédiaire entre les chercheurs et Hydro-Québec, affirme que la société d'État a été « très collaboratrice ». Mais les chercheurs n'en démordent pas et disent garder une mauvaise expérience de leur relation avec Hydro-Québec.

« C'est le plus grand désastre dans l'histoire canadienne et ils ne gardent pas les données ? C'est quand même un peu curieux », lance Suzanne King.

« Personnellement, je trouve difficile à croire que ces données aient été effacées, renchérit David Laplante. On est frustrés par la situation. »

Un appel aux citoyens

Incapables d'obtenir les données dont ils ont besoin pour leur étude, les chercheurs de l'Université McGill lancent un appel à la mémoire des Montérégiens. Ceux-ci sont invités à remplir un sondage en ligne dans lequel trois questions leur sont posées. « Plus on a de répondants, plus les données vont être fiables », souligne Suzanne King.

1. Vous souvenez-vous où vous habitiez en janvier 1998 ?

2. Combien de jours avez-vous vécu à cette adresse sans électricité ?

3. Combien de jours avez-vous vécu à cette adresse sans téléphone ?



Répondez au questionnaire des chercheures de l'Université McGill. 

La durée des pannes augmente les problèmes

Si Suzanne King et son équipe souhaitent tant savoir combien de temps ont duré les pannes de courant chez les Montérégiens, c'est que les résultats des études menées sur l'échantillon de 150 enfants montrent que cette durée peut avoir une influence importante sur leur développement.

« Pour les enfants dont la mère était dans son troisième trimestre de grossesse, nous avons observé que plus la mère avait vécu de jours sans électricité, plus une partie du cerveau qui s'appelle le cervelet était touché. Et plus le cervelet est touché, moins les habiletés motrices de l'enfant sont bonnes pendant toute l'enfance et l'adolescence », illustre la chercheuse. Pour les mères qui étaient dans le premier trimestre, la longueur des pannes est corrélée avec la présence de traits autistes chez l'enfant. « Pour les futurs désastres, on voudrait être capable de dire au gouvernement : nous prévoyons qu'on aura besoin de 3 % de plus d'aide scolaire parce qu'on prévoit 3 % de plus de troubles de l'attention, illustre Suzanne King. C'est à ça que les données sur l'ensemble de la Montérégie serviront. »